AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Dim 6 Oct - 17:24






Silence can be destructive
Alexander & Leia

J'aurais voulu que les choses se passent autrement. J'aurais vraiment voulu que la vie soit plus simple. Certains disent que si tout est tracé, que s'il n'y a pas d'obstacles ni d'épreuves particulières, la vie ne serait pas amusante, qu'elle serait monotone. Je n'aurais pas voulu que ma vie soit parfaite. J'étais parfaitement consciente que ça ne serait pas bien, que ça serait "ennuyant". Mais là n'était pas le problème. A ce jour, j'aurais simplement aimé ne pas avoir à subir certaines choses et j'aurais aimé ne pas avoir fait subir certaines choses aux personnes que j'aimais. Mais revenons un peu sur les histoires dont je parle...

Il y a environ un an, j'ai perdu mon bébé. Une fausse-couche. Je me souvenais comme si c'était hier de la douleur que j'avais ressentis ce jour-là. Une douleur insoutenable. Heureusement qu'Alexander avait géré la situation pour me ramener d'urgence à l'hôpital. Je ne pouvais plus bouger, j'étais affreusement mal, pliée en deux. Et la nouvelle du médecin. Une douleur douleur, mais dans mon coeur cette fois. C'était quelque chose qui ne devrait pas arriver... Des parents ne devraient jamais perdre leur enfance, que ce soit par une fausse-couche ou par un accident ou une maladie. Que l'enfant ait 2 mois, 10 ans ou 40. C'était la pire chose qui puisse arriver à des parents... Et c'est là qu'à commencé ma descente aux enfers. Un an à m'en remettre... J'avais fait du mal à mon mari, à mon fils, durant toute cette année. Mais je n'avais pas su faire autrement. Je n'avais pas réussis...

Ce jour-là, j'allais mieux. J'avais su remonter la pente. Mais d'autres problèmes restaient au sein de ma famille et je ne savais pas quoi faire. Je n'arrivais pas à gérer tout ça. Entre ma demi-soeur, la tromperie de mon mari et mon fils qui était plus proche de son père que de moi,... Au fond, j'avais sûrement cherché ça... Je ne laissais plus Alexander me toucher, m'embrasser. Je ne ramenais plus mon fils à l'école. Je soupirai en conduisant en direction de la maison après ma journée de travail. J'avais pris mon temps avant de rentrer. J'avais besoin d'être un peu seule, loin de l'agitation du travail et loin de la tension et des disputes de la maison. J'avais parfois l'impression de ne plus avoir ma place nul part. Et je me sentais malheureuse. J'étais heureuse de voir mon fils courir dans mes bras quand je rentrais, même si ce n'était pas forcément moi qu'il appelait quand il voulait jouer ou qu'il avait besoin d'aide. Mais il savait que sa maman était de retour, autant qu'elle le pouvait, et le voir me sourire me faisait du bien. Je finis par me garer devant chez nous. Je coupai le moteur et je restai un instant dans la voiture avant de sortir et de rentrer. Je déposai ma veste, mes chaussures, mon sac et mes clés dans l'entrée avant d'aller dans le salon pour dire bonjour à Théo, qui me sourit avant de reposer son attention sur son dessin. Je souris doucement et allai dans la cuisine. Alexander s'y trouvait. « Bonsoir. » Je ne parlais que le strict minimum. Il faudrait peut-être que l'on parle mais le problème c'était que nous étions tout deux bornés et tout partait toujours en dispute. J'ouvris le frigo et pris une bouteille d'eau. Je l'ouvris et bus quelques gorgées de ma boisson avant de refermer la bouteille. « Ca allait avec Théo...? » J'aimais mon mari. Plus que tout. Mais quelque chose s'était brisée. Et je ne savais pas comment réparer tout ça.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Dim 6 Oct - 18:12




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


En ce moment, rien ne va plus à la maison… Je pensais qu’on allait enfin pouvoir redevenir heureux tous les trois. Parce que ces derniers temps, Leia fait beaucoup d’effort pour s’en sortir. Elle a enfin décidé d’arrêter de passer ses journées allongées dans notre lit à ne rien faire. Elle est allée voir un psychologue et depuis peu elle retravaille enfin. Tout aurait pu aller bien, mais elle a appris pour mon écart de conduite. Pour la tromperie. Je ne l’ai trompée qu’une seule et unique fois et pourtant cela ne voulait absolument rien dire pour moi. Je suis toujours aussi amoureux de ma femme. Je l’aime. Je ne supportais plus ma vie. Je n’étais plus rien pour elle. Elle m’évitait, elle ne voulait plus que je l’embrasse et elle ne me laissait même plus la prendre dans mes bras. On ne c’est pas toucher pendant plus d’un an. Je n’avais plus l’impression d’être son mari et je suis allé voir ailleurs. Parce que pendant l’espace de quelques heures une femme a fait attention à moi. C’est tout ce que je demandais dans le fond. J’ai incroyablement honte de ce que j’ai fait. Si je l’ai caché c’est parce que j’en avais honte, mais Leia a finis par l’apprendre. Depuis c’est l’enfer à la maison… On ne cesse de se disputer. On le fait toujours en silence pour ne pas inquiéter Théo, mais on le fait quand même. Je continue à dormir sur le canapé. Je vois bien qu’elle m’accepte plus dans notre lit conjugal. On fait juste bonne figure pour nos familles et pour notre fils. Au fond, on est au bord de la rupture et je ne supporte plus cela…

Aujourd’hui comme tous les matins je me lève le premier pour que Théo ne me vois pas dans le canapé. Je range rapidement ma couette et mon oreiller dans le placard et prépare le petit déjeuner de mon fils. Il débarque en souriant quelques minutes plus tard. Un bisou et il va chercher sa maman. Théo est vraiment content que Leia se reprenne en main. Après un an, elle fait de nouveau attention à lui et dans le fond c’est tout ce qu’il demandait. Il arrive avec la jeune femme et pour faire bonne figure, une fois encore, je dépose un baiser sur sa joue. Je m’occupe de mon fils et Leia l’emmène à l’école tandis que je pars au boulot. La journée passe incroyablement vite. Il est déjà l’heure d’aller chercher mon petit bout à l’école. C’est moi qui fais cela depuis plus d’un an. C’est une vraie habitude. J’ai du mal à laisser Leia reprendre sa place de mère. Parce que pendant un an j’ai tout fait pour notre fils. A la fin, je ne vivais que pour lui. J’arrive devant les grilles de l’école deux minutes avant que la cloche sonne. Théo saute dans mes bras tout heureux. Il me raconte sa journée et me montre ses dessins du jour. On arrive assez rapidement à la maison et après un détour dans la salle de bain pour se laver les mains, il s’installe sur la table du salon pour continuer à dessiner. A croire qu’il a hérité ça de moi. Je lui fais souvent des dessins et parfois il me dit qu’il aimerait faire pareil quand il sera grand.

Je commence à préparer le dîner lorsque Leia arrive enfin à la maison. Elle va embrasser son fils et finis par me rejoindre dans la cuisine. Déjà on peut sentir la tension entre nous. « Bonsoir. » C’est tout ce qu’on se dit. Tous les soirs c’est comme cela. Elle me demande comment ce sont passer les choses avec Théo et je me tourne quelque peu pour regarder mon petit garçon qui ne se doute de rien et continue à dessiner. « Ca va. Il a laissé ses dessins sur la table. Faut qu’on emmène un truc pour le goûter de la semaine prochaine. » Et de nouveau, je me mur dans mon silence. Je continue à cuisiner. Je sais que je vais dîner seul dans mon coin après que Théo est avaler son dîner et soit au lit. C’est tout les soirs comme cela. « Tu lui donne la douche ? » On ne se parle que pour Théo. C’est fatiguant à la fin… « J’aimerais bien qu’on dîne tous les deux ce soir. » Qui ne tente rien, n’as rien.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Dim 6 Oct - 19:07






Silence can be destructive
Alexander & Leia

C'était dur de faire sans cesse semblant. Je n'aimais pas ça. D'un côté, je l'aimais et je n'avais pas envie de le quitter. En plus, divorcer ferait beaucoup de mal à Théo et j'en avais déjà bien assez fait. Je ne voulais pas que l'on dise encore que c'était moi s'il allait mal, et ce genre de chose. Et de l'autre... toute cette tension n'était plus supportable et contre toute attente je me surprenais parfois à vouloir contacter un avocat pour divorcer. Puis je me disais que pour Théo, il fallait essayer d'arranger les choses. Je regardais alors la bague à mon doigt, celle qui était la preuve que nous nous étions promis d'être toujours là l'un pour l'autre pour le meilleur comme le pire... Celle-là même qui prouvait que nous nous étions promis fidélité et amour... Engagement qu'il n'avait pas su respecter. Vous l'aurez compris, j'étais paumée. Littéralement. Divorcer ou continuer comme ça? Ou essayer d'arranger les choses? Serais-je un jour capable de lui pardonner? Je l'ignorais. Il n'avait pas été là quand j'avais eu besoin de lui. Certes, je l'avais repoussé, mais... était-ce une raison? Au fond, nous étions sans doute tout les deux coupables dans cette histoire... Sans doute...

Lorsque j'entrai dans la cuisine, je vis mon mari préparer le dîner. J'aurais aisément pu le faire mais s'il avait choisis de le préparer, soit. De toute façon, je n'étais plus à ça près. Je ne me sentais plus réellement comme sa femme, ni même comme la mère de notre fils puisqu'Alexander avait du mal à me redonner ma place. Je n'étais pas idiote et je l'avais remarqué, qu'il avait du mal. Il avait tout géré pendant un an alors forcément... N'empêche que c'était dur pour moi, de ne plus me sentir à ma place. Il m'arrivait d'avoir de très mauvaises pensées lorsque j'étais seule le soir, dans le lit conjugal que j'étais encore la seule à occuper. Je me disais qu'ils avaient réussis à vivre sans moi pendant un an alors je pensais que si je partais, si je décidais de demander le divorce et que l'on faisait une garde alternée, ce serait pareil. Ils s'en sortiraient sans moi. Et ça, ça faisait mal. Ca faisait mal d'en arriver à se dire que sa famille serait mieux sans soi. Alors j'essayais... J'essayais tant bien que mal de reprendre ma place au sein de la maison... Même si c'était difficile. « Ca va. Il a laissé ses dessins sur la table. Faut qu’on emmène un truc pour le goûter de la semaine prochaine. » Je pris les dessins qui étaient sur la-dite table et je souris doucement en les regardant un à un. Il avait sûrement hérité ça d'Alexander... Et de moi, qu'avait-il hérité? Encore quelque chose qui me faisait un peu de peine. Je me demandais vraiment ce que j'avais donné à mon fils, finalement. Je repris la parole en regardant les dessins. « Je ferais un gâteau... » Oui, je pouvais au moins faire ça. Si Alexander me laissait le faire, bien entendu.

Je reposai les dessins. Je m'apprêtais déjà à quitter la pièce, préférant l'éviter pour éviter des disputes. Surtout que Théo était juste à côté. « Tu lui donne la douche ? » J'hochai doucement la tête, signifiant que oui, j'allais luii donner. Il reprit encore une fois la parole avant que je ne puisse quitter la cuisine. « J’aimerais bien qu’on dîne tous les deux ce soir. » La dernière fois qu'on avait dîner rien que lui et moi? Ou même à la même table? J'hésitai, soupirant doucement, puis j’acquiesçai. « D'accord... Je vais le doucher et... on aura qu'à dîner tout les trois... » Je ne savais même pas s'il voulait qu'on dîne que tout les deux ou avec le petit, j'en savais rien. J'en savais absolument rien. Je posai ma bouteille pour aller dans le salon. « Tu viens bonhomme? On va aller prendre ta douche. » J'avais revêtue mon sourire habituel, mais surtout mensonger, pour le prendre dans mes bras et lui faire quelques chatouilles et je l'entraînai dans la salle de bain pour lui faire prendre sa douche. Je le mis directement en pyjama et le laissai retourner ensuite jouer, avant de retourner dans la cuisine rejoindre celui dont je portais le nom...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Dim 6 Oct - 22:18




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Quand j’ai demandé à Leia de m’épouser, je pensais sincèrement qu’on allait vivre une vie longue et heureuse tous les deux. C’était d’ailleurs plutôt bien parti. Un beau mariage, un magnifique petit garçon et un deuxième bébé en route. On avait tout pour être heureux. Jusqu’au jour où Leia a fait sa fausse couche. Je savais que ce serait dur. On a perdu notre enfant. On avait déjà fait pleins de projets pour ce deuxième petit bout. On espérait tous les deux avoir une fille, on pensait déjà au prénom, Leia cherchait déjà ses anciens pantalons de grossesse. Je nageais en plein rêve et tout c’est écrouler en moins de quelques heures. On a perdu notre bébé et Leia c’est totalement renfermer sur elle même. Elle ne m’a plus laissé ma place. Je suis son mari, j’étais censé être celui qui prenait soin d’elle, mais elle ne m’a pas laissé faire. Dès que je l’approchais elle me rejetait. J’ai essayé de me battre et puis j’ai baissé les bras. Je me suis uniquement concentrer sur mon fils. Notre couple est parti à la dérive, je l’ai trompé… Aujourd’hui plus rien ne va. Leia vient de rentrer à la maison et déjà on peut ressentir la tension qui règne entre nous. Je me concentre pour préparer notre dîner tandis que l’on essaye d’avoir un semblant de conversation. Conversation qui tourne uniquement autour de Théo. Comme toujours. « Je ferais un gâteau... » me dit-elle. J’attendais qu’elle me dise cela. Parce que je sais parfaitement que mon petit garçon sera heureux de dire à ses copains que c’est sa maman qui a fait un gâteau pour la classe. « Ca lui fera plaisir. » Je ne me retourne même pas pour la regarder. Habituellement je me serais arrêter, je serais allé vers elle et je l’aurais embrassé tendrement. J’ai toujours envie de le faire, mais cela fait presque un an que nous n’avons pas échangé ne ce serait qu’un simple baiser.

