AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Hey, I just met you... ∞ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Hey, I just met you... ∞ Lou   Jeu 27 Juin - 21:24

« Il y a des gens pour qui nous éprouvons instinctivement de la sympathie. »
HEY, I JUST MET YOU...
Lou & Leia ♡
Il était une fois... On aimerait tous vivre dans un conte de fées, pas vrai? Quand on est enfant, on voudrait toutes devenir une de ces nombreuses princesses qui trouvent leur Prince Charmant. Je pensais l'avoir trouvé moi aussi. Mais aucun prince n'est charmant à vie pas vrai?
Je m'étais levée de bonne heure pour ramener Théo à l'école. Alexander devait aller travailler tôt et ne pouvait donc pas s'en charger. Je l'avais ramené avant d'aller à mon tour travailler. J'avais l'intention d'aller directement à la boutique mais finalement, je changeai d'avis et pris un moment pour faire un détour et m'arrêter au café. J'entrai et allai au comptoir pour commander un café à emporter. Je le payai et on me le servit. En me retournant, je jetai un coup d'oeil aux personnes présentes dans le café et je reconnu alors une jeune femme. J'aurais dû lui organiser son mariage mais peu de temps avant ma fausse couche, son fiancé avait eu un accident de voiture. Vous vous doutez bien que le mariage avait dû être annulé. On ne s'était pas reparlé depuis. Quelques jours après l'annulation, j'avais perdu le bébé et pendant pratiquement toute l'année, je n'étais presque pas sortie de chez moi. Peu de chance que je la croise donc.
Je soupirai et pris mon courage à deux mains. Je ne savais pas ce que j'allais lui dire ou comment elle allait réagir mais je devais avouer que je voulais prendre des nouvelles, d'elle et de son fiancé. Je savais ce que c'était de perdre quelqu'un, ou de risquer de perdre quelqu'un de cher. Je voulais être là, même si on ne se connaissait pas, si jamais elle voulait parler. Parfois, c'était plus simple de se confier à quelqu'un que l'on ne connait pas, pas vrai? Je m'approchai et, avec un sourire bien que timide de peur qu'elle ne réagisse mal malgré tout, je l'accostai: « Bonjour. Ca fait longtemps que nous nous sommes pas vues... Comment allez-vous? » Je ne savais pas trop si je devais entrer dans le vif du sujet. J'avais toujours quelque peu peur de mal m'y prendre. C'était souvent risqué d'aborder quelqu'un de cette façon, surtout quand ce genre de sujet allait être mis sur le tapis.




. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Dim 30 Juin - 10:42




tu dois avoir la conviction que la personne dont tu t’éprends dans la vie en vaut la peine.
Ses longs cheveux bruns volaient avec le vent. Elle sillonnait les rues de Toronto, sans but. Sans savoir où ses pas allaient la mener. Seule à présent, son fils à l'école, elle se permettait d'avoir le regard vide, sans émotion, sans expression. Elle se permettait d'avoir envie d'hurler, de pleurer. Elle faisait face, elle contrôlait ses émotions, comme chaque jour, lorsqu'elle se rendait à l'hôpital, son fils accroché à sa main. Depuis maintenant un an, elle venait chaque jour s'installer au chevet de Samuel. Chaque jour, elle franchissait les portes, elle pénétrait cet endroit qui lui rappelait ses pires cauchemars. Chaque jour, elle racontait sa journée à cet homme, inerte qui ne l'entendait surement pas. Son visage serein et pourtant sans aucune animation lui pinçait le cœur. Jamais elle ne l'avait vu ainsi avant qu'il ne soit renversé par un véhicule. Lui qui était si joyeux, si gentil, si doux. Lou ne le reconnaissait pas.
Depuis un an maintenant, elle était comme morte. Elle ne vivait plus, elle survivait. Elle survivait dans une jungle qu'elle ne connaissait pas. Dans un monde qu'elle ne comprenait pas. Elle regardait sa vie, n'y voyant que de l'injustice. Elle n'était pourtant pas une mauvaise citoyenne, elle n'avait rien fait pour que le monde lui en veuille autant. Un père en prison pour l'avoir battu, un autre noyé par le chagrin et le travail depuis si longtemps, des humiliations à répétition, un fiancé entre la vie et la mort. Elle continuait de marchait, de passer de rue en rue, regardant les hommes, les femmes, les couples et les familles avec nostalgie. Elle faisait partie de ces gens avant, de ceux qui se promenaient en famille, en amoureux, heureux d'être là.
Ses pas l'avaient mené dans un café bien connu. « Un chocolat chaud, un frappé à la vanille et un muffin au chocolat, s'il vous plait. » Elle avait récupéré sa commande sur un plateau et s'était installé à un table, au fond de la salle. De son sac à main, elle avait récupéré ses feuilles à dessin, pour terminer d'esquisser ses derniers croquis. Lorsqu'elle obtiendrait son diplôme, elle avait décidé d'ouvrir une boutique de prêt-à-porter, qui ferait, à la fois des vêtements pour enfant, pour homme et pour femme, mais aussi, qui vendrait des robes de mariées, créer de la main de Lou-Amstrong. Elle n'avait pas la prétention d'être douée, le dessin et les croquis lui permettaient de s'évader, de penser à autre chose. C'était un moyen d'oublier le temps d'un instant. Crayon en main, elle allait commencer à dessiner quand une silhouette s'approcha de sa table. « Bonjour. Ca fait longtemps que nous nous sommes pas vues... Comment allez-vous? » Elle leva les yeux, pour se retrouver nez à nez avec Leia, la personne qui aurait dû organiser son mariage un an auparavant. D'un signe de la tête, elle la salua, souriant faiblement. « Un an. » Elle marqua une pause, l'invitant par la même occasion à s'asseoir. « Cela fait un an que nous ne nous sommes pas vues. » Cela paraissait long, trop long pour Lou en tout cas qui n'avait pas vu l'année passer. Ses séjours à l'hôpital, ses études, son fils, cela lui prenait tout son temps. Tant de temps qu'elle se rendait compte de l'année entière qui s'était écoulée. « Je vais plutôt bien, à la vue des circonstances. Et vous ? » Un sourire timide s'afficha sur son visage.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Dim 30 Juin - 15:17

« Il y a des gens pour qui nous éprouvons instinctivement de la sympathie. »
HEY, I JUST MET YOU...
Lou & Leia ♡
Cela faisait déjà un an que nos deux vies avaient basculées. Cela faisait un an que j'avais perdu mon bébé et que ma vie était devenue la misère à l'état pure. Cela faisait un an que tout s'enchaînait, que plus rien n'allait dans ma vie. Cela faisait un an que cette jeune femme avait vue son mariage devoir annulé à cause d'un accident de voiture qui avait plongé son fiancé dans le coma. Quelle torture ça devait être pour elle. Elle me fit signe de m'asseoir. Je devais avouer qu'une hésitation d'une dixième de secondes me parcourue avant que je ne me décide finalement à m'installer en face d'elle. Le café que j'avais jusqu'à présent en main se retrouva rapidement sur la petite table. Elle répondit alors à ma question sur son état. Allait-elle bien? Sérieusement? Comment pouvait-elle aller bien? Elle allait plutôt bien si on reconsidérait les circonstances. Oui... A la vue des circonstances, elle allait plutôt bien finalement. Elle sortait, survivait sans doute. Mais elle sortait. S'occupait de son fils. Je baissai un instant les yeux en me disant que j'avais été bien faible. Je ne sortais plus, je ne vivais plus. Je ne sais même pas si on pouvait dire que je survivais. Je n'avais plus de vie. Et c'était mon mari qui s'occupait de notre fils. Elle me retourna la question et je ne savais pas trop quoi répondre. Comment allais-je? Bien, si on considérait le fait que je m'étais remise à vivre. Mal, si on prenait en compte le fait que j'étais un peu malheureuse parce que mon mari m'avait trompée, que je découvrais que j'avais une soeur, progéniture de mon père qui avait donc trompée ma mère,... Les seules fois où je souriais sans faire semblant que tout allait bien était quand je regardais Théo. Si jeune, si content que ses parents se parlent à nouveau... Même s'il était loin de savoir qu'en vérité, tout n'était qu'apparence. Rien ne s'était arrangé. Je répondis simplement: « Mieux. Je vais mieux. » Elle n'était sans aucun doute au courant de rien. Je souris doucement et lui demandai alors timidement: « Comment va votre fiancé? », avant d'ajouter - toujours timidement: « Je sais bien qu'on ne se connait pas mais si vous avez d'en parler, n'hésitez pas. »




. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Ven 26 Juil - 20:36




tu dois avoir la conviction que la personne dont tu t’éprends dans la vie en vaut la peine.

