AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Je crois que j'ai compris / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 14:44




Jared était encore une fois seul chez lui, pas que ça arrivait souvent mais il savait très bien ce qui allait se passer s'il continuait à s'ennuyer comme ça. on ça ne serait pas les filles mais plutôt ce dont il ressentait de plus en plus le besoin. Le besoin de se droguer, de s'échapper quelques instants et de finir dans un état pas possible mais ça il s'en foutait tend que personne ne le voyait. Parce que voir quelqu'un qui ne bouge plus et qui est couvert de transpiration croyez moi ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable.

Mais devait-il le faire ? La dernière fois que c'était arrivé Deborah avait débarqué chez lui et l'avait surprit. Il n'en avait pas été fier non, surtout que le lendemain il avait été obligé de lui gueuler dessus et d'être même un peu violent dans ses paroles. Et puis finalement il avait parlé de son enfance pour ne pas qu'elle parte, pour se ratrappé des conneries qu'il lui avait dit, qu'il n'aurait pas dit qi il ne s'était pas drogué puisqu'elle ne l'aurait pas vu dans cet état. Mais il se rappellait aussi qu'elle lui avait fait une proposition, celle de l'aider. S'il venait à avoir encore envie de prendre de la drogue il devait l'appeler. C'est ce qu'il fallait qu'il fasse, c'était la meilleur solution. Ni une ni deux il prit son portable, pas besoin de réfléchir pour ça, si ça pouvait à la fois lui éviter de se droguer et être un pretexte pour la voir il n'allait pas hésiter. Repertoire -> Deborah -> Appeler. Il tomba sur sa messagerie, après tout elle ne pouvait pas être disponible tout le temps, peut-être était elle aux toilettes ou sous la douche... Ou avec quelqu'un... Okay stop pas la peine de chercher, il n'avait pas envie de penser ça, il fallait qu'il arrête avec sa jalousie mal placée, ça tournait presque à la paranoïa la. Elle ne répondait pas parce que tout comme lui ça lui arrivait de ne pas pouvoir. Plus de batterie peut-être qui sait. Bref il allait lui laisser un message.

"Tu m'as dit de t'appeler si j'avais certaines envies... de drogues, c'est ce que je fais. Je n'aime pas trop me confier à un répondeur alors rejoin moi au lac dès que t'auras se message."

Peut-être qu'elle ne verrais se message que dans quelques heures mais tampi, à cette heure ci du soir sur le lac il n'y avait quasiment personne il serait tranquil et puisil y avait une belle vue. Et puis si elle ne voyait le message que demain et bien il dormirait la bas, après tout en plus d'être un endroit agréable les nuits en ce moments n'étaient pas très froide. Bon il était en tee-shirt caleçon, il n'allait quand même pas sortir comme ça. Il rangea les cours qu'il avait préparé et qui était un peu éparpillé partout. Jared rangeait très rarement, quand il faisait ça généralement c'est qu'il était en manque, et je ne parle pas de sexe la. Il enfila ensuite un jean et changea de tee-shirt parce que celui ci était plutôt un pour garder à la maison. il opta pour un basique, gris clair et pris une veste au cas ou quand même qu'il balança sur son épaule avant de sortir de chez lui et de fermer la porte à clés.

Il partit à pied jusqu'au lac, oui ses dernier temps il faisait beaucoup de trajet à pied, parce que et d'une il fallait profiter du bon temps et de deux ça lui permettait de penser à beaucoup de choses. De plus ça ne faisait jamais de mal de marcher un peu, enfin même beaucoup parce qu'il n'habitait pas juste à côté. Comme il s'y attendait il arriva le premier et coup de bol il n'y avait personne, enfin personne qu'il ne pouvait voir d'ici. Il s'aprocha du lac, c'était calme et du calpme il en avait bien besoin ses dernier temps appart chez lui bien sûr puisque ça lui donnait envie de se droguer. Il lacha sa veste par terre, s'étira et s'assit juste à côté pour pouvoir ensuite s'allonger et regarder le ciel. Au bout de quelques minutes ses yeux se fermairent, il ne dormait pas mais il se pourrait que ça arrive assez vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 15:12

J’étais sous la douche pour me détendre. La journée avait été longue avec les cours et j’avais besoin de me détendre. J’avais envie de prendre l’air et pourquoi pas ne pas sortir un peu pour aller danser. Je me dépêchais de me préparer mettent une jupe avec un petit chemisier et une veste par-dessus. J’avais plutôt l’habitude de me mettre des pantalons mais pour une fois je voulais faire quelque chose de différent. Je prenais ensuite mon sac où je glissais mon portable ainsi que mon portefeuille avec mes papiers. Je n’avais pas prévu de me bourrer ou de faire quelque chose de stupide juste de m’amuser. Je n’avais même pas prit la peine de vérifier si mon portable avait encore de la batterie. Je partais ensuite en direction d’un bar qui se situait près du campus et me prit un cocktail avant de rejoindre la piste de danse.

J’étais restée au moins deux heures dans ce bar avant de repartir au campus. Je m’étais amusée et j’avais pu oublier les cours pendant deux heures. Je m’étais faite draguée mais n’avait pas répondu au avance. Je n’étais pas ce genre de fille et je n’aimais pas le genre de mec rentre dedans. Arrivé dans ma chambre, je m’allongeais sur mon lit en laissant mes yeux ouverts. Je laissais mes pensées vagabondées. Je n’avais pas regardé si j’avais reçu des appels, je prenais donc mon téléphone et vit qu’il n’y avait plus de batterie. Je le mettais donc en charge pour voir ensuite que Jared m’avait laissé un appel. Il m’appelait car il avait envie de prendre de la drogue. Il me demandait de le rejoindre au lac car il ne voulait pas se confier à un répondeur. Il avait essayé de me joindre il y a plus d’une heure et je n’étais pas sûr qu’il ait attendu aussi longtemps au lac. Mais je ne pouvais pas non plus le laisser en plan. C’était moi qui lui avais demandé de m’appeler lorsqu’il ne se sentirait pas bien et il venait de le faire, je me devais d’être là pour lui et pour le soutenir. Je savais que ce n’était pas facile pour lui.

Je reprenais donc ma veste et partit encore une fois sans faire de bruit. Je ne voulais pas déranger les filles qui dormaient déjà. Il me fallait une demi-heure pour aller jusqu’au lac. Je ne savais pas s’il y serait encore et je me reprochais de ne pas avoir fait attention à mon portable plus tôt. J’avais un peu peur de voir qu’il avait craqué en attendant que j’arrive. Je me posais pleins de questions et l’inquiétude augmenta au fur et à mesure que j’avançais vers le lac. Peut-être que j’aurais dû essayer de l’appeler pour savoir s’il allait bien. Il fallait que j’arrête de me torturer car je venais d’arriver au lac. Je ne savais pas vraiment où il s’était installé. Je faisais donc le tour avant de voir une silhouette couché dans l’herbe qui bordait le lac.

Je m’approchais d’elle et remarquais qu’il s’agissait de Jared. Il s’était endormit, il avait l’air paisible. Je me sentais soulagée de voir qu’il n’avait pas craqué. Je me souvenais encore l’état donc il avait été quand je l’avais trouvé chez lui après qu’il se soit drogué. Je m’asseyais à côté de lui et passais ma main sur sa joue. J’avais peur de le réveiller mais je ne pouvais pas le laisser ici.


Jared réveille toi.

Je ne voulais pas le brusquer. Je continuais donc à essayer de le réveiller en douceur.


Dernière édition par Deborah R. Brookeline le Dim 22 Avr - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 15:52



Il savait ce qu'il avait à faire, pour une fois il écoutait les conseils qu'on lui donnait, ce qui était très rare il faut bien l'avouer. Mais la il prit bien son portable dès que ça lui revint à l'esprit pour appeler Deborah. Tombant sur le répondeur il laissa un message expliquant très brievement la situation avant de dire qu'il allait au lac et qu'elle n'avait qu'à le rejoindre si elle voulait. Il prit ensuite un peu de temps pour ranger ses affaires de cours qu'il avait préparé en début de soirée pour ne pas s'ennuyer et aussi parce qu'il fallait bien qu'il le fasse puis de prépara. Jean, tee-shirt et veste, pas besoin de chercher plus compliquer.