Rapidement, je demande à la jeune femme si elle pouvait donner la douche à Théo. Comme cela je termine le repas et elle peut passer un moment avec son fils. J’ai du mal encore à lui rendre sa place de maman. Je fais de mon mieux pourtant. Ce soir est encore un exemple. Avant qu’elle ne s’en aille, je lui dis que j’aimerais que l’on dîne tous les deux ce soir. « D'accord... Je vais le doucher et... On aura qu'à dîner tout les trois... » Elle n’a pas compris où je voulais en venir, mais je n’ai pas la force d’insister. Je me contente d’hausser les épaules. On aura qu’à dîner tous les trois. Après tout c’est quelque chose qui n’est pas arrivé depuis des mois. Il y en a un qui sera content au moins. J’entends Leia appeler son fils puis les pas de Théo qui cours jusqu’à la salle de bain. Théo est un petit garçon adorable. Il ne râle pratiquement jamais, il écoute toujours et fait rarement des caprices. Il a été mon pilier durant cette dernière année. Je l’entends rire dans la salle de bain et malgré tout un sourire se dessine sur mon visage.

Quelques minutes plus tard, il revient tout beau, tout propre dans son pyjama et cours à nouveau à ses dessins tandis que Leia me rejoins. On se regarde à peine. J’ai fait un plat simple. Du poulet à la crème, du riz. Je n’ai jamais été un grand cuisiner, mais j’ai finis par apprendre, sinon aurais finis par crever de faim avec Théo. Je laisse le tout cuire et rejoins mon petit garçon qui me demande de lui faire le dessin de son super héros préféré. Je le prends sur mes genoux et il me donne une feuille blanche et un stylo. En quelques traits seulement, je lui dessine son héros. Il est toujours impressionner quand je dessine. Il regarde les mouvements de mon poignet et reste la bouche ouverte. On s’amuse un peu tous les deux et je le laisse à nouveau seul pour dresser la table et finir le dîner. Je croise de nouveau Leia dans la cuisine. Je plonge mon regard dans le sien et cette fois ne lui laisse pas le choix. « Je veux qu’on discute. Quand Théo sera couché. » J’ai besoin de savoir ce que l’on va devenir. J’ai besoin de mettre les choses à plat entre nous. Est-ce que l’on doit divorcer ou chercher à avancer ?

Le repas se passe calmement. On se concentre sur Théo qui est tout heureux d’avoir un enfin ses deux parents justes pour lui. Il joue encore un peu dans sa chambre pendant que je débarrasse la table et que Leia fait je ne sais quoi dans la maison. On se retrouve à nouveau tout les trois pour le rituel du coucher. J’embrasse mon fils, lui souhaite une bonne nuit et vais dans le salon. Au bout de quelques minutes, Leia me rejoins. On ce jauge du regard en silence et je finis par lui dire : « Tu veux divorcer ? »



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Lun 7 Oct - 12:01






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Je n'étais pas sûre de grand chose mais ce que je savais c'était que je les aimais. Plus que tout. J'aimais mon mari malgré tout ce qu'il s'était passé. Et j'aimais mon fils. Je l'aimais et je m'en voulais de lui avoir fait du mal, de l'avoir quelque peu abandonné pendant toute cette année. Je m'en voulais comme jamais je ne m'étais jamais voulu d'avoir fait quelque chose. C'était dur pour moi. Je me disais que j'étais une mauvaise mère et j'essayais vraiment de me rattraper. Mais c'était pas si simple que ça. En fait, c'était même carrément la galère. Alors oui, je lui ferais un gâteau pour le goûter de l'école. C'était ce qu'une mère devait faire non? Je savais que ça lui ferait plaisir mais le fait qu'Alexander me le dise, ça me donnait l'impression qu'il connaissait Théo et ses envies mieux que moi et qu'il se sentait obligé de me le dire, comme si je n'étais pas capable de savoir ce qui ferait ou non plaisir à l'enfant que j'avais mis au monde. Cela faisait mal. Très mal. Je finis par emmener Théo à la douche. Je lui parlais, le fis rire. Je profitais pleinement de cet instant seule avec mon petit prince. L'entendre rire me faisait du bien. Il était tellement innocent dans cette histoire... J'avais finit par le mettre en pyjama avant de le laisser retourner à ses dessins. J'avais rejoins Alexander dans la cuisine mais bien rapidement, il quitta la pièce pour aller rejoindre notre fils dans le salon et lui faire un dessin. Je me mis à l'entrée, épaulée contre le contour de la porte pour les observer discrètement. La façon dont il le tenait sur ses genoux, la façon dont Théo regardait son père... Je pouvais lire de l'admiration dans le regard de mon fils. Je finis par baisser les yeux et retourner dans la cuisine. Je me sentais seule. Alexander revint et son regard croisa le mien. « Je veux qu’on discute. Quand Théo sera couché. » Vu son regard et en entendant sa voix, je compris que je n'avais guère le choix. J'hochai donc simplement la tête en guise de réponse...

Le dîner se déroula sans anicroche. Nous étions tous les deux focaliser sur Théo qui semblait très heureux et était souriant. Qu'est-ce-qu'il était adorable... On parlait de l'école, du fameux goûter, je l'informai que je lui ferais un gâteau et qu'il avait le droit de choisir celui qu'il voulait ramener... Puis ce fut rapidement l'heure du coucher. Je restai encore seule avec Théo quelques minutes pour lui dire que je l'aimais, lui souhaiter bonne nuit et je l'embrassai une dernière fois avant de quitter sa chambre pour rejoindre mon mari dans le salon. Le silence. Puis Alexander entra dans le vif du sujet. « Tu veux divorcer ? » Waouh... Au moins, ça avait le mérite d'être clair... Je soupirai doucement en haussant légèrement les épaules. Que répondre à ça? Je m'installai sur le canapé en gardant le silence. Allions-nous nous engueuler une énième fois? Peut-être. Je baissai la tête. Je dis doucement, pour enfin lui répondre: « Je n'ai pas envie de faire encore plus de mal à Théo... Je n'ai pas envie qu'il voit... ses parents se déchirer... » C'était vrai. Je ne disais simplement pas que je l'aimais toujours et que je voulais réellement rester avec lui, pouvoir tout effacer et tout recommencer à zéro. Oui, j'en avais terriblement envie... Si seulement nous pouvions tout effacer aussi facilement... Je joignis mes mains, mes coudes sur les genoux, jouant avec ma bague. La bague de mariage. J'étais nerveuse et ça se voyait. « Et toi...? Tu... Tu veux divorcer? » J'espérais secrètement qu'il dirait que non. Qu'il me dirait qu'il voulait se battre pour nous, qu'il ferait tout pour retrouver ma confiance, ce genre de choses... qu'il m'aimait toujours comme au premier jour et qu'il ne pouvait pas vivre sans moi. J'avais envie de retrouver mon mari... Mais à chaque fois que je le regardais, je revoyais sa trahison... et ça me faisait du mal... Et je ne savais plus quoi faire, je ne savais pas quelle serait la meilleure solution. Je savais que je voulais rester avec lui mais je ne savais pas si c'était le mieux pour notre famille ni si je serais capable de rester à ses côtés. Pour le moment, je restais tout simplement pour Théo et parce que je n'avais rien décidé. Je n'arrivais pas à décider... Divorcer ou rester? Laisser tomber ou tenter de recoller les morceaux même si le chemin serait loin et cahoteux?

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Lun 7 Oct - 12:02




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Au plus profond de moi-même, je sais que je suis en train de lâcher prise. Je vais finir par baisser les bras. Je n’en peux plus de me battre dans le vide. Je vois ma femme m’échapper et je ne sais plus quoi faire pour la retenir à mes côtés. Je sais que j’ai fauté. Je sais que dans le fond tout est de ma faute. Je me culpabilise tous les jours. Je n’en dors presque plus la nuit. Je me tourne et me retourne dans ce stupide canapé. Je ne supporte plus de dormir seul. D’éviter constamment celle que j’ai épousé il y a désormais plus de cinq ans. Jusqu’à présent on se dispute, mais je suis toujours celui qui tente d’apaiser les choses. J’essaye de ne pas élever le ton même si c’est devenu de plus en plus dur. Je sais qu’un jour je vais finir par craquer. Un soir je ne vais plus penser à Théo, je vais lui dire ses quatre vérités, je vais jeter quelques vêtements dans un sac et je vais partir. Parce que je n’en peux plus. Ce soir, je fais comprendre à Leia que je veux lui parler. Je ne veux pas lui mettre d’ultimatum, mais j’ai besoin de faire bouger les choses. J’ai besoin de le faire ce soir. Une bonne fois pour toute. Mais je ne le ferais pas devant mon fils, il n’as pas besoin de vivre cela.

Alors on dîne tous les trois pour la première fois depuis bien longtemps. Je vois à quel point cela fait plaisir à Théo. Il a ses deux parents rien que pour lui. On fait attention à lui, on lui sourit et on le félicite pour toutes les choses qu’il a faites à l’école. Il nous parle aussi de ses copains et du fait qu’il aimerait bien en inviter un à la maison pour jouer. Je lui fais savoir que l’on verra cela plus tard. Je n’aime pas accueillir des gens chez moi en ce moment. Parce que les enfants ne comprennent pas, mais les adultes savent que quelque chose ne va pas entre Leia et moi. Cela se voit à des kilomètres. Enfin. Les heures défilent rapidement et il est déjà l’heure d’aller coucher le petit monstre. On prend notre temps pour une fois. On cajole notre petit garçon parce qu’il a besoin de cela. Je l’embrasse et le laisse un peu seul avec sa maman. En attendant, je me dirige vers le salon en réfléchissant à ce que je pourrais dire à ma femme…

Lorsque Leia me rejoins, je me sens plus nerveux que jamais. Il ne me faudra que quelques secondes pour lui demander si elle voulait divorcer. Je crois que je n’ai jamais été aussi direct avec elle, mais j’en ai marre de tourner autour du pot. « Je n'ai pas envie de faire encore plus de mal à Théo... Je n'ai pas envie qu'il voit... Ses parents se déchirer... » Sa réponse devrait me fait plaisir, mais ce n’est pas vraiment le cas. Je ne m’attendais pas à cela. Parce que dans le fond, elle reste uniquement pour notre fils. Pas pour moi. Pour une fois, j’aimerais que l’on parle de notre couple et pas de notre famille. Je veux que l’on pense à nous deux avant tout. Je regarde la blondinette s’asseoir sur le canapé et jouer nerveusement avec son alliance. Je fais souvent cela en ce moment moi aussi. « Et toi... ? Tu... Tu veux divorcer ? » Je m’attendais à cette question bien entendu. Et je n’ai pas besoin de réfléchir bien longtemps pour lui répondre. « Non. » Ce n’est pas moi qui demanderais le divorce si cela doit arriver un jour. Parce que je suis toujours amoureux d’elle. C’est quelque chose qui n’est pas prêt de changer. Pourtant… « Je voudrais que… Ne reste pas juste pour Théo. S’il te plaît… Je sais pourquoi tu ne me parle plus, mais j’ai déjà tout fait pour que tu me pardonne et tu ne fais rien pour voir à quel point je m’en veux et à quel point j’ai envie de sauver notre mariage. » Nerveusement je passe une main sur ma nuque et vais m’asseoir sur le fauteuil en face du canapé. Je me sens tellement mal… « J’arrive même plus à me souvenir quand on c’est embrasser pour la dernière fois. Sincèrement… On a vécu des trucs durs d’accord… J’ai fauté, je le sais. Mais je… Je t’aime toujours Leia. Malgré tout. Même si ça fait plus d’un an que tu me regarde plus. Même si tu m’as rejeté depuis longtemps. Je veux bien me battre, mais je veux plus faire semblant. Si tu ne veux rien faire pour que ça change, je vais finir par partir… »



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Lun 7 Oct - 15:39






Silence can be destructive
Alexander & Leia

J'étais bien souvent nerveuse. Je ne savais plus trop quoi faire. Je n'en pouvais plus de faire semblant mais je pensais sans cesse au bien-être de Théo. Il était tellement heureux d'avoir retrouvé ses parents qu'on ne pouvait vraiment pas lui imposer le calvaire d'un divorce et tout ce que ça impliquait. On ne pouvait pas lui imposer de voir ses parents se déchirer. Un jour, j'ai lu cette citation: « Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. » Je devrais peut-être prendre exemple. Arrêter de croire que ces épreuves sont insurmontables et me mettre en tête que ce n'est pas impossible que je réussisse à lui pardonner... Mais c'était trop dur. Tout était tellement trop dur. L'amour.. Est-ce-que c'était vraiment ça...?