Les images lui restaient. Elle n'arrivait pas à les oublier. Son corps, sans avoir réellement d'âme, était resté inerte pendant tellement longtemps. Elle ne compte plus son nombre de visites. Elle ne compte plus le nombre de fois où les médecins lui ont demandé ce qu'elle comptait faire. Rien. Elle ne comptait rien faire, priant un on-ne-sait-quoi pour qu'un miracle se produise. Elle avait malgré elle réussit à continuer sa vie. A retourner en cours. Et pourtant, elle était cette fille. Celle dont le fiancé avant été plongé dans le coma. Un malheureux accident, pour un unique feu. Lou ne s'en remettrait sans doute jamais, si un jour, elle devait se résigner à le débrancher. Elle essayait de garder l'espoir. Mais avec le temps, il finissait doucement par disparaître. « Il est toujours dans le coma. » Elle marqua une pause, pour regarder dans les yeux de Leia. Cette femme lui rappelait son mariage annulé, il était presque achevé. Il ne manquait que quelques détails. Mais jamais il avait été à son terme. Et pourtant, elle espérait toujours que Samuel lui passerait la bague au doigt. « Je garde espoir, vous savez. C'est difficile, mais je garde espoir. Pour mon fils au moins. » Maël avait cinq ans à présent. Toutes les semaines, il dessinait sur une feuille de papier pour son père. Lou apportait le dessin, qu'elle accrochait au mur, tout en enlevant les plus anciens au fur et à mesure. Trop petit pour comprendre, il était persuadé que son père était dans un autre monde, qu'il se réveillerait avec pleins de choses à raconter. Lou n'avait pas eu le courage de le contredire. Cette vision lui plaisait. « J'ai appris ce qu'il vous était arrivé. Je suis sincèrement désolée, je ne peux pas réellement comprendre, mais je pense savoir à quel point c'est difficile. » Leia avait perdu son bébé. Une fausse couche. Pour être elle-même maman, elle pouvait comprendre que perdre un enfant pouvait être difficile. Elle n'arrivait pas à se remettre du coma de Samuel, mais la mort de Maël lui ferait perdre la vie dans les secondes qui suivraient. Jamais elle ne pourrait vivre avec la mort de son fils. « Je peux vous offrir quelque chose ? Un biscuit ? Un muffin ?  » Elle lui offrit un léger sourire, tout ce qu'elle avait pour lui montrer qu'elle était là, aujourd'hui, pour l'écouter parler s'il le fallait.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Sam 3 Aoû - 15:38

« Il y a des gens pour qui nous éprouvons instinctivement de la sympathie. »
HEY, I JUST MET YOU...
Lou & Leia ♡
C'était difficile de me retrouver face à elle puisque nous avions subis des choses à quelques jours à peine d'intervalle. Sans même le vouloir, elle me le rappelait, d'une certaine façon. Et pour elle, ça devait être encore pire! Nous étions en train de finaliser leur mariage, tout aurait dû être parfait! Je lui rappelait ce mariage inaboutis, son fiancé dans le coma... C'était pourquoi j'avais hésité à m'installer. Si ça se trouvait, je représentais moi-même une certaine forme de torture pour Lou, si l'on pouvait dire. Elle m'apprit qu'il était toujours dans le coma. « Je garde espoir, vous savez. C'est difficile, mais je garde espoir. Pour mon fils au moins. » Ô combien ça devait être difficile pour elle. Comme pour son fils. Je me demandais comment ils faisaient. Ils tenaient le coup depuis au moins un an. Si mes souvenirs étaient bons, leur fils devait à présent avoir cinq ans, le même âge que Théo. Sans doute ne comprenait il pas exactement ce qu'il se passait. Et c'était sans doute préférable. Une année à ne pas savoir si son père allait vivre ou mourir serait bien trop dur à supporter pour un enfant. Il était sans aucune doute préférable, pour le moment, qu'il ait des convictions un peu différentes de la réalité. J'hochai légèrement la tête en répondant: « C'est très courageux. Et si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas. Que ce soit garder Théo ou vous aider à gérer quoi que ce soit d'autre... »