Il partit ensuite de son appartement pour se rendre à pieds jusqu'au lac. Une fois arrivé là-bas il constata que comme il le pensait il était le premier, après tout il ne savait même pas si elle avait vu son message et peut-être ne le verrait-elle même pas aujourd'hui, ben oui si elle s'était couché tôt ? Bref il n'allait pas recommencer à essayer de comprendre pourquoi ou à ce faire du soucis pour probablement rien. Il s'étira et s'assit à côté de sa veste qu'il avait laissé tombé après l'avoir retiré de son épaule puis s'allongea presque instantanément après. Il commenca à contempler le ciel et ferma les yeux ne faisant qu'écouter et penser.

Dès qu'on ferme les yeux on a toujours un tas de penser qui viennent nous déranger, bonnes comme mauvaises, et si on essaye de penser à rien ça ne marche jamais puisqu'on pense à ne rien penser. Bref quelque chose de bien compliqué tout ça. Revenons en donc à Jared qui... Ah ben qui s'était endormit finalement. Plus vite qu'il ne l'aurait crus. Finalement ça aussi ça l'empechais de se droguer. Il dormait bien et personne n'était la pour troubler son sommeil. Jusqu'à ce que Deborah arrive enfin. Aux alentour des deux heures après. Il était juste endormit cette fois ci, pas drogué. De toute façon si ça avait été le cas elle l'aurait tout de suite remarqué.

Elle s'assit à côté de lui et passa sa main sur sa joue en lui disant doucement de se réveiller. Jared poussa un petit grognement mais n'ouvrit pas les yeux, encore endormit, ou du moins pas encoe completement réveillé. Il mit sa main sur celle qu'elle avait posé sur sa joue et se retourna doucement contre elle pour se retournver appuyé contre ses jambes. Il remua la tête histoire de l'installer confortablement et arrêta de bouger. Il était bien, respirait doucement, calme et confortablement installé, pourtant sa tête ne semblait pas être appuyé contre son coussin, celui ci était tout mou habituellement. Peut-être son matelas alors ou... Non ! Il ouvrit d'un coup les yeux et remarquant sa position et surtout où il était et contre qui il se jetta presque en arrière, enfin non ce n'était même pas presque il se jetta en arrière.

Ha non mais la se trouver aussi con il n'avait encore jamais fait, la honte. Il passa son visage dans ses mains pour bien se réveiller les yeux.

"Je suis désolé ! Pardon ! j'ai pas fait exprèt !"

C'est ce qui sortit de sa bouche dès qu'il l'ouvrit. Il avait parlé très vite, faut dire que là, il était gêné. Et puis il prit ensuite le temps de la regarder, de s'attarder un peu plus sur elle. Elle était très belle, enfin il l'avait toujours trouvé très belle mais la sa tenue et... S'en était presque envoutant, elle ne s'était quand même pas habillé comme ça pour lui ? Nan je ne pense pas, ce n'est pas le genre d'affire qu'on met pour parler d'un problème de drogue, quoi que bizarrement la il n'avait absolument plus envie de parler de ça. Dire que lui était habillé classique, banal, en même temps il n'allait pas venie en costar cravatte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 16:17

J’étais sorti pour me détendre et oublier les cours, j’avais eu envie de m’habiller différemment et avais opté pour une jupe avec un chemisier. Je n’avais pas l’habitude de me voir comme ça mais j’étais plutôt contente de mon choix. Je partais ensuite pour un bar qui ne se situait pas loin du campus. Je n’y allais pas pour boire ou pour draguer juste pour danser un peu .J’avais bu un verre pour me désaltérer. J’étais restée deux heures dans le bar sans faire attention à mon portable ou à quoi que ce soit d’autres. Je retournais au campus.

Arrivé à ma chambre, je me couchais sur mon lit après avoir enlevé ma veste. Je laissais mes pensées vagabonder. Je me sentais bien, j’étais apaisée. Je me rappelais que je n’avais pas vérifié si j’avais reçu des appels, je récupérais donc mon portable dans mon sac pour constater qu’il n’avait plus de batterie. Je le mettais en charge puis écoutait mes messages. Jared avait essayé de m’appeler et avait laissé un message me demandant de le rejoindre au lac. Il s’était souvenu de notre marché et m’avait appelé car il avait envie de prendre de la drogue. Je regardais l’heure de son appel et constata qu’il m’avait appelé il y avait plus d’une heure.

Je prenais ma veste après quelques minutes de questions. Je n’étais pas sûr qu’il soit encore là-bas. Pourtant, je devais y aller pour m’assurer qu’il allait bien. Je ne pouvais pas le laisser seul alors qu’il m’avait appelé pour ne pas se retrouver seul. Je regrettais un peu d’être allé au bar, si j’étais restée dans ma chambre j’aurais pu intercepter son appel et le rejoindre directement après. Je partais quand même vers le lac, il était situé à une demi-heure du campus. Je m’y rendis en marchant toujours la tête dans mes pensées en espérant qu’il y était toujours. Je m’en voudrais qu’il ne soit pas résisté à son envie et qu’il soit pris de la drogue en m’attendant. Si c’était le cas, je me sentirais coupable de ne pas avoir été là pour lui.

J’arrivais enfin au lac, je devais faire le tour pour le retrouver couché sur l’herbe. Je m’asseyais à côté de lui et fus soulagée de voir qu’il était juste endormit. Il ne s’était pas drogué et m’avait attendu. Même si ça ne devait pas être si dur pour lui. Je souriais en voyant son visage apaisé. J’aimais le voir dormir mais je ne pouvais pas le laisser comme ça. Je m’étais ma main sur sa joue pour la caresser tout en lui disant qu’il devait se réveiller. Je ne voulais pas le brusquer, je faisais donc tout en douceur. Je l’entendis grogner mais il ne se réveillait toujours pas. Je continuais à essayer de le réveiller alors qu’il se retournait se retrouvant collé contre mes jambes. Ma main était à présent sous son visage. Sa respiration était calme, il avait l’air encore plus apaisé qu’auparavant.

Pourtant d’un coup, il ouvrit ses yeux et se retrouva en moins de deux sur le dos. Je souriais m’empêchant de rigoler. Il passa sa main sur ses yeux alors qu’il s’excusait. Je ne savais pas vraiment pourquoi il s’excusait.


Tu n’as pas à t’excuser, c’est plutôt à moi de le faire vu le temps que je t’ai fait attendre avant d’arriver.

Je vis qu’il me regardait, ce n’était pas comme d’habitude, j’avais l’impression qu’il détaillait ma tenue et je me rendais seulement compte que j’étais restée en jupe. Le rouge me monta aux yeux. J’étais gênée, je n’avais pas l’habitude qu’on me regarde comme il le faisait. J’aurais surement dû attendre du prendre mon temps pour me changer mais je n’y avais pas pensé et avais préféré le rejoindre le plus rapidement possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 16:53



Il s'était endormit donc l'heure il n'y faisait plus beaucoup attention. Il aurait du l'attendre même si elle mettait longtemps, elle aurait put ne pas le trouver et si elle l'avait appelé sur son portable il n'y aurait probablement même pas fait gaffe. Rester éveillé lui aurait au moins permit de la voir arriver plutôt que ça ne soit elle qui le voit et endormit en plus. C'en était presque impolis au bout d'un compte. Mais il était si tranquil sur le dos devant se lac, seul, qu'il n'avait même pas prit conscience qu'il basculait dans le monde des rêves.

Deborah après un bon bout de temps le retrouva et vint s'assoir à côté de lui passant délicatement sa main sur sa joue pour lui dire de se réveiller. Mais il ne fit que grogner comme il l'aurait fait si quelqu'un était entré dans sa chambre et avait ouvert les rideaux en faisant "Debout le dedans !". Mais la ça n'avait rien à voir, enfin elle voulait bien le réveiller oui mais c'était beaucoup plus doux comme réveil, peut-être pour ça qu'il ne se réveilla même pas d'ailleurs. Il ne fit que prendre sa main ou plutôt poser sa main sur la sienne et se tourner contre elle. Oui il s'était bien retrouvé contre ses jambes et avait installé sa tête de façon à ce qu'elle soit au plus confortable possible.