Après avoir embrassé mon petit prince, j'avais rejoins mon mari dans le salon et il était entré directement dans le vif du sujet. Au moins, ça avait le mérite d'être clair... Mais je devais avouer qu'il me posait une colle en posant la question, que je me posais depuis déjà tout ce temps, à voix haute. Si je voulais divorcer... Je lui retournai sa propre question, nerveuse à l'idée qu'il me réponde que oui. La réponse finit par tomber. « Non. » Je ne pus réprimer un léger soupire de soulagement. Il reprit la parole alors que je jouais nerveusement avec mon alliance. « Je voudrais que… Ne reste pas juste pour Théo. S’il te plaît… Je sais pourquoi tu ne me parle plus, mais j’ai déjà tout fait pour que tu me pardonne et tu ne fais rien pour voir à quel point je m’en veux et à quel point j’ai envie de sauver notre mariage. » Non, bien sûr. C'était évident que je ne faisais rien pour voir tout ça... Si seulement il suffisait de quelques efforts pour tout effacer, l'histoire serait déjà réglé. « J’arrive même plus à me souvenir quand on c’est embrasser pour la dernière fois. Sincèrement… On a vécu des trucs durs d’accord… J’ai fauté, je le sais. Mais je… Je t’aime toujours Leia. Malgré tout. Même si ça fait plus d’un an que tu me regarde plus. Même si tu m’as rejeté depuis longtemps. Je veux bien me battre, mais je veux plus faire semblant. Si tu ne veux rien faire pour que ça change, je vais finir par partir… » J'hochai doucement la tête. Moi, je m'en souvenais. Je me souvenais de quand est-ce-que nous nous étions embrassés pour la dernière fois. Je l'aimais aussi... Plus que tout... Et ça faisait longtemps qu'il ne m'avait pas dit ça, ni même que moi je lui avais dit... Jusqu'à présent, j'avais tout fait pour pleurer lorsque j'étais seule dans le lit conjugal le soir, mais ça devenait dur. Pour le moment, j'arrivais encore à retenir mes larmes mais j'ignorais combien de temps... « La dernière fois... qu'on s'est embrassé... C'était le jour de... C'était le jour de la fausse-couche. » C'était dur de le dire mais c'était la vérité. « Je le sais... Que tu fais ce que tu peux pour que je te pardonne... Et je voudrais vraiment y arriver Alexander. Mais à chaque fois que je te regarde j'ai... Je t'imagine dans les bras d'une autre et tu n'imagines pas à quel point ça me fait mal. »

C'était l'heure de faire preuve de sincérité, pas vrai? « J'ai pas envie de partir... Parce que... Parce qu'il y a Théo mais aussi parce que... malgré tout... je ne peux pas m'empêcher de t'aimer... » C'était dit. Je venais de lui dire que je l'aimais toujours, que j'avais pas envie de partir mais que j'avais mal. « Ce que je vais dire va sûrement te faire un peu de mal mais... C'est pas mon but. Je veux que tu comprennes ce que je ressens. J'ai... J'ai mal géré la perte de notre bébé et je vous ai littéralement mis de côté Théo et toi, et je vous ai fait du mal. Beaucoup de mal... Je le regrette chaque jour qui passe mais je peux pas changer le comportement que j'ai eu. Mais tu vois, depuis... depuis que j'ai appris que tu m'as trompée, depuis que... je vais mieux... Je ne me sens plus à ma place. » Je m'arrêtai un instant. Ma voix tremblait parce que j'avais envie de pleurer mais je me retenais autant que possible. Je m'expliquai: « J'ai plus l'impression d'être ta femme, j'ai l'impression que c'est plus que... un nom que je porte et une bague au doigt mais sans plus. Et j'ai plus l'impression d'avoir ma place de mère... C'est toi qui a tout gérer mais depuis que je vais mieux, même avant que j'apprenne ta trahison, tu ne m'as pas laissé essayer de reprendre ma place... Parfois... » Et là, ça y est, je craquai. Les larmes coulèrent. Je le regardais jusqu'à présent mais avec mes larmes, je baissai le regard vers mes mains et la bague avec laquelle je jouais toujours nerveusement. « Parfois j'en suis à me demander si finalement vous seriez pas mieux sans moi... Je me dis que ça changerait rien au fond... Vous vous en êtes sortis depuis un an, si je partais, ça changerait quoi? Tu continuerais à le ramener et à le chercher, à entretenir la maison, faire le dîner,... Et puis à chaque fois que je me persuade de ça, je me dis que je peux pas parce que mine de rien... Je pourrais pas vivre loin de vous... Je pourrais jamais partir malgré le mal que ça me fait de plus me sentir à ma place, de te regarder, tout ça... »

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mar 8 Oct - 13:44




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Pour la première fois depuis quelques semaines, je deviens très direct avec ma femme. Je ne veux plus tourner autour du pot. Je veux savoir une bonne fois pour tout ce qui va advenir de nous. Parce que si ce soir je vois qu’elle n’est pas prête à faire des efforts, il faudra que je prenne une décision. J’ai déjà une idée en tête : partir. Même si je sais que j’aurais beaucoup de mal à le faire à cause de Théo. « La dernière fois... Qu'on s'est embrassé... C'était le jour de... C'était le jour de la fausse-couche. Je le sais... Que tu fais ce que tu peux pour que je te pardonne... Et je voudrais vraiment y arriver Alexander. Mais à chaque fois que je te regarde j'ai... Je t'imagine dans les bras d'une autre et tu n'imagines pas à quel point ça me fait mal. » Un instant, je ferme les yeux et imagine ces derniers moments que l’on a vécu ensemble. Les moments heureux. On était tellement amoureux tous les deux. J’étais tellement fier d’elle et du fait qu’elle allait m’offrir un deuxième enfant. Je rouvre les yeux et je vois les dommages qui désormais font parti de notre vie. Comment on a pu laisser notre mariage ce mourir de cette manière ? Et surtout… Je me demande comment j’ai pu lui faire ça. Oui elle ne me regardait plus, oui je ne me sentais plus aimer, mais je n’aurais jamais dû faire cela. Je le sais parfaitement. La culpabilité s’insinue en moi comme un poison mortel. Ca me court dans les veines depuis des mois… Je ne sais même pas quoi lui répondre tellement j’ai honte. Je l’ai brisé. Je suis responsable de tout cela.

« J'ai pas envie de partir... Parce que... Parce qu'il y a Théo mais aussi parce que... Malgré tout... Je ne peux pas m'empêcher de t'aimer... » Pour la première fois depuis le début de notre conversation, je lève les yeux vers elle et plonge mon regard dans le sien. Elle m’aime encore. Dans le fond, c’est tout ce que je demandais. Qu’elle m’aime encore. Cela veut dire que rien n’est perdu dans le fond. Que l’on peut encore se battre. Et on va se battre. Je lui offre un petit sourire. Timide et loin d’être resplendissant. Rien de merveilleux, mais c’est mieux que ce qu’on a pu vivre ses derniers temps. Je n’ose plus parler. Je ne veux pas briser ce moment et je ne veux pas la brusquer ou la brimer. J’ai l’impression qu’elle a envie de s’ouvrir à moi et je ne veux pas empêcher cela. Alors je me concentre sur elle et je l’écoute attentivement. « Ce que je vais dire va sûrement te faire un peu de mal mais... Ce n’est pas mon but. Je veux que tu comprennes ce que je ressens. J'ai... J'ai mal géré la perte de notre bébé et je vous ai littéralement mis de côté Théo et toi, et je vous ai fait du mal. Beaucoup de mal... Je le regrette chaque jour qui passe mais je ne peux pas changer le comportement que j'ai eu. Mais tu vois, depuis... depuis que j'ai appris que tu m'as trompée, depuis que... je vais mieux... Je ne me sens plus à ma place. J'ai plus l'impression d'être ta femme, j'ai l'impression que c'est plus que... un nom que je porte et une bague au doigt mais sans plus. Et j'ai plus l'impression d'avoir ma place de mère... C'est toi qui a tout gérer mais depuis que je vais mieux, même avant que j'apprenne ta trahison, tu ne m'as pas laissé essayer de reprendre ma place... Parfois... Parfois j'en suis à me demander si finalement vous ne seriez pas mieux sans moi... Je me dis que ça ne changerait rien au fond... Vous vous en êtes sortis depuis un an, si je partais, ça changerait quoi? Tu continuerais à le ramener et à le chercher, à entretenir la maison, faire le dîner,... Et puis à chaque fois que je me persuade de ça, je me dis que je ne peux pas parce que mine de rien... Je ne pourrais pas vivre loin de vous... Je ne pourrais jamais partir malgré le mal que ça me fait de plus me sentir à ma place, de te regarder, tout ça... » Je reste sans voix face à son discours. Je sais que je l’ai laissé de côté, mais je ne pensais pas que cela pouvait la blesser à ce point. Je sens le poids de la culpabilité devenir encore plus grand. C’est atroce. J’ai envie d’hurler. Pas sur elle, mais sur moi. Je me déteste…

Je lève les yeux et remarque très rapidement les larmes de ma femme. J’ai toujours détesté la voir pleurer et ce n’est pas quelque chose qui a changé aujourd’hui. Je n’ose pas la prendre dans mes bras, mais voilà je me lève et viens m’asseoir à ses côtés. Pour la première fois depuis des mois, nous sommes proches et j’ai l’impression que nous sommes liés à nouveau. « Je suis désolé Leia… » Je baisse les yeux sur mes pieds. Elle c’est ouverte et j’ai l’impression que c’est à mon tour de le faire également. « Je sais que tu as souffert, mais… Tu n’étais pas toute seule. Moi aussi j’ai perdu mon bébé. D’accord ce n’est pas moi qui le portais, mais c’était mon bébé quand même… » Je me mords la lèvre alors que ma voix deviens tremblante. Je ne supporte plus de parler de cela. D’ailleurs je n’en parle jamais, j’en ai jamais parlé, même pas avec Leia. J’ai tout gardé pour moi, pour la sauvegarder elle. « Pendant des mois j’ai rien dit, je t’ai soutenu. T’en avais peut être pas conscience, mais je faisais que ça, te soutenir. Je n’ai pas pris le temps de pleurer, vous aviez besoin de moi. Je t’assure qu’au début j’ai compris, mais à la fin non. Tu m’as tellement rejeté… Tu n’as plus l’impression d’être ma femme ? Moi ça fait un an que je me demande si je suis toujours marié ou pas. Je me demande si je te dégoûte. » Je passe une main sur mon visage et soupire quelque peu. « Je sais que j’ai fauté. Je le sais parfaitement, mais ça ne voulait rien dire Leia. C’est la plus grosse erreur de ma vie. Je veux qu’on passe au dessus de ça. Pardonne-moi Leia. Arrête de penser à ça. De penser à moi comme l’homme qui t’as trompé. Je suis ton mari, le père de ton fils. Pense à ça bordel ! » Je viens d’hausser le ton sans vraiment le vouloir et me lève à nouveau. J’ai l’impression de me battre dans le vent.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mar 8 Oct - 16:00






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Depuis qu'on se connaissait, qu'on sortait ensemble, jamais nous avions vécu une crise semblable à celle-ci. Et jamais je n'aurais crû en vivre une pareille. On était heureux, on s'aimait... On s'était marié, on avait eu Théo et... Nous avions tout. Absolument tout. Une belle maison, une famille unie, des métiers qui nous intéressaient. Que demander de plus? Et un jour, tout nous a été repris. Depuis un an, nous n'avions plus rien. Enfin, nous avions toujours Théo. Mais je savais qu'on était plus heureux. Peut-être qu'on s'aimait encore. Sans doute même. Mais ça n'avait pas suffit à faire en sorte que notre mariage perdure sereinement. En fait, c'était presque à s'en demander si... si on était encore vraiment un couple? Au final, nous portions juste le même nom et une bague à nos doigt... Et ça m'attristait de penser à ça comme ça. Vraiment.