Elle reprit la parole pour me dire qu'elle était désolée. « J'ai appris ce qu'il vous était arrivé. Je suis sincèrement désolée, je ne peux pas réellement comprendre, mais je pense savoir à quel point c'est difficile. » Je baissai la tête. Non, elle ne pouvait pas comprendre. C'était certain. Seules les femmes à qui c'était arriver pouvaient comprendre. Et chacune d'entre elles réagissaient sans doute de manière différente entre elles et sans aucun doute d'une manière autre que la mienne. J'avais tout de même perdu toute une année de ma vie... A ne rien faire, à même pas survivre tant je n'étais plus rien pendant ce temps là. Même pour Théo, je n'avais pas réussit... Et je devais avouer avoir un peu honte de l'avoir abandonné, lui et Alexander. Parce que finalement, c'était ce j'avais fait. Je les avais abandonné. « Oui, c'est difficile... J'ai eu beaucoup de mal à m'en remettre... Et quand j'ai finalement cru remonter la pente, de nouveaux problèmes se sont ajoutés à la liste... » Je remontais la pente, j'allais bien mieux au moment où j'avais appris pour la tromperie ainsi que pour ma demi-soeur. Je n'étais pas retombée aussi bas que je l'étais après la perte du bébé mais je réalisais que j'étais loin de pouvoir retrouver ma vie normale.

« Vous, vous survivez. Pour votre fils. Moi... J'ai même pas été capable de survivre pour le mien, ni pour mon mari... Jusqu'à récemment. Mais je suis loin de pouvoir retrouver ma vie normale, il y a toujours ce manque et... des problèmes supplémentaires qu'il va falloir que je règle... » Je lâchai un soupire. Le dire à voix haute me faisait tellement bizarre. Dire à quelqu'un, qui plus était une étrangère finalement, que je n'avais même pas été capable de survivre pour ma famille m'avait fait mal. Mais ça m'avait fait du bien aussi, de l'avouer... Même si ça ne changerait rien à ce qu'il s'était passé. Je crois que j'avais ressentis le besoin de le dire, au moins une fois, à quelqu'un d'autre qu'Alexander... Même si ça faisait mal de le dire. Elle me proposa de m'offrir un truc un manger. Je souris doucement et répondis: « C'est très gentil, merci... Mais je n'ai pas faim. »




. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Mar 10 Sep - 17:15




tu dois avoir la conviction que la personne dont tu t’éprends dans la vie en vaut la peine.