Vu qu'il dormait encore à moitié il mit du temps à comprendre, analysant la situation et quand ça arriva à son cerveau il ouvrit d'un coup les yeux se rendant conte qu'il n'était pas dans son lit mais au lac, la tête appuyée sur les cuisses de Deborah à qui il avait demandé de venir. En un rien de temps il se projetta en arrière pour ne plus se retrouvé collé à elle ne façon aussi... irréspéctueuse voir douteuse. Qu'est ce qu'elle allait bien pouvoir pensé de son comportement, il esperait juste qu'elle ne pense pas qu'il l'ai fait volontairement il s'excusa d'ailleurs très vite disant qu'il n'avait pas fait exprèt alors qu'il venait juste de passer ses mains sur son visage.

Il se redressa sur ses coudes alors qu'elle lui disait qu'il n'avait pas à s'excuser mais que c'était plutôt à elle vus le temps qu'elle avait mit pour venir. Le temps ? Jared regarda son poignet pour voir l'heure mais après réfléxion il n'avait pas de montre il baissa donc instantanément le poignet pour arrêter d'avoir l'air ridicule, de toute évidence il avait encore de mal à s'éveiller completement. D'ailleurs c'était compréhensible en voyant Deborah habillée comme ça devant lui il avait presque l'impression de rêver, pourquoi serait-elle dans cette tenue sinon ? Mais ça ne le dérangeait absolument pas un, il ne pensait pas à la drogue la il ne faisait que la regarder de haut en bas, il l'a trouvait magnifique, étincellente et... Et lui se trouvait completement stupide au moment où il croisa ses yeux, vus son expretion il n'avait pas du être discrèt du tout et le voir la relooker comme ça l'avait probablement gênée. Il esperait au moins qu'il n'avait pas eu la bouche ouverte pendant tout ce temps, il n'y avait pas fait attention mais si c'était le cas il enchainait boulette sur boulette.

"Heu..."

Wahou quel vocabulaire Jared, et quelle répartie la tu fais fort !

"Je crois que la personne pour qui tu t'es faite aussi belle est un gros veinard, tu es éblouissante."

Attention on sort les grands mots, il esperait ne pas en faire trop mais la c'était comme ça qu'il la voyait. Je crois que vu sa réaction et l'accélération soudaine de son poux il ne pouvais plus nié l'évidence, il l'avait fait trop longtemps mais la il ne devait tromper personne. Il allait peut-être éviter de faire d'autre gaffe la, mais il ne voulait pas parler d'autre chose comme de la drogue et... Bon sang il était toujours en train de la regarder ! Il cligna des yeux et secoua la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Dim 22 Avr - 17:23

Je n’avais vu le message de Jared qu’une heure plus tard, je m’en voulais de n’avoir pas vérifié si mon portable était chargé ou bien même d’être allée au bar. Si j’étais restée tranquillement dans ma chambre, j’aurais pu intercepter son appel et je l’aurais rejoint directement. De toute façon, je ne tardai pas à prendre ma veste que j’avais posée sur mon bureau en étant rentré puis partit en direction du lac. Il fallait une trentaine de minutes pour y arriver, tout le long du chemin, je me posais des questions. Il était peut-être déjà repartit chez lui, et s’il avait cédé à la drogue ? J’avais un peu peur de le retrouver comme la dernière fois. J’arrivais enfin le lac et retrouva Jared allongé sur le sol.

Je m’approchais de lui et fut soulagé de voir qu’il était seulement endormit. Je m’asseyais à côté de lui. Si je m’écoutais, je le laisserais dormir mais le lieu n’était pas vraiment approprier pour cela. Je posais donc ma main sur sa joue que je caressais doucement et lui disant qu’il devait se réveiller. J’eu le droit en retour à un grognement de sa part. Il n’avait pas l’air de vouloir se réveiller et se retourna après avoir posé sa main sur la mienne. Je souriais alors qu’il venait coller sa tête contre mes jambes. Il avait encore plus l’air apaisé qu’avant. Ca me dérangeait presque de le réveiller et je n’eus pas besoin d’insister beaucoup qu’il ouvrit ses yeux avant de se retourner en moins de deux secondes sur le dos.

Il se mit à s’excuser, je ne comprenais d’ailleurs pas la raison, peut-être était-ce le fait qu’il s’était retrouvé contre moi. Je ne le prenais pas mal, ça pouvait arriver devant et je lui répondis qu’il n’avait pas à le faire mais que c’était plus à elle de le faire vu l’heure qu’il était. J’avais quand même prit deux heures pour le rejoindre et il m’avait attendu. Il se redressa sur ses coudes puis releva son poignet comme s’il voulait regarder l’heure. Pourtant il n’avait pas de montre et je me mise à rire. La situation était assez comique. Puis il se mit à détailler ma tenue, j’étais gênée par son regard qui se posait sur moi. Je n’avais pas l’habitude qu’une personne me regarde de cette manière. Et je me rendais seulement compte de la tenue que j’avais, je n’avais pas pris le temps de me changer. J’avais préféré le rejoindre le plus rapidement possible. Je sentais mes joues devenir rose.

Il releva enfin son regard vers le mien pour se rendre compte de ma gêne. Avant de sortir un son de sa bouche, il ne savait surement pas quoi dire. Puis il se reprit pour me dire que la personne pour qui je m’étais faite belle était un veinard et que j’étais éblouissante. Je devenais de plus en plus rouge alors que je ne savais pas quoi lui répondre. Il pensait que je m’étais habillée comme ça pour une personne alors que ce n’était rien de tel. J’avais juste voulut changer. Il recommença à me regarder avant de cligner des yeux et de secouer la tête. Je souriais.


Je ne me suis habillée pour personne, je suis juste sortir un peu pour danser avant d’avoir ton message. Je n’avais pas vu qu’il était déchargé donc je n’ai reçu ton appel que plus tard. Je suis contente que tu m’ais appelé, je m’en suis voulu de ne pas avoir vu ton appel plus tôt. Et après j’ai eu peur que tu ne sois pas resté au lac.

Je m’étais inquiété pour lui. Mais je n’osais pas lui dire que j’avais pu penser qu’il avait craqué. Je ne pouvais pas lui dire car je ne voulais pas qu’il pense que je n’avais pas confiance en lui sur ce point. Il venait de me prouver qu’il pouvait se contrôler et ne pas craquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Lun 23 Avr - 19:57



Quel honte, se réveiller et remarquer qu'il était collé à Deborah, les lèvres et le joue contre sa cuisse. Embarrassant comme situation, et sa main ? Où était sa main ? Ah elle était sur la sienne, ça encore ça pouvait aller, mais pourquoi il lui tenait la main ? Ça devait-être quand elle avait voulut le réveiller. Bref il n'était pas question qu'il reste une seconde de plus comme ça, ça devait aussi gênant pour l'un que l'autre, il se propulsa donc en arrière pour se retrouver sur le dos et s'excuser à plusieurs reprise.

Elle le reprit disant que c'était à elle de s'excuser vu le temps qu'elle avait mit pour venir le voir, il ne savait pas qu'elle heure il était il se redressa donc sur le coude et regarda son poignet pour pouvoir lire l'heure. Il resta quelques secondes comme ça à froncer légèrement de sourcil jusqu'à ce qu'il capte que s'il n'arrivait pas à lire l'heure c'était parce qu'il n'avait pas de montre, ce que lui confirma d'ailleurs Deborah en se mettant à rire, il abaissa alors tout de suite son poignet pour arrêter d'avoir l'air ridicule. Non il n'était pas encore vraiment réveillé la, pire on aurait presque dit qu'il était bourré !

Quand il leva le regard sur elle il put constaté qu'elle était très bien habillée, et surtout qu'elle était ravissante, tellement qu'il ne fit pas attention que ça faisait quelques longues secondes qu'il l'a regardait avec insistance, la détaillant de la tête aux pieds, ou plutôt des pieds à la tête et c'est d'ailleurs quand il arriva à ses yeux qu'il remarqua qu'elle semblait gênée. Le con. Il sortit un « heu... » parce qu'en fait il ne savait pas vraiment quoi dire et le fait qu'il sorte ça le montrait bien. Elle le déstabilisait en fait, c'était ça. Trouvez une fille jolie voir très jolie ça lui arrivait souvent mais ça ne le déstabilisait plus maintenant. Mais c'était différent avec Deborah et il le savait depuis quelques temps déjà sauf qu'il avait refusé de l'accepter mais la... Il ne pouvait juste plus nier l'évidence.