Et, pour la première fois depuis un an, je lui avouai que je l'aimais. Son regard se plongea dans le mien et j'eus droit un petit, très petit sourire, mais un sourire quand même. Le dire me fit mine de rien beaucoup de mien. Au fond, j'en avais peut-être besoin. De lui dire que je l'aimais toujours. Je m'en voulais tous les jours du mal que j'avais fait aux deux hommes de ma vie. Tous les jours. Je vivais avec cette culpabilité, cette réalité. J'avais été une mauvaise mère, une mauvaise épouse. J'avais honte de la façon dont j'avais géré la situation depuis un an. Et je savais très bien que les parents d'Alexander devait sûrement se dire que j'étais une mauvaise mère, qu'Alexander devrait partir avec Théo et me laisser tomber. Que je méritais pas la patience qu'il avait eu envers moi et tout ça. Je me demandais s'ils en avaient parlé d'ailleurs... Mais là n'était pas la question. J'avais un mariage à sauver ou... ou au moins des décisions à prendre.

Il se leva et vint s'asseoir près de moi sur le canapé. J'aurais voulu me mettre contre lui, qu'il me prenne dans ses bras, mais j'étais incapable de bouger. Je ne pouvais pas franchir cette barrière qui nous séparait encore. « Je suis désolé Leia… » Je le croyais quand il me disait ça. J'étais désolée aussi. Désolée de l'avoir repoussé, désolée d'avoir délaissé mon fils, désolée de ne pas savoir lui pardonner, lui parler. « Je sais que tu as souffert, mais… Tu n’étais pas toute seule. Moi aussi j’ai perdu mon bébé. D’accord ce n’est pas moi qui le portais, mais c’était mon bébé quand même… » J'étais désolée de ne pas avoir su l'aider alors que lui aussi venait de perdre son bébé. Je n'avais même pas cherché à comprendre. Je ne lui avais pas laissé le choix. Je n'avais pas cherché à expliquer à Théo ce qu'il s'était passé, je n'avais pas laissé l'occasion à Alexander de pleurer la perte de son bébé. Je m'étais renfermée sur moi-même sans réfléchir, égoïstement. Je le réalisais maintenant. Je réalisais à quel point j'avais été égoïste, méchante et... et tout ce que vous voulez. « Pendant des mois j’ai rien dit, je t’ai soutenu. T’en avais peut être pas conscience, mais je faisais que ça, te soutenir. Je n’ai pas pris le temps de pleurer, vous aviez besoin de moi. Je t’assure qu’au début j’ai compris, mais à la fin non. Tu m’as tellement rejeté… Tu n’as plus l’impression d’être ma femme ? Moi ça fait un an que je me demande si je suis toujours marié ou pas. Je me demande si je te dégoûte. » Je fixais le sol, essuyant mes yeux et mes joues. Je voudrais dire quelque chose, je voudrais lui dire... Je ne savais même pas ce que je voulais lui dire. Je crois que je voulais lui dire tellement de choses que je ne savais même pas par où commencer. « Je sais que j’ai fauté. Je le sais parfaitement, mais ça ne voulait rien dire Leia. C’est la plus grosse erreur de ma vie. Je veux qu’on passe au dessus de ça. Pardonne-moi Leia. Arrête de penser à ça. De penser à moi comme l’homme qui t’as trompé. Je suis ton mari, le père de ton fils. Pense à ça bordel ! » Il avait haussé le ton et s'était relevé. Les larmes coulaient sur mes joues. Si seulement c'était aussi simple...

« J'ai... Je suis désolée... Je suis désolée de t'avoir imposé ma condition pendant un an... Je suis désolée... Je suis désolée de vous avoir abandonnés, d'accord?! » J'avais aussi un peu haussé le ton mais c'était la seule carapace que j'avais trouvé. Malgré tout, je m'excusais. Je m'excusais pour le mal que je lui avais fait. « T'aurais dû... T'aurais dû me le dire. T'aurais dû me dire que tu avais fait une erreur quand j'ai commencé à aller mieux. J'aurais au moins pu me dire que je pouvais te faire confiance puisque tu aurais eu l'honnêteté de me le dire. Mais là... Tu m'as trompée, tu me l'as caché et... Et j'ai du mal à l'accepter... Pourtant... Je sais que je l'ai cherché. Je sais très bien que si t'es allé voir ailleurs, c'est ma faute. Je t'ai rejeté et... » Je me levai à mon tour pour aller chercher un paquet de mouchoirs. Je me rassis sur le canapé et en pris un pour essuyer mes yeux puis je jouai nerveusement avec le bout de papier en fixant mes mains. « J'ai été égoïste... Méchante... Je t'ai poussé à bout, jvous ai laissé et... Et maintenant je te reproche d'être allé voir ailleurs alors que pendant un an t'as pas pu me toucher... Je... Je te demande pardon... » C'était la première fois que je disais ça à voix haute. C'était la première fois que j'avouais à voix haute et qui plus était à Alexander les fautes que j'avais commises. C'était déjà dur de se dire que j'avais cherché à ce qu'il me trompe, qu'au final tout était ma faute mais le dire à voix haute à l'homme qu'on aime c'était... C'était encore plus dur. Je ne disais pas que tout était réglé mais je faisais des efforts pour lui parler, lui montrer que j'en pouvais plus non plus et que malgré tout je l'aimais encore.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mar 8 Oct - 21:40




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Pour la première fois depuis des semaines, nous arrivons enfin à nous parler calmement. Nous sommes tendus, c’est certains, mais nous n’avons pas démarré par des cris. En général, on couchait Théo et les hostilités commençaient. Très souvent pour un rien. Parce que je n’ai pas fait un truc qu’elle m’avait demandé ou parce qu’elle a oublié un truc pour Théo. On partait au quart de tour ou alors on ne se parlait pas du tout. Il nous est arrivé de passer des soirées dans la même pièce sans même s’adresser la parole. La plupart du temps, elle regardait tranquillement la télé et moi je dessinais, soit pour le boulot, soit pour le plaisir. Un soir je me suis surpris à la dessiner elle. J’avais terminé mon dessin et l’avais laissé sur la table de la cuisine intentionnellement. Enfin. Ce soir les choses changent enfin ou tout du moins on essaye de les changer. On s’ouvre pour la première fois depuis longtemps. Elle me parle de sa dépression, je lui montre enfin les effets que cela a eu sur moi également. Et personne ne crie. Je vais même m’asseoir à ses côtés. A la fin, je m’emballe un peu, mais c’est plus pour souligner mes propos et mon ras-le-bol. C’est loin des insultes qu’elle a pu me lancer. « J'ai... Je suis désolée... Je suis désolée de t'avoir imposé ma condition pendant un an... Je suis désolée... Je suis désolée de vous avoir abandonnés, d'accord?! » Cette fois c’est Leia qui hausse le ton, mais je ne lui fait aucune remarque. En fait on se tait tous les deux. On a entendu du bruit et nerveusement on espère qu’il ne s’agis pas de Théo. Une fois il a débarqué alors qu’on se disputait. Après il m’a posé plein de questions et je ne veux pas que cela arrive à nouveau. Heureusement pas de petite tête blonde dans le salon. Le bruit devait venir de dehors. Je me tourne vers Leia. Elle est désolée, c’est bien. Mais il va falloir plus.

« T'aurais dû... T'aurais dû me le dire. T'aurais dû me dire que tu avais fait une erreur quand j'ai commencé à aller mieux. J'aurais au moins pu me dire que je pouvais te faire confiance puisque tu aurais eu l'honnêteté de me le dire. Mais là... Tu m'as trompée, tu me l'as caché et... Et j'ai du mal à l'accepter... Pourtant... Je sais que je l'ai cherché. Je sais très bien que si t'es allé voir ailleurs, c'est ma faute. Je t'ai rejeté et... » Et voilà. Elle revient toujours sur la même chose. Oui je l’ai trompé, mais je pense avoir assez honte comme ça. Je l’ai déjà presque supplié à genou de me pardonner, mais non. C’est toujours le même problème, toujours la même rengaine. « Tu voulais quoi ? Que je rentre un soir, alors que tu allais mieux, pour te dire : au fait chérie, je t’ai trompé. Mais ce n’est pas grave. » Je lève les yeux vers elle pour observer sa réaction. « Je pouvais pas te le dire, parce que j’en ai tellement honte Leia… Ce soir-là j’étais tellement bourré que je ne pourrais même pas te dire comment elle s’appelait et encore moins à quoi elle ressemblait. J’étais en manque d’affection, j’ai passé la nuit avec elle. C’est tout. Je me déteste tous les jours depuis et je pense que c’est suffisant. » Je voudrais tellement qu’elle me pardonne. Elle est la seule et unique importante à mes yeux. Je voudrais juste qu’elle le comprenne une bonne fois pour toute.

« J'ai été égoïste... Méchante... Je t'ai poussé à bout, je vous ai laissé et... Et maintenant je te reproche d'être allé voir ailleurs alors que pendant un an t'as pas pu me toucher... Je... Je te demande pardon... » Surpris, je me tourne totalement vers elle. C’est bien la première fois qu’elle me dit cela. Je soupire quelque peu et fait quelques pas pour me rapprocher d’elle à nouveau. Je m’assois sur la table basse et la regarde en silence. Longuement. « Ca fait longtemps que je t’ai pardonné Leia. Sinon je ne serais plus là depuis des mois. » Si je lui ai pardonné c’est parce que je l’aime. Encore et toujours, même après cinq ans de mariage et un an d’éloignement certain. Je lui avais promis d’être là, à ses côtés, pour le meilleur comme le pire. Et bien je suis toujours là. « Toi tu devrais me pardonner par contre… Sinon c’est moi qui vais mettre fin à ce mensonge. Théo est grand, il finira par comprendre. Je veux plus lui mentir, on lui a déjà trop menti dans sa vie. » A bout de nerf, au bout du rouleau, je pose mes coudes sur mes genoux, et prends mon visage entre mes mains. J’en ai marre. Je voudrais tellement qu’elle est ne serait-ce qu’un seul et unique geste tendre envers moi.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mar 8 Oct - 23:56






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Je n'étais plus sûre de rien mais ce que je savais c'était que je voulais protéger mon fils au maximum. Je voulais l'épargner de nos disputes, de la tension, de tout nos problèmes. Alors lorsqu'après lui avoir annoncé que j'ai désolée pour tout en haussant un peu le ton nous entendîmes du bruit, Alexander et moi, on se tut. Finalement, ce n'était pas notre fils et heureusement. Je n'aurais pas voulu avoir à lui expliquer quoi que ce soit. Et je ne voulais pas qu'il me voit en pleurs. Pendant ce petit moment de silence, je me souvins du dessin de moi que mon mari avait fait, un énième soir où nous ne nous étions pas parlé. Je l'avais gardé... Et je l'avais rangé dans le tiroir de ma table de chevet. « Tu voulais quoi ? Que je rentre un soir, alors que tu allais mieux, pour te dire : au fait chérie, je t’ai trompé. Mais ce n’est pas grave. » D'accord... Vu comme ça, il avait peut-être pas tort... J'haussai doucement les sourcils en guise d'approbation l'air de dire que oui, effectivement, ça n'aurait peut-être pas été la meilleure façon de me faire cet aveu... Je soupirai doucement. « Je pouvais pas te le dire, parce que j’en ai tellement honte Leia… Ce soir-là j’étais tellement bourré que je ne pourrais même pas te dire comment elle s’appelait et encore moins à quoi elle ressemblait. J’étais en manque d’affection, j’ai passé la nuit avec elle. C’est tout. Je me déteste tous les jours depuis et je pense que c’est suffisant. » L'entendre me dire qu'il n'était même pas capable de se souvenir de son nom ou d'à quoi elle ressemblait me rassurait. D'une certaine façon. J'hochai doucement la tête, en silence. Je ne savais pas quoi lui dire. Et finalement, je lui avouai une chose que je n'avais jamais pris le temps de lui dire. Et surtout, je lui demandais pardon...