Lou-Amstrong avait su tenir bon. Ne pas craquer. Ne pas fuir. Si Maël n'avait pas été présent dans sa vie, les choses auraient été bien différentes. Elle n'aurait sans doute pas tenu plus d'un an sans Samuel. Elle n'aurait jamais eu la force de respirer alors que sa seule raison de vivre ne vivait vraiment que par des machines. Si son fils n'avait pas été là, il y a bien longtemps qu'elle aurait quitté cette vie. L'espoir l'avait fait survivre, son fils l'avait fait vivre. C'est ce qui la maintenait en vie, qui lui permettait d'aller de l'avant. Chaque jour était un nouveau pas franchi vers le destin. Deux routes s'offraient à elle et le choix n'était pourtant pas évident. Elle ne savait pas. Elle ne voulait pas choisir. « Merci beaucoup, n'hésite pas, vous non plus. Si vous avez besoin, même simplement d'une oreille attentive, je pourrais peut-être vous aider. Au moins vous écoutez. » Elle était douée pour écouter. Pour simplement entendre ce que les autres avaient à dire. Qu'importe les circonstances. Qu'importe ce qu'ils pouvaient dire. Elle était l'oreille attentive dans les moments de détresse. De panique. De peur. Samuel avait été une de ces personnes qui avaient su guérir ses blessures en quelques mots, combler ses douleurs en quelques sourires, l'écouter lorsqu'elle en avait le plus besoin et être présent lorsqu'il sentait que le monde s'écroulait autour d'elle. Son soutien avait été bénéfique. Aujourd'hui, c'était à son tour. De soutenir son fiancé mais aussi les personnes qui avaient eu un rôle dans sa vie. Aussi minime soit-il, d'ailleurs. Leia n'était qu'une vague connaissance. Elle la connaissait sans pour autant savoir ce que sa vie lui réservait. Elle avait appris, par les dires d'une autre ce qu'il lui était arrivé. Elles n'étaient pas amies, mais rien ne l'empêchait de l'écouter. De l'aider. De la soutenir dans les différentes épreuves qui façonnent sa vie. « La roue tourne, il parait. Il suffit surement d'attendre. Attendre qu'enfin la chance soit avec nous. » Elle marqua une pause. Son regard se baissa, regardant les tourbillons qu'elle formait avec sa touillette dans son chocolat devenu presque froid à présent. « Elle peut être longue à venir et au moment où on ne s'y attend plus, que le désespoir nous a finalement plus qu'envahi, on redécouvre la vie. » Elle leva légèrement les yeux pour les plonger dans ceux de son interlocutrice. Un faible sourire est apparu sur son visage. Il s'estompa vite. « C'est ce que me dit mon père, chaque fois qu'il me voit. » Son visage se tourna vers la vitre. Dehors, un petit vent s'était levé. Les gens souriaient, discutaient. Dehors, la vie continuait sans se préoccuper du reste. Peut-être que la solution était là. Avancer et oublier. « J'essaye de m'en convaincre. » Malheureusement, elle n'y arrivait pas. Elle tentait d'y arriver, de s'y faire. De trouver ce courage qu'il lui manquait pour faire débrancher Samuel et refaire sa vie. Elle le cherchait, ce courage. Encore et encore. Sans jamais le trouver. « Vous trouverez la force. Vous finirez par trouver le courage de survivre. Vous êtes une femme triste, perdue, affaiblie. Il faut du temps. » Elle même avait mis du temps à se remettre de l'accident de Samuel, tout comme elle avait eu du mal à supporter la dépression de son père. Sa vie lui avait joué des tours, elle attendait simplement de pouvoir s'en remettre. Qu'une lueur lui montre qu'enfin, elle peut être heureuse et vivre. « Rien ne peut combler la perte d'un enfant, le deuil est surement plus long. »

© charney

Revenir en haut Aller en bas
avatar
C. Leia R.H. Woods

∞ Live young, wild & free

⊱ statut matrimonial : Mariée
⊱ où es-tu ? : Toronto
⊱ humeur : Blessée
⊱ célébrité : Candice Accola
⊱ messages : 82
⊱ inscrit le : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   Mar 24 Sep - 11:54