Quand il se repris ce fut pour lui dire que celui pour qui elle s'était fait belle devait avoir drôlement de chance parce qu'elle était éblouissante. Elle avait déjà es joues qui s'étaient empourpré mais la elles devinrent presque écarlate ce qui le fit sourire, une femme qui rougie ça fait son effet, croyez moi ça à son charme. Puis il remarqua qu'il était toujours en train de la dévisager et secoua la tête en clignant des yeux pour finir de se réveiller et surtout arrêter de la fixer. Elle sourit à nouveau et lui expliqua qu'elle ne s'était habillé pour personne, qu'elle avait juste voulut sortir pour aller danser un peu. Son portable était déchargé et elle ne l'avait remarquer qu'en arrivant c'était pour ça qu'elle avait mit autant de temps. Elle était contente qu'il l'ai appelée et elle s'en était voulut de ne pas avoir vu son appel plus tôt, elle avait eu peur qu'il est perdus patience et qu'il soit partit du lac.

C'est vrai que en cas normal il ne serait pas resté aussi longtemps, quelques minutes et ils serait partit, il n'était pas patient, quoi que la il s'était endormit mais si ça n'avait pas été le cas avec quelqu'un d'autre il serait partit. Mais une fois de plus le fait que ça soit elle qui doit le rejoindre ça changeait un peu. Il était bien réveillé maintenant et avait écouté et comprit tout ce qu'elle lui avait dit. En fin de compte il était soulagé qu'elle n'est pas mit cette tenue pour aller voir un autre et qu'elle ai seulement été danser. Il sourit à nouveau et rigola même un petit peu.

« T'inquiètes pas c'est bien plus marrant d'aller danser que de parler de drogue avec moi et puis entre nous je n'ai pas vus le temps passer. »

Il disait ça sur un ton amusé, absolument aucun reproche dans la voix, et puis il le pensait sérieusement, si lui avait le choix entre parler avec lui de drogue ou aller danser il choisirait aller danser sans aucune hésitation. Il soupira légèrement toujours en souriant légèrement, il s'en voulait d'être lui parfois. S'il savait qu'il pouvait rendre une femme heureuse il serait sûrement dans les bras de Deborah depuis quelques temps déjà, parce qu'il n'avait pas de doute la dessus, Deborah rendra celui avec qui elle sortira supra heureux. Et il avait vraiment envie d'être cet heureux, il le savait à présent mais il savait aussi qu'elle avait droit elle aussi à être heureuse et qu'avec lui ça serait peut-être le cas une semaine voir même un mois s'il faisait des efforts mais il finirait pas tout gâcher, par faire des choses qui lui ferait du mal et ça il ne voulait pas. Alors il continuerait à rendre heureux et à se rendre heureux durant une nuit ou une soirée à chaque fois avec une femme différente comme il le faisait depuis pas mal de temps maintenant. Pourtant... Il se rappelait parfaitement bien de l'unique fois où il avait pas couché, mais fait l'amour avec Deborah et il aurait voulut que ça ne soit pas comme avec toute les autres.

Oui il avait encore envie d'elle, c'était un fait. Mais ce n'était pas possible, il fallait donc s'y faire même si ça lui faisait mal.

« Je suis sûr que tu aurais pu trouver un fiancé la où tu as été danser ! »

Une fois de plus il ne disait pas ça méchamment, juste un peu de taquinerie et encore. Si ça avait été le cas il aurait été terriblement jaloux mais n'aurait rien dit, après tout si elle était heureuse où était e problème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mar 24 Avr - 9:32

Il s’était retourné pour se retrouver la tête contre mes jambes. Il avait l’air apaisé et c’était dur de le réveiller. Mais je n’eus pas besoin de trop insister puisqu’il ouvrit un coup les yeux et se retrouva en moins de deux secondes sur le dos. Je souriais et m’empêchais de rigoler, je ne voulais pas le rendre encore plus mal à l’aise. Il se mit ensuite à s’excuser à plusieurs reprises pourtant il n’avait pas à le faire. C’était plutôt à moi de m’excuser, il m’avait appelé pour que je le rejoigne ici et j’avais mis à peu près deux heures pour arriver. Il leva son poignet comme s’il voulait regarder l’heure. Je me mis à rire en voyant qu’il n’avait pas de montre et qu’il mettait plusieurs minutes à s’en apercevoir. Il fallait quand même avouer que la situation était comique. Il abaissa enfin son poignet.

Il se mit ensuite à me regarder, en fait il était plutôt en train de me détailler. Il me regardait des pieds à la tête alors que mes joues rougissaient. Je n’avais pas l’habitude qu’un homme me regarde comme ça et le fait de savoir qu’il s’agissait de Jared me mettait encore plus mal à l’aise. Il put voir ma gêne lorsqu’il croisa mes yeux. Il sortit un « heu », il ne savait surement plus quoi dire et moi non plus. Pourtant il se reprit ensuite pour me dire que celui pour lequel je m’étais faite belle avait de la chance car j’étais éblouissante. Mes joues, qui étaient rosées, venaient de passer au rouge alors qu’il était en train de me sourire. Pourtant il continuait à me dévisager avant de cligner des yeux et de secouer sa tête. Pour ma part, je reprenais mes esprits et me mise à sourire. Je devais lui dire que je ne m’étais pas habillée pour une personne en particulier, devons-nous toujours avoir une raison pour le faire ? Je lui expliquais alors que je ne m’étais habillée pour personnes mais que j’étais sorti pour danser. Je lui expliquais aussi le fait que j’étais arrivée seulement maintenant, mon portable était déchargé et je n’avais donc pas pu voir son appel. J’avais aussi eu peur qu’il soit déjà retourné chez lui en voyant que je n’arrivais pas.

C’est vrai qui aurais attendu aussi longtemps ? Pas grand monde à mon avis, surtout que je ne l’avais même pas rappelé juste avant d’arriver pour savoir s’il était toujours au lac. Il aurait pu rentrer chez lui et je me serais retrouvée comme une idiote devant ce lac. Mais en fin de compte, ce n’était pas ma plus grande peur, j’avais plutôt eu peur qu’il est craqué sur la drogue. S’il m’avait appelé c’était pour ne pas en prendre et je l’avais fait attendre plus de deux heures. Il sourit de nouveau avant de rire un petit peu, il trouvait que c’était bien plus marrant d’aller danser que de parler de la drogue avec lui et qu’il n’avait pas vu le temps passer. Il avait pris un ton amusé et j’étais contente qu’il ne m’en veuille pas.


C’est vrai que tu as surement passé ton temps à dormir donc ça ne devait pas être si long à attendre, même si le sol ne doit pas être si confortable que ça puisque tu as finis contre moi.

Je rigolais tout en lui répondant, je voulais juste le taquiner un petit peu. Pourtant il partit dans ses pensées après avoir soupiré. J’aurais voulu savoir à quoi il pensait. C’était comme s’il s’éloignait un petit peu de moi. Pourtant il reprit ensuite la parole pour me dire que j’aurais pu me trouver un fiancé là où j’étais allée danser. Je ne savais pas vraiment comment je devais le prendre, il n’avait pas été méchant dans ses propos mais je savais aussi qu’il n’avait pas réussi à oublier ses sentiments et qu’il était de nature jaloux. Et puis comment pourrais-je faire pour me trouver quelqu’un alors que je n’arrivais pas non-plus à oublier mes sentiments ? Tout cela devenait compliqué mais je ne pouvais pas lui en vouloir.

Et ça ne t’embêterais pas que je me trouve un fiancé ?

Je souriais pourtant je n’étais pas sereine. Je n’étais pas venu ici pour parler de moi à la base. Surtout sur ce sujet de conversation. Au fond de moi, j’espérais qu’il me dise que si. Je savais que ce n’était pas honnête de ma part d’espérer cela, rien n’était possible entre nous et je devais garder cela en tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mar 24 Avr - 16:25



Il s'était trouvé bien con de s'être réveillé contre Deborah, enfin contre ses jambes surtout. Oui contre ses jambe, seule avec elle devant un lac. Enfin il s'était très vite retiré et s'était éxcusé plusieurs fois, ce n'était pas vraiment le genre à passer son temps à se confondre en excuses mais la il n'avait pas vraiment réfléchis et ses excuses étaient justifiées bien qu'elle n'était pas d'accord et pensait que c'était plutôt à elle de s'excuser pour son retard. Histoire de savoir depuis combien de temps il lui avait laissé un message il leva le poignet pour regarder l'eure mais mit quelques secondes à se rendre compte qu'il n'avait pas de montre ce qui fit bien rire la jeune femme.