Alors il se tourna vers moi. Je le regardais à ce moment-là. Mais son regard sur moi me fit détourner la tête. Je n'osais même pas le regarder en face. Il s'approcha alors de moi et s'installa sur la table en basse. C'était la première fois que nous étions si proches, si ouverts l'un avec l'autre et ce, sans cris. Je fixais le sol mais je sentais très bien son regard sur moi. Un long moment s'écoula, en silence. Puis il reprit: « Ca fait longtemps que je t’ai pardonné Leia. Sinon je ne serais plus là depuis des mois. » Je relevai mes yeux vers lui. Il m'avait déjà tout pardonné...? Alors que j'avais fait tant de mal...? Et... Et moi je restais bornée sur une seule et unique erreur de sa part...? Quelle conne. Parce que oui, fallait dire la vérité. J'étais conne d'être comme ça avec lui. « Toi tu devrais me pardonner par contre… Sinon c’est moi qui vais mettre fin à ce mensonge. Théo est grand, il finira par comprendre. Je veux plus lui mentir, on lui a déjà trop menti dans sa vie. » Je le regardai faire. Et ça me brisait le cœur de le voir comme ça. Et dire que tout ça était ma faute. Je murmurai: « D'accord... » Mais d'accord quoi? J'hésitai un instant avant de poser mes mains, un peu tremblantes, sur celles d'Alexander. Je les descendis pour pouvoir voir son visage et je laissai mes mains sur les siennes. Je me retenais de continuer à pleurer. « Je veux pas... Je veux pas partir... Et je veux pas que tu partes et... je veux pas que Théo souffre... et... Et je t'aime toujours... » Je le regardais. Il pouvait voir à quel point elle était sincère. « Je te promets... d'essayer d'oublier... Mais... Jures-moi que ça n'arrivera plus... plus jamais... » J'avais quand même besoin de l'entendre me dire ça, j'avais besoin d'être rassurée. « Et... si je fais ces efforts, il va aussi falloir que tu en fasses et... que tu me rendes ma place de maman et... et d'épouse... » Je le regardais dans les yeux. J'avais besoin de lui. J'hésitai mais si voulais qu'il remarque à quel point j'étais sincère il fallait que je le fasse... Alors je passai doucement mes bras autour de son cou pour poser ma tête sur son épaule. Et je murmurai à son oreille, espérant qu'il me prendrait contre lui: « Merci... d'avoir pris sur toi pour... t'occuper de tout... Et... Merci... d'avoir été là... même si je l'ai pas forcément remarqué... »

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mer 9 Oct - 14:05




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Pour la première fois, je lui parle de ma tromperie. Pas ouvertement, on n’a pas besoin de connaître les détails. De toute manière, je ne me souviens même pas de ces derniers. J’avais tellement bu ce soir-là. Je cherchais juste de l’affection. Je me souviens juste de m’être réveiller dans le lit d’une inconnue. Elle dormait encore et j’avais ramassé mes affaires avant de partir en courant. Après j’avais erré dans les rues de la ville pendant plusieurs heures avant de rentrer chez moi pour reprendre ma vie de père et de mari. Désormais je porte cela comme un lourd fardeau. Je traîne mon erreur comme un boulet. Je suis coupable, je me sens coupable et j’ai honte. Mais j’aimerais tellement que Leia me pardonne. Dans le fond, c’est tout ce que je lui demande et c’est tout ce que j’attends. Personnellement, ça fait longtemps que je lui ai déjà pardonné de mon côté et je lui fais savoir. Mais à bout de nerf, je cache mon visage dans le creux de mes mains. Je ne veux pas me mettre à pleurer devant ma femme. Je me suis pas autorisé à craquer pendant plus d’un an, il ne faut pas que je le fasse aujourd’hui. Je soupire entre mes mains et attends. Une quelconque réaction de sa part. « D'accord... » Mais d’accord de quoi ? Je préfère même ne pas relever la tête pour lui poser la question. Je perds espoir, peu à peu…

Quelques secondes plus tard, je sens les mains de Leia se poser sur les miennes. Elle me force à découvrir mon visage. Je lève les yeux vers elle. C’est la première fois depuis un an qu’elle me touche volontairement. Je me sens frissonner de la tête aux pieds. A croire qu’elle me fait toujours le même effet. C’est dingue. Je plonge mon regard dans le sien et l’écoute attentivement. « Je veux pas... Je ne veux pas partir... Et je ne veux pas que tu partes et... Je ne veux pas que Théo souffre... Et... Et je t'aime toujours... Je te promets... D'essayer d'oublier... Mais... Jures-moi que ça n'arrivera plus... Ne plus jamais... » me dit-elle doucement. Je prends ses mains dans les miennes et les serrent fortement. J’ai besoin de se lien avec elle. C’est comme une renaissance d’un seul coup. Quelque chose que je ne croyais plus possible depuis bien longtemps. « Je te le promets Leia. C’est la pire erreur de ma vie. Je… Ca m’empêche de dormir et la culpabilité vient me frapper dès que je pose le regard sur toi. J’ai rompu la promesse que je t’avais faite et je me déteste pour ça. » Je suis franc avec elle. Je ne lui rejette pas la pierre, je prends le poids de mes responsabilités, mais je lui montre également à quel point cette erreur à réussi à m’affaiblir. « Et... Si je fais ces efforts, il va aussi falloir que tu en fasses et... Que tu me rendes ma place de maman et... Et d'épouse... » Je m’attendais à ce qu’elle me dise cela. Oui je m’y attendais et je ne suis pas surpris. Pourtant c’est nerveusement que je passe une main sur ma nuque en me mordant quelque peu la lèvre. « Je fais de mon mieux pour te rendre ta place de mère. Je sais que je suis trop protecteur avec Théo, mais c’est plus fort que moi. Mais je vais faire des efforts, promis. » Quand à la deuxième partie… Je tourne un peu la tête et regarde mon alliance puis la sienne. « Pour ta place d’épouse… Je ne t’ai jamais rejeté c’est toi qui m’as mis à part. J’attends que ça moi. Que tu reviennes près de moi… »

Sans que je n’ai le temps de comprendre le pourquoi du comment, Leia enroule ses bras autour de ma nuque et tente de se blottir contre moi. La position est loin d’être confortable, alors je me lève quelque peu et reviens m’asseoir à ses côtés. J’hésite un instant et enroule mon bras autour de son épaule pour qu’elle puisse venir se blottir contre moi. Comme auparavant. Je m’enivre de nouveau de son parfum et je me sens revivre. « Merci... D'avoir pris sur toi pour... T'occuper de tout... Et... Merci... D'avoir été là... Même si je ne l’ai pas forcément remarqué... » Cela me fait du bien d’entendre tout cela de sa bouche. C’est comme si un lourd poids s’en allait de mes épaules. Je me sens presque mieux. Presque… « On a dit oui pour le meilleur comme pour le pire, non ? » dis-je doucement. Je me sens bien avec Leia dans le creux de mes bras. C’est un sentiment fort. « Pardonne-moi Leia… Je t’en supplie… »

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Mer 9 Oct - 17:13






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Il était temps pour moi de tourner la page. De pardonner à Alexander sa tromperie, son erreur, pour me concentrer sur tout ce qu'il avait fait de bien depuis un an. Il avait été tellement patient avec moi. Il m'avait laissé déprimer et gérer mon deuil, au début, puis il avait essayé de m'aider en me forçant à aller voir un psy... Et aussi, il s'était occupé de la maison, de Théo... Il faisait le ménage, les repas, le repassage, il ramenait notre fils à l'école et allait le chercher. Il s'occupait d'absolument tout. Sans lui, qu'est-ce-qu'on serait devenu Théo et moi? Ou plutôt... Que serait devenu Théo? Moi de toute façon, c'était comme si Alexander n'était pas là... ça n'aurait sans doute pas changé grand chose pour moi durant ma dépression. Mais Théo aurait été perdu sans Alexander et il fallait que je me concentre sur ça, sur la façon dont lui avait géré les choses. Surtout que quand on y pensait, me tromper une seule et unique fois après près d'un an de solitude, c'était pas si mal... Peu d'hommes auraient tenu une année sans toucher leur femme, ou une femme tout court... Pas vrai?

« Je te le promets Leia. C’est la pire erreur de ma vie. Je… Ca m’empêche de dormir et la culpabilité vient me frapper dès que je pose le regard sur toi. J’ai rompu la promesse que je t’avais faite et je me déteste pour ça. » Je venais de le toucher volontairement et de lui demander de me jurer que plus jamais il ne me ferait ça. Il serra fortement mes mains dans les siennes et je ne pus réprimer un frisson. Pour la première fois depuis des mois, j'avais envie de croire que l'avenir pourrait être meilleur. Pour la première fois depuis des mois, j'avais envie de me retrouver dans les bras de mon mari, d'essayer de me battre pour notre mariage et notre famille. Pour la première fois depuis des mois, je n'avais plus envie de penser à divorcer. Pour la première fois depuis des mois, j'avais envie d'avancer avec Alexander... Et c'était un grand pas en avant si vous voulez mon avis. « Je fais de mon mieux pour te rendre ta place de mère. Je sais que je suis trop protecteur avec Théo, mais c’est plus fort que moi. Mais je vais faire des efforts, promis. » Je souris doucement mais un peu tristement. « Je sais que tu veux le protéger mais... je vais pas lui faire du mal... Tu sais... J'ai vu la façon dont il t'a regardé tout à l'heure, quand tu lui faisais son dessin... Il... Il t'admire Alexander... Vous partagez tellement de choses tout les deux et... ce sont ces petites choses qui me font prendre conscience que.. que j'ai plus la même place qu'avant... » J'étais franche avec lui. Je lui expliquais ce qui faisait que je savais que je n'avais plus ma place de mère. Je ne lui faisais pas de reproche, je lui disais simplement ce que j'avais remarqué. « Pour ta place d’épouse… Je ne t’ai jamais rejeté c’est toi qui m’as mis à part. J’attends que ça moi. Que tu reviennes près de moi… » J'hochai doucement la tête. Il n'avait pas tort. Je pris mon courage à deux mains pour lui dire doucement: « Je... Dors avec moi cette nuit... » C'était un énorme pas en avant que je le laisse revenir dans notre lit conjugal.

Puis je me mis contre lui. Il fallait juste que je lui montre que je voulais faire des efforts. Il se leva et se mit sur le canapé avant de me prendre contre lui. Je me blottis alors contre lui, une main sur son torse, retrouvant peu à peu mon mari et l'espoir. « On a dit oui pour le meilleur comme pour le pire, non ? » C'était une des promesses que nous nous étions faites, effectivement. « Pardonne-moi Leia… Je t’en supplie… » Je repensai alors au dessin. Je devrais peut-être lui dire... « Tu te souviens du dessin que tu avais fait un soir...? Le dessin de moi...? Je... Je l'ai gardé et il est dans ma table de chevet... » Je souris doucement, n'osant pas bouger de peur de briser notre moment. C'était une forme de retrouvailles et je ne voulais pas prendre le risque de tout gâcher en bougeant. C'était peut-être ridicule mais c'était comme ça. « Je te pardonne... » Lui pardonner ne voulait pas dire que tout irait à nouveau mieux dans le meilleur des mondes mais au moins, on allait pouvoir tenter de se redécouvrir doucement...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Jeu 10 Oct - 11:58




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Dans le salon, on essaye de reprendre la conversation tous les deux. Il est important que le dialogue s’implique de nouveau entre nous. On a désespérément besoin de cela. Il faut que l’on arrête de s’engueuler ou de se rejeter la faute. Il faut que l’on commence à agir comme deux adultes tous les deux. Pour la millième fois depuis qu’elle a découvrir ma tromperie, je m’excuse pour cela. Je veux dire, j’ai fauté, mais j’ai envie que l’on passe au-dessus de tout cela. Nous sommes deux adultes, il serait peut être temps pour elle de comprendre que j’ai compris ma faute et que je n’ai pas du tout l’intention de recommencer. Sans vouloir me vanter ou quoique ce soit, c’est le seul et unique écart de conduite que j’ai eu en un an. Je ne pense pas que tous les hommes auraient agis comme moi. C’est par amour pour elle et pour ma famille que je suis resté à ces côtés même s’il était clair qu’elle ne voulait pas de moi ici. Enfin… Leiah finis par se rapprocher de moi tellement que ses mains rencontrent les miennes. Le premier contact que nous avons depuis si longtemps. J’ai presque l’impression d’halluciner. J’attendais cela depuis si longtemps… Je préfère ne rien dire, pour ne pas briser ce moment. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. J’ai l’impression que ce soir nous allons finalement arriver à faire quelque chose de bien. La conversation dérive sur Théo, mais plus précisément sur le rôle de maman que Leia joue avec lui. « Je sais que tu veux le protéger mais... Je ne vais pas lui faire du mal... Tu sais... J'ai vu la façon dont il t'a regardé tout à l'heure, quand tu lui faisais son dessin... Il... Il t'admire Alexander... Vous partagez tellement de choses tout les deux et... ce sont ces petites choses qui me font prendre conscience que… Que j'ai plus la même place Qu'avant... » J’écoute très attentivement tout ce qu’elle me dit. J’ai conscience de tout cela. Je m’en veux également. « Je sais, mais… C’est mon petit garçon, tu lui a tellement manquer que j’ai pris toute la place pour qu’il ne se sente pas seul. Le prends pas mal, mais… Tu n’étais pas là quand il posait des questions. Il c’est fait beaucoup de souci pour toi, il voulait sa maman. Si tu savais tous les mensonges que j’ai pu inventer pour le rassurer. Je commençais à être à cours d’arguments. » Je ne veux pas la blâmer, mais je pense qu’elle a besoin de le savoir. Quand je lui parle de sa place d’épouse, les choses sont un peu différentes. « Je... Dors avec moi cette nuit... » Je suis tellement surpris par sa demande que je me tourne subitement vers elle. « T’es… Sérieuse ? » Cela fait un an que je n’ai pas dormi dans mon lit. Le canapé où nous sommes actuellement assis est mon lit depuis tout ce temps. A force j’ai développé un mal de dos qui ne me quitte presque jamais, mais je ne me plains pas. Mais ce soir je vais retourner auprès de ma femme. « Bien sûr. » dis-je doucement.