« Merci beaucoup, n'hésite pas, vous non plus. Si vous avez besoin, même simplement d'une oreille attentive, je pourrais peut-être vous aider. Au moins vous écoutez. » Je souris doucement. C'était vraiment gentil de sa part de me proposer de m'aider, ou d'au moins m'écouter, mais je savais très bien que je n'irais pas lui demander d'aide. Tout d'abord, elle avait déjà bien assez de soucis comme ça pour que j'aille l'ennuyer avec mes propres histoires de couple, de famille. Ensuite, c'était à moi de gérer mes problèmes personnels. Je n'avais pas envie d'aller lui imposer quoi que ce soit et j'étais peut-être trop fière pour le faire aussi. En un an de dépression, j'avais refusé de l'aide. J'avais finis par céder concernant le psy mais tout bonnement pour que l'on me fiche la paix. Ce n'était pas pour demander de l'aide directement mais juste pour que l'on cesse de me rabâcher ça sans cesse. Et à présent, si je devais parler à quelqu'un de mes soucis, ce devait être avec mon mari Alexander concernant mon couple et ma famille, et avec mon père concernant ma demi-soeur... Alors non, je n'allais certainement pas l'embêter. Mais elle par contre, si elle avait besoin de quoi que ce soit, je me ferais un plaisir de l'aider autant que possible. « La roue tourne, il parait. Il suffit surement d'attendre. Attendre qu'enfin la chance soit avec nous. » C'était une jolie façon de dire les choses. D'après moi, ça voulait dire qu'on avait qu'à subir ce que la vie, le destin ou je ne savais quoi d'autre nous réservait. Mais c'était moins fataliste dit de la façon dont l'avait exprimé Lou. J'hochai légèrement la tête. Elle avait sans doute raison. « Elle peut être longue à venir et au moment où on ne s'y attend plus, que le désespoir nous a finalement plus qu'envahi, on redécouvre la vie. » Oui, peut-être... Mais le désespoir m'avait déjà envahis et pourtant, la chance n'était pas venue à moi, la roue n'avait pas réellement tournée. Enfin... Si, peut-être... J'avais une soeur à présent, c'était sans doute plutôt positif même si ça signifiait que mon père avait trompé ma mère, l'avait trahie. Mais c'était tout... « C'est ce que me dit mon père, chaque fois qu'il me voit. » Je souris doucement en reprenant enfin la parole. « Votre père est un homme plein de sagesse, on dirait. » Je l'observais et suivis son regard au dehors. Une femme avec son bébé passait par là. Lou ne regardait peut-être pas ça. Nous avons tous un regard différent sur les choses. Moi, j'avais vu cette femme et son bébé et j'eus l'impression de sentir un coup de poignard dans le ventre. Lou avait peut-être remarqué le ciel bleu ou la petite brise qui s'était levée, ou encore un oiseau qui prenait son envol. Je détournai mes yeux. « J'essaye de m'en convaincre. » J'hochai à nouveau doucement la tête.

« Vous trouverez la force. Vous finirez par trouver le courage de survivre. Vous êtes une femme triste, perdue, affaiblie. Il faut du temps. » Oui, j'étais triste, perdue, affaiblie. Brisée. J'étais une femme brisée. Brisée par la perde de mon bébé et par la trahison des hommes de ma vie - à savoir mon père et mon mari. « Brisée. Et il faut du temps pour recoller les morceaux d'un verre brisé. Et encore, il y aura toujours ces cicatrices... » Je souris doucement et tristement. « Rien ne peut combler la perte d'un enfant, le deuil est surement plus long. » Non, rien ne pouvait combler une telle perte. « Normalement, ce sont les parents qui partent en premier... Pas les enfants... » Mon bébé n'avait même pas vu la lumière du jour que déjà, on l'avait emmené dans les ténèbres profondes de la mort. J'espérais que mon enfant était quelque part, là-haut, et qu'il allait bien. Qu'il pouvait rire, grandir ou que savais-je. Qu'il avait une sorte de seconde chance... « Dites-moi... Que feriez-vous si l'homme de votre vie... vous trompait au moment où vous avez le plus besoin de lui...? Une seule et unique fois... Essayeriez-vous de sauver votre couple ou... ou non...? En sachant qu'il y a un petit garçon qui n'a rien demandé de tout ça... » Elle n'allait peut-être pas pouvoir me répondre mais j'avais besoin de demander. De façon indirecte, je l'informai sur l'un des problèmes. Je jetai un nouveau coup d'oeil à l'extérieur avant de poser mon regard sur la jeune femme. « Est-ce-que vous avez envie de parler? De Samuel? De votre fils? De problèmes quelconques? » J'avais envie de l'aider. Il ne faudrait jamais être seule dans des cas comme ça. Et j'ignorais si elle avait du soutien autour d'elle alors, juste au cas où, je voulais être sûre qu'elle comprenait que j'étais là si besoin. Ne serait-ce que pour parler.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

la phrase de ton choix.
« Thomas A. Kempis a écrit: L'amour ne ressent aucun fardeau, se moque des difficultés, tente ce qui est au dessus de ses forces et ne prétexte jamais l'impossible parce qu'il croit que tout lui est permis, et que tout est possible. »•• .unbreakable


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hey, I just met you... ∞ Lou   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey, I just met you... ∞ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2013 :: Archives rps
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top