Il baissa ensuite le poignet et aurait pu regarder l'heure sur son portable mais son regard préfera se perdre sur Deborah. Il ne l'avait encore jamais vu habillé comme ça mais elle était ravissante, ça lui allait très bien et c'est seulement quand il croisa son regard qu'il remarqua qu'il n'était absolument pas discrèt à la relooker comme ça. Il sortit un petit son de sa bouche avant de se reprendre pour lui dire que celui pour qui elle s'était faite belle comme ça avait de la chance car elle était éblouissante. Enfait il disait ça mais si elle ne l'avait pas contredis en lui disant que c'était seulement pour aller danser il aurait été jaloux. Une fois de plus. Mais il fallait qu'il arrête de l'être ça ne servait à rien et puis il n'était pas ensemble, ne le serait probablement jamais pour une raison qu'il lui avait cité maintes et maintes fois donc pourquoi être jaloux ?

Elle avait eu raison et ce n'était pas grave qu'elle soit arrivé en retard parce que comme il lui avait dit c'était bien plus amusant d'aller danser que de parler avec lui de drogue, d'ailleurs il n'avait pas envie d'en parler, ça gâcherait tout, vous me direz gâcherait quoi ? Ben je ne sais pas, la bonne ambiance pour commencer, il ne voulait pas partir sur un sujet de conversation rasoir qu'ils avaient déjà eu. Il rajouta aussi que de toute façon il n'avait pas vu le temps passer, évidement il dormait. C'est d'ailleurs ce qu'elle en déduisit en rigolant, qu'il avait du passer tout ce temps à dormir donc que ça ne devait pas être si long finalement même si le sol ne semblait pas très confortable puisqu'il avait finit contre elle. Elle avait bien dit ça ? Puisqu'il avait finit contre elle ?

"C'est vrai que la si je devait comparer il n'y a pas photo ! Tes jambes sont beaucoup plus confortables !"

Puisque l'atmosphère s'était détendus autant le dire, enfin il y avait quand même un petit risque qu'elle se mette à rougir mais ça il commencait à s'y habituer, elle était sensible aux compliments et ça lui allait très bien. Jared arrêta de sourire un instant pour soupirer en ce mettant à penser à certaines choses. Il revint à lui pour lui dire qu'elle aurait du profiter de cette occasion pour se trouver un fiancé, c'était gentil, absolument rien d'agressif. Et elle ne le prit pas mal d'ailleurs et lui demanda si ça ne le gênerait pas qu'elle se trouve un fiancé. Que voulait-elle dire par la ? S'en était-elle trouvé un et avait-elle peur de lui avouer ? Elle souriait pourtant lui ne souriait plus, il ne faisait pas la gueule non plus il était juste normal, ou du moins il esseyait de la rester.

"Non pas du tout" Tu parles "Tu as le droit de trouver le bonheur et... Et de le donner"

L'air minable oui ça c'est clair. Si ça l'embêterait dans un sens oui dans l'autre non. Non parce que si elle était heureuse c'était la meilleure solution et oui parce qu'il aurait beaucoup de mal à la voir dans les bras d'un autre tout en sachant que ces bras pourraient être les siens. Je crois que ça finirait par le rendre fou et ça meilleure solution pour oublier serait alcool et filles à gogo si on oublis la drogue, mais si c'était le cas il ferait en sorte que Deb ne le sache pas pour ne pas qu'elle se sente responsable. Il se redressa un peu pour se retrouver assis et se masser un peu le dos, c'est vrai que le sol n'était pas très confortable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mar 24 Avr - 17:29

Il s’était retrouvé collé contre mes jambes après que j’ai essayé de le réveiller. Ca me faisait sourire, il avait l’air paisible et c’était dur de le réveiller. Mais enfin de compte, je n’ai pas eu à insister longtemps puisqu’il ouvra ses yeux d’un seul coup et se retrouva sur le deux en moins de deux secondes. Je me retenais de rire alors qu’il était en train de s’excuser. Pour moi, ce n’était pas à lui de s’excuser mais plutôt le contraire, je l’avais rejoint deux heures après son appel. En entendant cela, il leva son poignet et regarda celui-ci comme s’il voulait voir l’heure. Pourtant il n’avait pas de montre et je me mise à rire. Il baissa enfin son poignet après s’être rendu compte qu’il n’avait pas sa montre.

Il se mit ensuite à me regarder. En fait, ce n’était pas le verbe regarder qui convenait mais plutôt le verbe détailler. Son regard était partit de mes pieds pour s’arrêter à mes yeux et y voir ma gêne. Mes joues avaient rosies lorsque je m’étais rendue compte que je ne m’étais pas changée avant de le rejoindre et que j’étais en jupe. Je me sentais gênée, j’aurais surement du prendre le temps pour me changer mais je n’y avais pas pensé. En se rendant compte de ma gêne, il ne réussit à sortir qu’un petit son de sa bouche. Il aurait surement voulut être plus discret mais ce n’était pas le cas. Pourtant, il se reprit ensuite pour dire que la personne, pour qui je m’étais faite belle, était un chanceux car j’étais éblouissante. Mes joues, qui étaient roses, venaient de passer aux rouges. J’étais encore plus mal à l’aise. Pourtant, je ne l’avais pas fait pour une personne mais juste pour changer un peu de mes habitudes.

Il fallait alors que je lui fasse comprendre qu’il se trompait. Je ne voulais pas d’une crise de jalousie. Je lui disais donc que je m’étais habillée comme ça pour danser et lui expliqua pourquoi je n’arrivais que maintenant. J’avais eu peur qu’il ne m’a pas attendu aussi longtemps. Je n’avais pas vérifié mon portable avant de partir dans le bar et je m’en voulais un peu. Il ne m’en voulait pas et me disait que c’était plus marrant d’aller danser que de parler de drogue. Puis apparemment il n’avait pas vu le temps passer. Je rigolais et lui sortis pour rigoles qu’il n’avait pas pu le temps passer puisqu’il dormait. Je rajoutais pour le taquiner que pourtant le sol ne devait pas être si confortable que ça puisqu’il s’était retrouvé contre moi. Je ne m’attendais pas à arriver à détendre l’atmosphère mais ça marchait un petit peu. Et il me répondit que les situations n’était pas comparables car il n’y avait pas de photos entre les deux et que mes jambes étaient beaucoup plus confortable. Je rigolais encore un peu. Je ne rougissais pas car je savais que ce n’était que de la taquinerie. Je passais un bon moment avec lui malgré qu’il m’est appelé pour ne pas prendre de la drogue.

Je vis le sourire disparaitre des lèvres de Jared. Je le sentais s’éloigner un petit peu. J’aurais voulu savoir à quoi il pensait. Mais je ne pouvais pas et c’était surement mieux comme ça. Je fus un petit peu étonné lorsqu’il me lança que j’aurais pu trouver un fiancé à l’endroit où j’étais allée danser. Ce n’était pas quelque chose qu’on lance à la fille qui a des sentiments pour soi. Et en plus de ça, je savais qu’il était de nature jalouse alors pourquoi me disait-il ça ? Sans me rendre compte que je lui demandais s’il ça ne le dérangeait pas si je me trouvais un fiancé. Je souriais pourtant je n’étais pas sereine. Pour sa part, il n’avait aucun sourire et me répondit que non en rajoutant que j’avais le droit de trouver le bonheur et de le donner aussi. J’étais étonnée qu’il pense que je n’étais pas heureuse. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire.

Je le regardais en cherchant une réponse dans son regard. Quelque chose qui me répondait sur mes questions. Je le regardais se redresser s’assoir alors que je ne savais toujours pas quoi lui répondre. Je pensais qu’il avait compris que j’étais heureuse quand je passais des moments avec lui. Je n’avais jamais connu se bonheur. Je devais lui faire comprendre que pour l’instant j’avais se bonheur et que je n’avais pas envie d’aller le chercher autre part.


Tu penses que je ne suis pas heureuse ? Pourtant, jamais je n’ai été aussi heureuse qu’en ce moment. Tu me rends heureuse. Si ce n’était pas le cas, je ne t’aurais pas demandé de m’appeler quand tu n’allais pas bien et je ne serais pas là en ce moment.