Alors que Leia viens se blottir contre moi, je la serre doucement dans mes bras. Je profite de cet instant unique en soi. On avait besoin de cela tous les deux. Vraiment besoin. « Tu te souviens du dessin que tu avais fait un soir...? Le dessin de moi...? Je... Je l'ai gardé et il est dans ma table de chevet... » Bien sûr que je me souviens de se dessin. Je ne sais comment je l’avais dessiné d’ailleurs. Les traits de son visage étaient apparus sous mon crayon sans que je n’y réfléchisse vraiment. Mais voilà. J’avais fait de nombreux dessin d’elle, mais celui là marquais la distance entre nous. Elle était sur le canapé, le visage triste. J’avais capturé ce moment sur le papier, espérant que cela n’arrivera jamais à nouveau. « Je l’avais laissé sur la table pour toi. » Pour qu’elle le voie, le lendemain quand je ne l’avais plus vu sur la table, j’avais pensé qu’elle l’avait simplement jeté. Le silence revient s’installer entre nous, mais tout va bien au moins pour quelques minutes. Personne n’ose bouger. « Je te pardonne... » me dit-elle tout doucement en murmurant. Je baisse les yeux vers elle et dépose un baiser sur sa tempe. Je n’ose pas l’embrasser. Pas encore. « Merci… » Je sais que rien n’est encore gagner, mais c’est un bon début. Un commencement quoi. Je me laisse m’enfoncer dans le canapé et attire Leia contre moi. « Tu m’as tellement manqué Leia. J’ai cru que je t’avais perdu pour toujours… »

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Jeu 10 Oct - 14:55






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Je devais expliquer à Alexander ce que je ressentais. Je devais essayer de lui faire comprendre qu'il n'y avait pas que sa tromperie comme problème. Il fallait que je parle, que je lui explique que je n'avais plus l'impression d'avoir ma place à leur côté depuis la fin de ma dépression. Au fond, la perte de ce bébé m'avait fait descendre très bas et je ne pensais pas être un jour capable de me retrouver dans cet état mais en plus de tout, tout ça n'a fait que briser peu à peu mes relations avec mon mari et avec mon fils. Et avec les autres tout court. Je ne sortais plus, je ne faisais aucun effort. Je me contentais de rester allongée dans un lit que je détestais, dans une chambre que je détestais, dans une maison que je détestais. Durant ma dépression, je détestais tout ce matériel qui m'entourait parce qu'on m'avait prit la chose la plus importante dans une vie, mon enfant. Oui, il y avait Théo. Oui, il y avait Alexander. Oui, je les aimais. Mais je détestais tout ce matériel que je jugeais alors inutile. Et je me détestais. Moi. En tant que femme, en tant que maman. Je me sentais responsable de la mort de notre bébé. Mais ça, Alexander ne le savait pas. Il ne savait pas que je me sentais la seule et unique responsable si j'avais fait une fausse-couche. Tout comme il ignorait que chaque soir, je sortais la seule échographie qu'on avait de sous l'oreiller et je la regardais en pleurant et en me demandant pourquoi... En me demandant ce qu'on avait fait pour que ça nous arrive, en trouvant ça injuste... Et tout comme il ignorait également que quand j'étais seule, parfois, je prenais un verre ou une assiette et je les balançais contre un mur. Il ne savait pas non plus que je prenais une peluche que j'avais eu lorsque j'étais petite et que je cachais pour la serrer fortement dans mes bras et pleurer toutes les larmes de mon corps. Il ne savait rien de tout ça... Se doutait-il ne serait-ce qu'une seconde de tout ces détails? Je n'avais pas juste passer mon temps couchée, le regard dans le vide. Je souffrais en silence... Et encore aujourd'hui, je n'arrivais pas à tout lui dire. Alors j'avais simplement commencé en lui parlant de ma place de maman, de ce que je ressentais maintenant et pas de ce que je ressentais pendant ma dépression.

« Je sais, mais… C’est mon petit garçon, tu lui a tellement manquer que j’ai pris toute la place pour qu’il ne se sente pas seul. Le prends pas mal, mais… Tu n’étais pas là quand il posait des questions. Il c’est fait beaucoup de souci pour toi, il voulait sa maman. Si tu savais tous les mensonges que j’ai pu inventer pour le rassurer. Je commençais à être à cours d’arguments. » Je voulu répliquer mais je savais parfaitement qu'il avait raison et ça faisait mal. C'était horrible de le penser soi-même, qu'on avait pas été là, mais quand son mari vous le disait en face, c'était dur. Très dur. Je ne savais pas s'il se rendait compte de l'effet que ça faisait et peu importait en fait puisque de toute façon, il ne faisait que dire la vérité... Je baissai la tête. « Je sais... que j'ai pas été là... Mais... Jsuis là maintenant... et je veux rattraper le temps avec lui... Je veux reprendre mon rôle de mère... » Puis je lui demandai de dormir avec moi. Il fallait bien qu'on avance un minimum. Il se tourna vivement vers moi en me demandant si j'étais sérieuse. Je lui souris doucement, un petit sourire mais un sourire quand même, lui confirmant de cette simple façon que oui, j'étais sérieuse. Puis il acquiesça et dans un sens ça me rassurait.

Pour la première fois depuis un an, je retrouvais du réconfort entre les bras de l'homme que j'aimais. Je me décidai à lui parler du dessin qu'il avait fait un soir. « Je l’avais laissé sur la table pour toi. » Je souris doucement. Lorsque j'avais trouvé ce dessin, j'avais hésité. Le garder ou le jeter? Puis je l'avais regardé de plus près et j'avais vu ce qu'il montrait. J'étais triste sur ce dessin. Et je crois que le fait qu'il dessine ça voulait dire qu'il le voyait, qu'il remarquait que j'allais mal et dans un sens, ça m'avait touchée. C'était un peu comme un signe, une preuve que, peut-être, il ne s'en fichait pas. Que malgré nos disputes, il ne voyait pas que ma colère ou mes erreurs, mais aussi la tristesse que m'apportait cette situation. Alors je l'avais gardé... De plus, malgré ce qu'il montrait, ce dessin était magnifique. Alexander avait beaucoup de talent. Le silence s'installa. Puis je lui dis que je lui pardonnais. Un nouveau pas en avant. Il me remercia et embrassa ma tempe. Il s'installa un peu mieux dans le canapé et m'attira contre lui. « Tu m’as tellement manqué Leia. J’ai cru que je t’avais perdu pour toujours… » C'était peut-être le moment de m'excuser. De m'excuser d'avoir provoquer tout ça parce que je n'avais pas été capable de protéger le petit être qui était dans mon ventre. Ou peut-être pas. Peut-être ne fallait-il pas remuer le couteau dans la plaie ou... Peut-être que ce n'était pas le moment. Mais il fallait que je le dise. « Je suis désolée... de ne pas avoir su protéger correctement le bébé... » Je murmurais d'une voix tremblante, retenant des larmes. Je m'agrippai à son t-shirt en évoquant ça et toute la culpabilité que je ressentais.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Ven 11 Oct - 16:01




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


Je n’oublierais jamais toutes les questions que Théo à pu me poser lorsque Leia n’allait pas bien. Tous les matins il faisait la même chose. Il se levait, venait me faire un bisou, puis il courait jusqu’à ma chambre pour s’assurer que sa maman était toujours là. Au début, il entrait et essayais d’avoir un bisou de la jeune femme, mais quand il a remarqué qu’elle ne le regardait pas, il a finis par abandonner. Il a juste continué à aller voir, pour être sûr. Au début, il revenait vers moi l’air tout triste et un matin il a fondu en larmes. Il m’a fallut près d’une heure pour le consoler et lui dire que ce n’était pas de sa faute. Il n’avait que trois ans quand tout cela à commencer, il était bien trop jeune. Puis on lui avait dit, on lui avait fait comprendre qu’il allait avoir un petit frère ou une petite sœur et voilà qu’aucun bébé ne vient. J’ai été tout seul pour lui dire que bébé ne viendra pas. Comment expliquer à un enfant que quelqu’un est mort. Je lui ai dit que son petit frère – parce qu’il voulait absolument un frère – était parti dans les nuages et que l’on ne le verrait jamais, mais qu’on pensera toujours à lui. Je me doute que dans quelques années, il ne se souviendra peut être pas de tout cela et j’en serais heureux, mais moi je ne pourrais jamais oublier. Mon petit garçon n’était pas heureux et c’était dur à supporter. J’ai l’impression que Leia a du mal à comprendre tout cela. Tout ce que j’ai pu dire à notre petit bout pour qu’il ne déteste pas sa maman de l’avoir mis de côté. « Je sais... Que je n’ai pas été là... Mais... Je suis là maintenant... Et je veux rattraper le temps avec lui... Je veux reprendre mon rôle de mère... » Je tourne la tête vers Leia et lui offre un petit sourire. « Il t’aime tu sais. Même quand tu n’allais pas bien, il parlait de toi comme de la meilleure maman du monde. Ne le déçoit pas. » Les choses vont mieux entre nous, mais je reste encore un peu en retrait par rapport à son retour total dans notre famille. J’ai encore du mal à me dire qu’elle est désormais décidée à redevenir la femme qu’elle a été. Elle me demande de revenir dormir avec elle ce soir et je crois que c’est tout ce qu’il y avait de plus beau pour moi. Je sais qu’elle ne va sans aucun doute pas s’endormir dans mes bras, mais elle sera là. Elle sera a côté de moi et je serais dans mon lit et plus sur le canapé. C’est déjà un grand pas en avant.

Pourtant, Leia finis par venir se blottir dans mes bras. On se parle à cœur ouvert et cela fait réellement du bien. Elle me parle du dessin que j’avais fait d’elle et un léger sourire se dessine sur mon visage. Ce dessin où elle apparaît tellement triste et désemparée. J’avais essayé de capturer ses sentiments, mais également comment moi je la vois. Visiblement, j’ai réussi à la toucher. On s’installe un peu plus dans le canapé. Ici, je me sens bien. J’ai l’impression que rien ne pourra nous atteindre ce soir. Je sais qu’il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais j’ai l’impression que l’on va finir par s’en sortir. On a déjà fait les premiers pas. Après un léger silence, je lui explique à quel point elle m’a manqué. « Je suis désolée... De ne pas avoir su protéger correctement le bébé... » Ses mots me laisse sans voix. Je ne m’attendais pas à cela. Je me souviens du jour où nous avons annoncé à Théo que sa maman avait un bébé dans le ventre. Je lui avais dit de faire attention au ventre de maman, de ne pas lui donner un coup, etc. Et même si elle n’aimait pas cela, j’avais déjà commencé à la couver du regard. Quand Leia était enceinte de Théo, j’étais au petit soin pour elle. Je l’ai surveillé et protéger comme jamais. Quand elle m’a appris sa deuxième grossesse, j’ai tout de suite repris mes instincts protecteurs. Quand j’ai appris pour la fausse couche je me suis aussi demander si cela était de notre faute et j’ai vite abandonné cette idée pour ne pas me pourrir la vie. « Ne dit pas ça Leia. Ce n’était pas de ta faute. C’était la faute de personne. » C’était juste comme ça. Je baisse les yeux malgré tout. Je n’aime pas parler de cela. Je n’ai jamais parlé de mes sentiments envers la perte de cet enfant. « Je suis passé par tous les stades tu sais. J’ai cru que c’était de ma faute ou de la tienne, après je m’en suis pris au médecin et au final a presque la terre entière, mais j’ai finis par comprendre que ce n’était pas de notre faute. Je ne sais pas pourquoi c’est arriver, mais c’est arriver. Il faut qu’on tourne la page. Sans pour autant oublier notre bébé. »

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Ven 11 Oct - 19:02






Silence can be destructive
Alexander & Leia

C'était difficile pour moi de dire à Alexander que je voulais retrouver ma place de mère pour Théo parce que normalement, je n'aurais jamais dû avoir à lui dire ça. Je n'aurais jamais dû la perdre. Je n'aurais jamais dû délaisser mon enfant. La chaire de ma chaire, celui que j'avais porté pendant neuf mois et que je n'avais jamais cessé de protéger depuis. Mais je l'avais fait. Et chaque jour qui passait, je ressentais cette culpabilité. Lorsque je voyais la prunelle de mes yeux tellement proche de son père, j'avais mal. Mais j'avais provoqué cette situation, je ne pouvais pas en vouloir à qui que ce soit pour ça. Je ne pouvais en vouloir à personne d'autre qu'à moi-même. Et je ne pouvais compter que sur moi pour arranger les choses. Avec mon fils, comme avec mon mari. Ainsi que sur leur bonne volonté à me pardonner, ou non, mes actes passés. « Il t’aime tu sais. Même quand tu n’allais pas bien, il parlait de toi comme de la meilleure maman du monde. Ne le déçoit pas. » Dans un sens, ça me faisait plaisir qu'il dise ça. Ca me rassurait d'une certaine façon, il n'avait jamais cessé de m'aimer. Mais dans l'autre, qu'il sous-entende que je puisse le décevoir, ça me blessait. C'était peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça voulait tout de même dire qu'il insinuait que je pouvais continuer à être une mauvaise maman. C'était blessant. Il était vrai que pendant ma dépression, j'avais été en quelque sorte méchante. Il venait me voir le matin et je l'ignorais, continuant perpétuellement à regarder dans le vide. Alors que tout ce qu'il voulait c'était un bisou de ma part. Mais depuis que j'allais mieux, j'avais retrouvé mon fils. J'allais le chercher à l'école, je lui préparais son goûter, je jouais avec lui... Je comptais bien rattraper le temps perdu et me faire pardonner. D'ailleurs, je venais de prendre une décision... « Je vais lui parler demain... De... De ce qu'il s'est passé... » J'avais besoin d'expliquer à mon petit garçon que je l'ai toujours aimé, même quand je ne le montrais pas, et qu'il n'était pas du tout fautif de mon comportement. Et surtout, j'allais lui demander pardon de ne pas avoir été là. Je n'allais bien sûr pas lui donner tout les moindres détails, il était beaucoup trop jeune et je ne voulais pas le perturber avec tout ça, mais je voulais juste lui expliquer que tout était ma faute et pas la sienne. Je trouvais ça important de le faire...

Puis, pour la première fois, je mis quelques mots sur la perte de notre bébé. Je m'excusai. Je m'excusai de ne pas avoir su le protéger correctement. Oui, je me sentais coupable. On dit qu'un enfant est comme dans un cocon, en sécurité, lorsqu'il est dans le ventre de sa maman. Alors pourquoi l'avais-je perdu? « Ne dit pas ça Leia. Ce n’était pas de ta faute. C’était la faute de personne. » Je n'étais pas tombée. Je n'avais pas reçu de coups. Je mangeais équilibré. Dix semaines. J'étais enceinte de dix semaines... Encore aujourd'hui, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi c'était arrivé. Peut-être qu'un être supérieur avait décidé de tester notre amour. Si nous passions cette épreuve alors notre amour était plus fort que tout et sinon, ça voulait tout dire? La vérité était que peu importait le pourquoi du comment. C'était arrivé, c'était injuste mais nous n'avions pas le choix. C'était comme ça et pas autrement. « Je suis passé par tous les stades tu sais. J’ai cru que c’était de ma faute ou de la tienne, après je m’en suis pris au médecin et au final a presque la terre entière, mais j’ai finis par comprendre que ce n’était pas de notre faute. Je ne sais pas pourquoi c’est arriver, mais c’est arriver. Il faut qu’on tourne la page. Sans pour autant oublier notre bébé. » Tourner la page... C'était facile à dire... « Je ressens... comme un manque... Un vide en moi... » J'ignorais s'il ressentait la même chose ou si je ressentais ça parce que je l'avais porté. Mais je voulais lui dire un peu ce que j'éprouvais et j'essayais de savoir ce qu'il ressentait aujourd'hui par rapport à cette perte. Avait-il réussit à faire son deuil?...

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Sam 12 Oct - 17:07




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


C’est difficile de se dire que ma femme nous a totalement laissé tomber. Au début, je ne voulais surtout pas y croire. Je pensais que cela n’allait durer quelques jours. Mais les jours ce sont transformés en mois et rien n’as changé. Absolument rien. C’est ma famille qui a finis par me faire ouvrir les yeux. Leia n’allait pas bien et il fallait qu’elle voie quelqu’un pour l’aider. Tous les jours. Tous les matins, je venais la voir, je m’allongeais à côté d’elle et je lui demandais de sortir. Ne serait-ce que de notre lit. Au départ, elle ne me répondait même pas. Puis elle a commencé à me répondre avec une certaine haine dans la voix. Elle me demandait de la laisser tranquille ou de ne pas la toucher, de sortir de la chambre et tout le reste. En un an, elle n’a pas eu un seul mot gentil en ma faveur. Pas un seul… Et pourtant je suis resté. Je me suis accrocher tant bien que mal et j’ai l’impression qu’aujourd’hui mes efforts sont petit à petit en train de payer. « Je vais lui parler demain... De... De ce qu'il s'est passé... » Je ne sais pas comment il va réagir, mais je suis persuader que cela lui fera du bien. Il sera apaisé au moins comme cela. « D’accord. Passe la journée avec lui demain, je vous laisserais tous les deux. Vous avez besoin de ça. » J’irais faire autre chose. De toute manière, j’ai ramené pas mal de boulot à la maison alors bon. Je trouverais toujours quelque chose pour m’occuper.

Finalement la conversation s’oriente vers notre autre bébé. Celui que nous avons perdu. Nous n’avons jamais parlé de cela tous les deux. Jamais. Et personnellement, on ne m’a jamais demandé de mettre des mots sur mes sentiments. Personne ne c’est jamais soucier de moi. On c’est tout de suite demander comment aller Leia, mais personne ne c’est demander si moi j’allais bien. Si moi j’étais malheureux ou pas. J’essaye de trouver les mots pour rassurer ma femme, mais je vois bien que cela n’as aucun effet sur elle. Je dis qu’il faudrait que l’on tourne la page, alors que je n’ai même pas commencé mon deuil. Parfois je me réveille le matin en me disant qu’elle est encore enceinte, que notre deuxième petit bout va bientôt arriver. Une fois. Je me suis surpris à regarder le rayon bébé dans un magasin. La tristesse qui m’avait envahi ce jour là avait été violente. « Je ressens... Comme un manque... Un vide en moi... » Je tourne la tête vers elle et elle fuit mon regard. Je ne sais absolument pas quoi lui dire. Parce que je ne serais même pas dire ce que je ressens. Moi il a fallut que j’explique a tous le monde et surtout à notre fils, mais je n’ai pas pris le temps de m’expliquer à moi même que c’était bel et bien vrai. Je ne veux pas en parler, mais j’ai l’impression que cela fait du bien à Leia. « Je… » Je voudrais dire quelque chose mais je n’y arrive pas. Mal à l’aise, je me relève et abandonne un peu ma femme pour passer une main sur mon visage et soupirer. Je sens que les larmes me montent aux yeux et je déteste cela. « Je… Je ne sais pas quoi te dire Leia… Je me suis occupé de toi. J’ai expliqué à Théo, à nos familles, mais… On ne m’a pas demandé à moi… Je… Je voulais tellement avoir ce bébé avec toi. Des fois, je me dis que… Qu’il est encore là et que c’était juste un mauvais rêve… Je n’arrive pas à accepter. » Je me sens mal à l’aise et perdu. A bout de force, je laisse tomber les dernières barrières.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Sam 12 Oct - 19:15






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Je ne comprenais pas pourquoi Alexander était encore en face de moi en cette soirée. Après toute cette année passée à le repousser, sa tromperie, toutes nos disputes... Il était encore là, en face de moi. Il ne m'avait jamais abandonnée, contrairement à ce que j'avais moi-même fait. Il fallait appeler un chat un chat et donc il fallait bien le dire: je les avais abandonnés. Théo tout comme mon mari. J'avais été méchante, égoïste, je l'avais rejeté. Pourtant, il était là. Pourquoi?! Comment avait-il fait pour avoir tant de patience, tant de... Comment avait-il fait pour tout gérer...? Je réalisais aujourd'hui, doucement, tout ce à quoi il avait dû faire face et je ne pouvais que lui en être reconnaissante d'être encore là, pour moi, pour Théo, pour notre famille. Combien d'hommes seraient restés avec leur femme après de tels actes? Peu, sans doute. Rares étaient ceux qui auraient pu supporter un tel comportement. Mais Alexander l'avait fait. Et je ne pouvais que lui dire merci. Oui, il devait vraiment m'aimer. Sinon, il serait partis avec Théo depuis longtemps, me laissant seule avec d'uniques souvenirs et des papiers de divorce. « D’accord. Passe la journée avec lui demain, je vous laisserais tous les deux. Vous avez besoin de ça. » Je lui souris doucement. Il allait me laisser faire, me laisser gérer quelque chose. Il allait me laisser essayer de retrouver mon fils. Je murmurai doucement: « Merci... Pour tout ce que tu as fait jusqu'à maintenant... Pour tout... » Oui, je lui en étais reconnaissante. Je ne lui avais peut-être rien montré depuis un an mais ce soir, tout changeait doucement. Il fallait briser les tabous, briser nos barrières et se parler à coeur ouvert. Il était temps que les silences se transforment en discussion. Les silences pouvaient réellement être destructeurs...

Je n'osais pas lui demander clairement ce qu'il ressentait. J'avais peur de raviver en lui de terribles blessures et peut-être n'avait-il pas envie d'en parler. Mais pour la première fois, j'osais tenter de lui faire dire ce qu'il ressentait. Du moins, s'il le désirait. Je ne voulais pas qu'il se sente obligé et ce fut pourquoi je lui dis calmement ce que moi, je ressentais. Il s'était tourné vers moi et je m'étais sentis obligée de détourner les yeux. Je fuyais son regard. C'était dur. Très dur. Je n'aimais pas en parler. Je n'en avais d'ailleurs parlé qu'avec mon psychologue, c'était comme ça que j'avais commencé à aller mieux. Je crois. Il commença vaguement une phrase avant de se lever et de m'abandonner sur le canapé. Peut-être bien que ce n'était pas le moment d'en parler. Mais si nous n'en parlions pas maintenant peut-être que nous n'en reparlerons jamais et je voulais être sûre qu'il allait bien... Qu'il n'avait pas besoin d'en parler, lui aussi... « Je… Je ne sais pas quoi te dire Leia… Je me suis occupé de toi. J’ai expliqué à Théo, à nos familles, mais… On ne m’a pas demandé à moi… Je… Je voulais tellement avoir ce bébé avec toi. Des fois, je me dis que… Qu’il est encore là et que c’était juste un mauvais rêve… Je n’arrive pas à accepter. » J'avais pensé qu'ils lui avaient demandé comment il allait. Au moins en voyant mon état. Je l'écoutais attentivement. « Ce... ça m'arrive aussi... Parfois... Et... Quand je vois une maman dans la rue avec un bébé en bas âge je... Je m'arrête parfois quelques secondes en posant ma main sur mon ventre, presque... instinctivement et... et ensuite je réalise qu'il n'est plus là et je reprend mon chemin un peu... comme vide... » Je me relève pour me coller à son dos, doucement. C'est un exploit. Mais ce soir, avec ce sujet, j'ai besoin d'être près de lui. J'ai besoin d'essayer de le rassurer un peu et de me rassurer en même temps. J'entourai sa taille de mes bras et je posai ma tête contre son dos. « Je suis désolée... de ne pas avoir été là pour toi... » Je lui demandais encore une fois pardon, mais pour une chose différente à chaque fois. Et j'étais sincère dans tout ce que je disais.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Dim 13 Oct - 22:27