J’espérais qu’il allait comprendre que je n’avais pas envie de me chercher quelqu’un d’autre. Que pour l’instant, son amitié me suffisait à me rendre heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mer 25 Avr - 13:59



Comment détailler quelqu'un discrètement en étant encore à moitié endormit ? Autant dire que c'était impossible, en temps normal Jared savait se faire discrèt pour ça, ce n'était pas si compliqué ça en devenait même naturel quand on y était habitué depuis pas mal de temps quoi que des fois il lui arrivait de faire exprèt de ne pas être discrèt pour suciter une réaction chez la jeune femme qu'il regardait.

Enfin bref la dans tout les cas il l'avait fait inconsciement et pas du tout discrètement, ça il le remarqua seulement quand il croisa sont regard, elle était gênée et elle avait rougit, pas difficile de comprendre. Il se doutait ben qu'elle ne s'était pas faite belle comme ça pour venir parler de drogue avec lui, il n'était pas stupide et naïf à ce point. Ce qu'il pensait c'était ce qu'il lui disait, que celui pour lequel elle s'était préparée était un chanceux car elle était sublime. Ses joues s'empourprèrent encore plus et elle lui répondit que c'était juste pour aller danser qu'elle s'était habillée comme ça, oh alors c'était tout ceux qui avaient dansé avec elle qui étaient chanceux. Okay Jared stop ta jalousie mal placée ça sert à rien. Et puis dans un sens il était quand même soulagé, pourquoi ? Parce que malgré le fait qu'il essayait de s'en empecher, savoir qu'elle pouvait tomber amoureuse d'un autre lui faisait mal, pfff mal fichus les sentiments !

Il ne lui en voulait pas d'être arrivé en retard puisqu'il n'avait pas vu le temps passé, elle rajouta d'ailleurs en rigolant qu'en effet il avait du dormir tout le long mais que le sol ne devait pas être très confortable vus qu'il avait finit sur ses jambes et pars la il sesentit obligé de répondre que ses jambes étaient bien plus confortable que le sol, sans aucun soucis. Il aurait presque envie d'y retourner d'ailleurs mais il n'allait pas le faire, non quand même. Elle rit et ducoup lui aussi mais finalement son sourire disparut et il se perdit dans ses pensées un petits instant avant de lui dire qu'elle aurait put en profiter pour se trouver un fiancé. Elle lu demanda si ça ne le gênerait pas, bien sûr que si au fond mais il préféra répondre que non, et qu'elle avait le droit d'être heureuse et d'offrir elle aussi le bonheur. Tout le monde avait se droit la mais certaine personne était incapable de l'offrir, comme Jared, du moins comme il se voyait lui, c'était une âme tourmentée enfin de compte, on ne croirait pas comme ça parce que c'est quelqu'un de souriant, de prétentieux parfois, de blagueur et de taquin.

Elle se mit à le fixer mais il se redressa pour se retrouver assis, par chance l'herbe n'était pas mouillée, pas encore, et il n'avait donc pas le tee-shirt tout sale. Quand elle reprit la parole ce fut pour lui demander si il pensait vraiment qu'elle n'était pas heureuse. Pourtant d'après elle elle n'avait jamais été aussi heureuse qu'en ce moment même, heu la elle exagérait un peu je pense, il y avait toujours des moments plus heureux qu'une simple discution avec lui au bord du lac, enfin ce n'était pas comme si c'était une fiesta non plus, par exemple ça devait êtr plus marrant quand elle dansait juste avant de venir. Il la rendait heureuse. Wou. Cette phrase raisona dans sa tête, ce n'était pas une phrase qu'il s'attendait à entendre sortir de sa bouche, ce n'était d'ailleurs pas une phrase qu'il s'attendait à r'entendre tout court. Pourquoi lui disait-elle ça ? Etait-elle sérieuse ? Il avait du mal à comprendre la et ce posait de plus en plus de questions.

Elle rajouta que si ce n'était pas le cas elle ne lui aurait pas proposé son aide pour la drogue, elle ne lui aurait pas proposé de l'appeler quand il n'allait pas bien et qu'elle ne serait pas la en ce moment. Alors c'était à ça qu'elle le raportait ? Enfin... non la il ne savait plus où donner de la tête, il la rendait heureuse en l'appelant pour lui parler de ses problèmes de drogue ???

"Le fait que tu m'aidse veut juste dire que tu tiens à moi et que tu veux que j'aille mieux, ça ne te rends pas forcément heureuse, ça n'a rien à voir."

Il n'était toujours pas faché hein, il ne pensait pas qu'il pourrait l'être se soir, son regard se perdit une nouvelle fois sur ses jambes mais cette fois ci il se reprit beaucoup plus tôt. C'est pas toujours facile de résister pour un homme qui était habitué à avoir ce qu'il voulait niveau sexe, et puis la ce qu'elle lui disait l'insitait à venir à elle, il avait vraiment envie qu'elle lui prouve que... Non il fallait qu'il oublit ça et qu'il arrêtes de se torturer l'esprit, une fois de plus ça ne servait à rien. L'homme est faible finalement. Surtout quand il s'attache.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mer 25 Avr - 15:54

Il m’avait regardé des pieds à la tête, non enfin de compte ce n’était pas regarder mais détailler. Il m’avait détaillé alors que mes joues viraient aux roses. J’étais mal à l’aise, personne ne m’avait regardé comme ça avant. Je regrettais presque de ne pas avoir pris le temps de me changer avant de le rejoindre. Je n’y avais même pas pensé. Il dut remarquer ma gêne puisqu’il ouvrit la bouche pour parler mais seul un petit son y sortit. Je ne savais pas quoi dire et je n’eue pas besoin d’y réfléchir puisqu’il reprit la parole pour me dire que la personne pour qui je mettais faite belle était un gros chanceux car j’étais éblouissante. Je ne pouvais pas empêcher mes joues de devenir encore plus rouge. Je ne savais plus trop où me mettre mais je savais que je devais lui faire comprendre qu’il n’y avait personne dans ma vie. Pourquoi à chaque fois qu’une fille s’habille différemment, on pense que c’est pour quelqu’un ? Nous devrions avoir le droit de le faire juste pour nous-même. Je lui répondis alors que je m’étais habillée comme ça pour personne mais juste pour aller danser, je lui expliquais en même temps la raison du fait que j’étais arrivée deux heures plus tard.

Je ne savais pas trop quoi penser de ce qu’il me disait. Il m’avait montré qu’il était jaloux et pourtant là, il avait insinué que je pouvais aller avec quelqu’un d’autre. Je revenais à la conversation pour l’écouter. Il ne m’en voulait pas de ne pas être arrivé directement et que de toute façon il n’avait pas vu le temps passer. C’est vrai qu’il était en train de dormir quand j’étais arrivée. Je rigolais et li disait que le sol ne devait pas être très confortable puisqu’il avait fini contre moi. Je voulais juste le taquiner. Nous rigolions tous les deux alors qu’il rajoutait que mes jambes étaient de loin plus confortable que le sol. Je ne répondis rien. Je rigolais encore et lui aussi. L’atmosphère était détendue et j’étais contente d’être venu le rejoindre. Pourtant d’un coup, je vis son sourire disparaitre. Il s’éloignait et j’aurais voulu en connaître la cause. Je ne savais pas comment décrire l’expression qu’il avait sur son visage. Il n’était pas heureux mais n’était pas triste. Il avait plutôt l’air préoccupé.

Je ne compris par pourquoi il me sortit que j’aurais pu me trouver un fiancé à l’endroit où j’étais allée danser. Ce n’était pas quelque chose qu’on disait. Que voulait-il que je lui réponde à ça ? Que cherchait-il à me faire dire ? Je ne comprenais rien. Pourtant sans me rendre vraiment compte, je lui demandais si ça le dérangerait que ce soit le cas. J’attendais sa réponse avec un petit pincement au cœur. Et lorsqu’il me dit que ça ne le dérangeait pas et que j’avais le droit de trouver le bonheur et de le donner en retour. Je ne comprenais vraiment rien à ce qu’il se passait. Je le fixais cherchant des réponses dans son regard alors qu’il se redressait pour se retrouver assied. N’arrivait-il pas à voir qu’il me rendait heureuse ? Jamais je n’avais été aussi heureuse avec une personne et c’était sur lui que c’était tombé même s’il ne voulait pas l’avouer. Pourtant j’avais l’impression que je devais lui faire comprendre que j’étais heureuse avec lui. Je lui avais proposé de l’aider avec la drogue car il arrivait à me rendre heureuse et que je voulais qu’il connaisse ce bonheur sans avoir besoin de prendre de la drogue.