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


C’est sans hésiter que je propose à Leia de passer la journée avec Théo demain. Elle a besoin de passer un moment seul à seul avec son fils. Et Théo a aussi besoin de cela. Je resterais plus longtemps au travail où j’irais rendre visite à mes parents, mais je resterais éloigner de la maison jusqu’à l’heure du dîner. Juste pour être sûr qu’ils aient assez de temps pour partager tous les deux. Connaissant la jeune femme, elle va sans aucun doute faire le gâteau préféré de Théo et après elle ira jouer avec lui à son jeu préféré. Notre petit garçon n’est pas très difficile, il est toujours sage et il sait jouer calmement. On a rarement besoin de lui crier dessus. Bon. Il est vrai que parfois il n’écoute pas vraiment, mais on a rapidement fait de le remettre à sa place quand c’est le cas. Je sais que Leia va tout faire pour rendre son fils heureux. Elle va mettre les petits plats dans les grands comme on dit. Il sera réellement heureux, je le sais. « Merci... Pour tout ce que tu as fait jusqu'à maintenant... Pour tout... » Je regarde la jeune femme et une nouvelle fois lui souris quelque peu. Je sais exactement pourquoi j’ai fait tout cela. « Je… J’ai fait tout ça parce que je t’aime. C’est tout… » Je crois qu’il n’y a pas de meilleures preuves d’amours que celle que je lui ai montré cette dernière année. « J’ai fauté une fois et je me déteste pour ça. Mais… Cite moi un homme qui serait resté aussi longtemps. Je ne veux pas te jeter la pierre ou me lancer des fleurs. C’est juste… Je t’aime. Ce n’est pas des paroles en l’air. »

On parle de notre bébé. De celui que l’on a perdu. C’est un sujet que nous n’avons jamais aborder ensemble et un sujet que je n’ai jamais aborder avec personne d’ailleurs. Parce que personne m’as demandé ce que je ressentais et je n’ai jamais voulu en parler par moi même. Mais pour une fois, je m’ouvre un peu. Je lui dis que je n’arrive pas à oublier et que parfois je me réveille en espérant la voir avec son ventre arrondis et un sourire sur son visage. Je n’arrive pas à rester aux côtés de Leia, alors je me lève et lui tourne le dos. J’aime ne pas me montrer faible. « Ce... Ca m'arrive aussi... Parfois... Et... Quand je vois une maman dans la rue avec un bébé en bas âge je... Je m'arrête parfois quelques secondes en posant ma main sur mon ventre, presque... Instinctivement et... Et ensuite je réalise qu'il n'est plus là et je reprends mon chemin un peu... Comme vide... » Je passe une main sur mon visage et soupire quelque peu. Est-ce que l’on arrivera à tourner la page un jour ? J’ai l’impression que non. Ou alors cela va encore prendre quelques années. « Je me suis arrêté aux rayons bébés la dernière fois que j’ai fait les courses… Quand j’ai réalisé que je n’avais rien à faire là, j’ai… Je suis reparti en me sentant plus… Plus malheureux que jamais. » Je me sens réellement mal et je déteste cette sensation. Je sens les bras de Leia s’enrouler autour des mes hanches et sa poitrine se coller contre mon dos. Je laisse mes mains glissés sur les siennes et soupire de nouveau. « Je suis désolée... De ne pas avoir été là pour toi... » Cette fois je baisse la tête, même si elle ne peut pas me voir. Ca. C’est encore un sujet tendu pour moi. Parce que j’ai très mal vécu tout ses rejets. « J’ai finis par m’y habituer. » dis-je doucement avant de me détacher d’elle. Je me retourne et plonge mon regard dans le sien. « Tu peux pas savoir à quel point ça me faisait mal dès que tu me rejetais… »

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Lun 14 Oct - 0:42






Silence can be destructive
Alexander & Leia

Je venais de le remercier pour tout ce qu'il avait fait. Je crois que je lui devais au moins ça, non? Il m'avait peut-être fait du mal mais il avait pris soin de notre petit Théo et rien que pour ça, je me devais de lui dire merci. Parce que moi, je n'avais pas seulement fait du mal à mon mari, j'en avais aussi à notre fils, contrairement à Alexander qui avait tout fait pour le combler même dans nos moments les plus sombres. « Je… J’ai fait tout ça parce que je t’aime. C’est tout… » Je lui souris doucement. Mine de rien, ça faisait du bien de l'entendre dire ça. « J’ai fauté une fois et je me déteste pour ça. Mais… Cite moi un homme qui serait resté aussi longtemps. Je ne veux pas te jeter la pierre ou me lancer des fleurs. C’est juste… Je t’aime. Ce n’est pas des paroles en l’air. » J'hochai légèrement la tête. Oui... Combien d'hommes seraient restés aussi longtemps? Mais ça ne changeait rien au fait que j'avais mal qu'il m'ait trahie. Peut-être que oui, il était resté, oui il n'avait fait cette erreur qu'une fois et oui, il m'aimait... Mais oui, il m'avait aussi trahie, oui, il avait couché avec une autre,... Je prenais cependant sur moi pour ne pas le montrer, pour essayer de lui pardonner, tout comme je le lui avais dit. C'était parce que je voulais me concentrer sur ce qu'il avait fait de bien et c'était parce que je voulais sauver mon mariage... Et c'était uniquement pour ça.

Parler du bébé qu'on avait perdu était vraiment très difficile. Je ne pourrais même pas réellement vous expliquer dans quel état je me trouvais, ce que je ressentais exactement. C'était un peu un mélange d'émotions. J'étais en colère, j'étais triste, j'étais malheureuse, j'étais angoissée, j'étais... J'étais tellement de choses à la fois qu'il était compliqué de mettre un seul et unique mot sur mon état. « Je me suis arrêté aux rayons bébés la dernière fois que j’ai fait les courses… Quand j’ai réalisé que je n’avais rien à faire là, j’ai… Je suis reparti en me sentant plus… Plus malheureux que jamais. » Au fond, aucun de nous d'eux n'avait fait un réel deuil. Nous n'avions pas oublié, et même un an plus tard, c'était encore ancré comme si c'était la veille. Tout c'était peut-être un peu atténué mais c'était toujours intense, vif et profond en nous. Nous étions toujours marqués par cette perte et blessés, malheureux comme jamais. Je me collai alors à son dos. J'espérais que mon geste le rassurerait un peu, qu'il lui rappellerait que j'étais là maintenant et que je ne comptais plus partir. Je sentis ses mains glisser sur les miennes et je ne pus réprimer un peu frisson. Je m'excusai de ne pas avoir été là pour lui. « J’ai finis par m’y habituer. » Aoutch. Il finit par se détacher et j'eus alors l'impression d'avoir fait un pas dans le vide. Un pas pour rien... Il plongea son regard dans le mien pour me dire quelque chose qui me fit mal, en plus du fait que je me suis sentie rejetée en le sentant s'éloigner de moi. « Tu peux pas savoir à quel point ça me faisait mal dès que tu me rejetais… » Je baissai la tête et pris quelques secondes pour répondre. « Je crois que je peux imaginer en tout cas... » Je gardai les yeux baissés un moment avant de soupirer légèrement. « On devrait peut-être aller nous coucher... On pourra toujours reparler demain, si... tu en as envie... » Il était peut-être temps d'aller se coucher, avant d'entrer dans de nouvelles discussions. Surtout qu'il se faisait tard, que nous devions tout deux nous lever le lendemain et que de toute façon, nous allions sans doute avoir besoin d'un peu de temps pour réfléchir à tout ça. Je vins vers lui pour lui prendre doucement la main, bien qu'un peu hésitante, et je murmurai doucement: « Je suis vraiment heureuse qu'on ait finalement parlé et... qu'on veuille tout les deux arranger les choses et... Je ressens toujours beaucoup de choses pour toi... Je ne l'ai peut-être pas montré mais n'en doutes pas, tu veux bien..? » J'étais sincère. Mon regard le montrait bien.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alexander E. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : marié
⊱ humeur : dévasté
⊱ célébrité : joseph morgan
⊱ messages : 48
⊱ inscrit le : 30/09/2013

MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   Lun 14 Oct - 10:46




YOU LEFT ME.

you are my only hope, the truth that dealt the consequence. i know you don't feel the same, you're sensible but it doesnt make sense. i know i'm fonna weep my heart out, you know i'm gonna try much harder but it isnt shit in my head, pulling me under this time.


On essaye de parler, mais il est clair que les choses sont encore assez tendues entre nous. Il y a encore des non-dits, des choses que l’on se cache. C’est difficile. Elle m’a fait du mal, je lui ai fait du mal. On a encore beaucoup de blessures ouvertes. Nous n’avons pas oublié la fausse couche. C’est quelque chose qui est ancré en nous à jamais. On ne pourra jamais oublier et j’ai comme l’impression que c’est toujours quelque chose qui pèsera sur notre couple. Pourtant j’aimerais que l’on arrive à passer à autre chose. Que l’on reprenne réellement notre vie de famille. Qu’on est un autre enfant peut être. Voilà ce a quoi je pense, mais je n’ose pas en parler à Leia. De toute façon… Cela fait un an que je ne l’ai pas embrassé ou que l’on n’a pas partagé un moment intime. Pour tenter de faire un nouveau bébé, on repassera… Je ne veux pas en parler à Leia parce que j’ai peur qu’elle finisse par me rejeter totalement. Il faut que l’on y aille petit à petit…

On parle du bébé que nous avons perdu et il est clair que la blessure est encore béante pour chacun d’entre nous. On a du mal à en parler. Je n’arrive même pas à la regarder dans les yeux. J’aimerais pouvoir trouver un responsable. Accuser quelqu’un pour se sentir mieux, mais je ne sais pas si cela serait réellement utile. Enfin. Je sens Leia venir se blottir contre moi par derrière et mes mains rejoignent rapidement les siennes. Pourtant à l’entente de ses paroles, je m’éloigne d’elle. Elle m’en veut pour l’avoir tromper, mais moi je lui en veux pour m’avoir autant mis de côté. C’est quelque chose que j’ai encore du mal à digérer et je lui fais comprendre que ce n’est pas quelque chose qui est facile à accepter. « Je crois que je peux imaginer en tout cas... » Je sais pourquoi elle dit cela, mais je préfère ne pas relever. Non elle ne peut pas totalement comprendre. Parce que moi j’ai finis par regarder ma femme mourir à petit feu. Elle a repris du poil de la bête c’est vrai, mais j’ai toujours peur qu’elle replonge sans prévenir. Alors je préfère ne rien dire et fuir un peu son regard.

« On devrait peut-être aller nous coucher... On pourra toujours reparler demain, si... Tu en as envie... » Elle a sans aucun doute raison. On devrait aller se coucher avant de se lancer dans une nouvelle conversation qui va de nouveau nous rendre malheureux. Il y a encore beaucoup de tension, mais on va finir par y arriver. Je le sens. Il nous faut juste du temps. Beaucoup de temps, je pense. « Oui. Tu as raison. » J’allais une nouvelle fois lui tourner le dos pour me diriger vers notre chambre, mais Leia est bien plus rapide que moi. Elle revient vers moi et prends mes mains dans les siennes. « Je suis vraiment heureuse qu'on ait finalement parlé et... Qu'on veuille tout les deux arranger les choses et... Je ressens toujours beaucoup de choses pour toi... Je ne l'ai peut-être pas montré mais n'en doutes pas, tu veux bien..? » Mon regard se plonge dans le sien et il ne me faudra que quelques secondes pour comprendre qu’elle est parfaitement sincère. Pourtant j’aimerais bien qu’elle me le montre plus souvent. Qu’elle tient à moi et qu’elle veut que l’on reprenne une vie normale. Mais une nouvelle fois, je ne dis rien. « Je vais essayer. » dis-je doucement.

Après cela je lâche ses mains et me dirige vers la salle de bain. Je me déshabille et me brosse les dents avant de rejoindre ma femme dans la chambre. Cela me fait réellement bizarre de venir ici. Je reprends mon côté du lit et me glisse sous les draps. « Bonne nuit. » dis-je doucement avant de tourner le dos à Leia. On est dans le même lit, mais ce n’est pas encore ça. Pourtant je sais qu’elle est là, juste derrière moi. Et cela me rassure.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

ALEXANDER & LEIA ღ Silence can be destructive.. [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2013 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top