J’avais été sincère avec lui pourtant il ne le voyait pas comme ça. Pour lui ce n’était que de l’affection. J’étais un peu déçue qu’il n’arrive pas à ouvrir les yeux. Il se voilait la face, je n’arrivais pas à savoir pourquoi. Avait-il peur de souffrir ? Je n’en savais rien. J’aurais voulu savoir ce qu’il se passait dans sa tête mais je n’y arrivais pas. Mais je voulais surtout qu’il se rende compte qu’il me rendait heureuse. Je savais que ça allait être difficile mais je devais le faire. Il fallait qu’il se rend compte qu’il pouvait rendre heureux une femme. Je ne le faisais pas pour moi mais pour lui.


Je sais quand il s’agit de bonheur ou d’affection et avec toi c’est les deux. Je suis heureuse de passer du temps avec toi. Je ne peux pas nier le fait que tu me rends heureuse et j’aimerais que tu ouvres les yeux pour t’en rendre compte. Je sais ce que ça te coûte car ça remet en question le fait que tu penses ne pas pouvoir rendre une femme heureuse.

J’aimerais qu’il accepte le fait qu’il me rendait heureuse. J’aimerais qu’il se rend compte qu’il pouvait rendre heureuse une femme. Je savais que c’était dur pour lui de le comprendre pourtant j’étais honnête avec lui. Pourquoi lui mentirais-je sur ce point ? Qu’est-ce que ça m’apporterait de lui mentir sur cela ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Jeu 26 Avr - 14:56



Si elle s'était faite belle pour quelqu'un en particulier je crois que oui il aurait été jalous en effet mais ce n'était pas le cas alors il fallait qu'il arrête de s'en faire. Et puis elle non plus elle n'avait pas à s'en faire pour son retard parce qu'il n'avait pas vu le temps passer et puis elle avait le droit de s'amuser après tout comme tout le monde, non ? Si. Jared se mit à rire quand elle lui dit que le sol ne devait pas être très confortable vu qu'il avait finit sur ses jambes et il répliqua qu'en effet ses jambes était bien plus confortable, sans aucun soucis.

Il se perdit un peu dans ses pensées et finit par lui dire qu'elle aurait put se trouver un fiancé la où elle était aller danser, bien sûr dire ça, enfin je veux dire lui qui lui dit ça à elle, ça semblait un peu surréaliste non ? Mais c'était pourtant bien ce qu'il lui avait dit. Si ça le dérangerait ? Oui c'était certain mais c'était le mieux à faire. Après tout elle avait le droit d'être heureuse et de rendre heureux. Rendre heureux ça ne serait pas un problème, Jared était persuadé qu'elle pouvait rendre heureux n'importe qui, elle avait tout pour ça mais trouver le bonheur c'était autre chose. Tous les hommes ne pouvaient pas rendre heureux, je ne vous donne pas d'exemple vous aurez comprit.

Elle avait dit qu'elle était heureuse en passant des moments avec lui et que si ça n'était pas le cas elle ne lui aurait pas proposé son aide pour la drogue. Mais il ne le voyait pas comme ça, pour lui aider quelqu'un voulait dire que tu avais de l'affection pour lui certe, que tu tenais à lui mais aider quelqu'un pour son bien ne veut pas dire être heureuse à le faire. Il s'était redressé et elle continuait à lui dire le contraire. Elle disait savoir quand il sagissait d'affection ou de bonheur et la pour elle c'était les deux. Les deux ? Il devait comprendre quoi par la ? Elle était heureuse quand elle passait du temps avec lui et elle ne pouvait pas le nier. Ouvrir les yeux ? Mais comment ça ouvrir les yeux ? A la suite Jared baissa la tête, elle continuait en disant savoir ce que ça coûtait car ça remettait en question le fait qu'iln ne pouvait pas rendre une femme heureuse, ce qu'il avait toujours crus depuis sa séparation. Est ce qu'il devait continuer à y croire ? A dire vrai elle lui mettait le doute, il ne savait plus quoi penser.

Il passa sa main dans ses cheveux se grattant la tête au passage, signe nerveux de sa part et soupira. Il avait relevé la tête pourtant il détourna le regard. Lui qui avait l'habitude d'être sur de lui ce n'était pas du tout l'image qu'il lui renvoyait la, mais après tout elle avait déjà tout vu je crois.

"Je... Ecoutes je suis un peu perdus la... Voir completement... Je ne suis pas le seul à pouvoir te rendre heureuse alors tu peux aller trouver le bonheur avec un autre..."

Et ben qu'est ce qu'il t'arrive Jared ? Un coup de bloose ? Non peut-être pas non plus. Mais ça arrive à tout le mondre d'être un peu perdus des fois et puis la il ne savait plus quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Jeu 26 Avr - 15:20

Il avait fallu que je lui explique la raison de ma tenue et de mon retard. Je ne voulais pas qu’il pense que je m’étais habillée comme ça pour une personne en particulier alors que ce n’était pas le cas. Il me rassura en me disant que je ne devais pas m’en faire pour mon retard. C’est vrai que quand j’étais arrivée, il était en train de dormir, l’attente n’avait donc du pas être si longue que ça pour lui. Je le taquinais ensuite sur le fait qu’il s’était retrouvé collé contre mes jambes. Nous rigolions et l’atmosphère était détendue. J’aimais passer des moments comme ça avec lui, aucun de nous deux ne se prenait la tête. Jared fini par dire que mes jambes étaient plus confortables que le sol. Je rigolais toujours et lui aussi.

Pourtant quelques secondes plus tard, Jared perdit son sourire et partit dans ses pensées. Je ne savais pas à quoi il réfléchissait mais il me sortit que j’aurais pu me trouver un fiancé là où j’étais allée. J’étais surprise par sa remarque, je n’aurais jamais pensé qu’il aurait pu me dire ça comme ça alors que récemment il m’avait montré qu’il était jaloux. Il fallait surement qu’on mette au clair certaines choses entre nous. Je lui demandais donc si ça lui aurait dérangé que ce soit le cas. Je lui souriais pourtant j’avais peur de sa réponse. Depuis le début, je faisais tout pour oublier mes sentiments. Et lorsqu’il me répondit que j’avais le droit d’être heureuse et de donner du bonheur, je ne sus quoi lui répondre. Pensait-il vraiment que je n’étais pas heureuse ?

Je le regardais se redresser alors que je ne savais toujours pas quoi lui répondre. Depuis que je le connaissais, j’étais heureuse malgré toutes les disputes qu’ils y avaient eues entre nous. J’étais heureuse de le connaître et de faire partit de son entourage. Je lui répondis donc que j’étais heureuse quand je passais des moments avec lui. Je lui avais proposé de l’aider avec la drogue car il me rendait heureuse et que je voulais qu’il connaisse ce bonheur sans prendre de la drogue. Pourtant pour sa part, c’était loin d’être son avis. Pour lui ce n’était que de l’affection et que j’avais juste voulut l’aider pour son bien. J’avais l’impression qu’il avait des œillères devant ses yeux, il s’était mis une idée en tête et ne voulait plus l’abandonner. Pourtant, je savais ce que je disais, oui j’étais heureuse avec lui et je ne pouvais pas le nier. Je devais aussi le lui faire comprendre, pour lui. Il méritait d’être heureux un jour mais que pour cela, il devait se rendre compte qu’il pouvait donner du bonheur.

Je lui disais alors que je savais différencier de l’affection et du bonheur et qu’avec lui j’avais les deux. J’étais heureuse en passant devant lui et je ne pouvais pas le nier pour lui faire plaisir. Je rajoutais qu’il devait ouvrir les yeux même si ça lui coûtait beaucoup car ça remettait en question le fait qu’il pensait ne pas pouvoir rendre une femme heureuse. Il baissait la tête comme s’il ne comprenait pas pourquoi je lui disais tout cela. Je voyais qu’il était nerveux pas ses gestes. Il passait sa main dans ses cheveux puis soupira avant de relever la tête. Il n’osait plus me regarder. Avais-je réussir à remettre en doute ce qu’il pensait de lui ? J’y croyais pourtant lorsqu’il me sortit que je pouvais aller trouver le bonheur avec quelqu’un d’autre, j’eu un pincement au cœur. Voulait-il vraiment me perdre ? Je ne savais pas mais je ne voulais pas aller voir une autre personne, je me sentais bien avec lui et je savais que je n’avais jamais ressentie cela avec quelqu’un d’autre. Je posais ma main sur sa joue pour qu’il me regarde.


Je n’ai pas envie d’aller voir quelqu’un d’autre pour être heureuse. Je suis heureuse avec toi et ça me suffit.

Je n’arrivais pas à sourire car j’avais peur qu’il rejette ce que je disais. Comme il me l’avait dit, il se sentait perdu, j’aurais voulu qu’il arrive à voir mon bonheur. Qu’il arrive à assumer le fait qu’il pouvait rendre quelqu’un heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Jeu 26 Avr - 16:49



En l'espace de quelques secondes sont sourire c'était effacé et il était partit dans ses pensées, il pensait à ce qu'il lui dit juste après d'ailleurs. Elle aurait put se trouver un fiancé là-bas. Et si ça avait été le cas ? Et si elle s'était vraiment entichée d'un garçon là-bas ? Comment aurait-il réagit ? Peut-être pas aussi bien qu'il l'aurait voulut. Il aurait probablement vérifié que celui ci n'était pas un salopart et qu'il ne voulait pas juste tiré un coup. Non mais, Jared en ange gardien de l'opmbre on aura tout vus. Si ça le gênerait ? C'était une question piège ? Oh bon sang ça tête et ses sentiments lui jouaient de bien mauvais tours !

Il lui répondit que non, elle avait le droit d'être heureuse et de donner le bonheur. Après ça il se redressa alors qu'elle fixait ses yeux et elle répondit qu'elle était heureuse quand elle était avec lui et que si ça n'était pas le cas elle ne l'aurait pas aidé avec la drogue. Mais non Jared ne le voyait pas comme ça, pour lui aider quelqu'un ça veut dire que tu fais tout pour qu'il s'en sorte, et faire tout pour ça, c'est une bonne intention, c'est pour rendre l'autre heureux et après aussi être heureux de le voir comme ça mais pendant qu'on aide, les moments dur qu'on passe ce n'est pas forcément une partie de plaisir. Il lui fit par de son avis et ça l'aurait étoné qu'elle soit d'accord avec lui.

Elle répondit qu'elle savait différencier affection et bonheur e que dans ce cas la c'était les deux, il n'était pas sûr de comprendre la. Elle voulait qu'il ouvre les yeux, ouvrir les yeux sur quelque chose dont il était persuadé depuis des années ça ne se faisait pas en un clin d'oeil. Il ne savait plus où il en était la, elle lui mettait le doute c'est vrai. A force de répéter quelque chose à quelqu'un il finit par y croire. Il ne la croyait pas encore...Enfin il n'en était pas sûr mais combien de fois lui avait-elle répété qu'elle était heureuse avec lui ? Il avait baissé la tête et une fois celle ci relevé il dévia le regard et passa une main dans ses cheveux. Il était nerveux. Que faire, que croire, que penser ?

Il lui expliqua qu'il était perdus, il ne savait plus où donner de la tête et finalement il ajouta qu'elle devrait essayer de trouver quelqu'un, enfin quelqu'un d'autre car il n'était pas le seul à pouvir le rendre heureux. Non il ne voulait pas la perdre, bien sûr que non. La vérité c'était que tout ce compliquait depuis qu'il l'a connaissait un peu plus qu'en surface, encore plus depuis qu'ils avaient couché en fait mais il tenait à elle, énormément et il ne voulait absolument pas qu'elle sore de sa vie dans laquelle elle avait réussit à prendre une place importante. Il ne pourrait pas suporter de la perdre mais trouver un homme ne voulait pas dire qu'elle devait le rayer de sa vie. Deborah posa sa main sur la joue de Jared, il aurait bien fermé les yeux mais il préfera la regarder, il n'enleva pas non plus sa main.

Elle n'avait pas envie d'aller voir quelqu'un d'autre pour être heureuse, elle était heureuse avec lui et ça suffisait. Que devait-il comprendre pas là ? Son regard dévia inconsciement sur les lèvres de la jeune femme mais il se reprit bien vite et revint à ses yeux. Plus de tambours dans la tête mais comme un gros vide. Ilne parla pas pendant quelques instants durant lequel il n'y eu qu'un silence peut-être un peu perturbé par le bruit de l'eau. Il avait peur de comprendre.

"Ca veut dire quoi ça Deborah ? Qu'est ce que je dois comprendre ?"

Il avait légèrement froncé des sourcils, est ce que c'était bien ce qu'il pensait où se faisait-il des illusions. Il y avait peut-être une petite lueur d'espoir la, suivant sa réponse elle allait soit s'éteindre soit rester, se confirmer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Jeu 26 Avr - 17:33

J’avais vu son sourire disparaitre alors qu’il partait dans ses pensées. Je ne savais pas ce qui lui avait fait changer de comportement. Avais-je fait quelque chose de mal ? Je n’en savais rien, et peut-être valait-il mieux que ce soit comme ça ? Puis il me lança que j’aurais pu me trouver un fiancé. Je ne savais pas s’il était sérieux. Je ne comprenais même pas pourquoi il me disait ça alors qu’il m’avait montré qu’il était jaloux quand je lui avais mentit sur Marlon. Pourquoi je lui demandais si ça l’embêterait que ce soit le cas. Je ne voulais pas qu’il croit que c’était le cas, mais peut-être qu’il avait réussi à oublier ses sentiments pour sa part et que c’était sa façon de me le dire. Il me répondit alors que non car j’avais le droit d’être heureuse et de donner du bonheur en échange.

J’étais abasourdi par sa réponse. Alors il croyait vraiment qu’il ne pensait pas pouvoir rendre heureuse une femme ? Je le fixais alors qu’il se redressait. Je ne savais pas quoi lui dire. J’étais heureuse avec lui mais il n’arrivait même pas à le remarquer. Je lui disais alors que j’étais heureuse et que si ça n’avait pas été le cas, je ne lui aurais pas proposé mon aide avec la drogue. Je n’avais jamais été aussi heureuse avant et je savais ce que je disais et j’aurais voulu qu’il me croie. Pourtant pour lui, ce n’était que de l’affection. Pourtant, je l’aidais car j’étais heureuse avec lui et que je voulais qu’il sache ce qu’était le bonheur sans avoir besoin de prendre de la drogue. J’étais loin d’être d’accord avec lui. Je savais reconnaître bonheur et affection !

Je lui fis part du fait que pour moi, c’était du bonheur et de l’affection avec lui. J’avais envie de lui faire ouvrir les yeux, qu’il voit combien j’étais heureuse de passer des moments avec lui, que ce soit de bons moments ou de mauvais moments. Je voulais qu’il arrête de croire qu’il ne pouvait pas rendre une femme heureuse car s’il restait sur cette opinion, jamais il ne pourrait être heureux à son tour et ça me faisait mal pour lui. J’aurais pu tout faire pour lui prouver que j’étais heureuse mais il n’y avait rien à faire à part lui dire. Je voyais qu’il n’était plus sûr de lui, il était paumé et ne savait plus quoi penser. Je le voyais dans son attitude quand il baisa la tête pour soupirer. Pourtant, il releva la tête mais détourna son regard de moi pour me dire que j’avais le droit de trouver quelqu’un d’autre pour être heureuse. Juste avant il m’avait fait par du fait qu’il était perdu mais je ne comprenais pas pourquoi il voulait que je m’éloigne. Oui c’était l’impression que j’avais.

Je n’avais aucune envie de trouver quelqu’un et je voulais qu’il comprenne que ce n’était pas dans mes projets pour le moment. Je posais ma main sur sa joue pour qu’il me regarde. Je ne pouvais pas lui répondre sans le regarder dans les yeux. Je lui répondis que je n’avais pas envie d’aller voir quelqu’un d’autre pour être heureuse car j’étais heureuse avec lui et ça me suffisait. Pourquoi fallait-il se compliquer la vie ? Un silence s’installa entre nous, seule l’eau du lac le brisait. Il n’était ni apaisé ni stressant. Je voulais qu’il comprenne toutes les paroles que je venais de lui dire, oui j’avais vu son regard dévié sur mes lèvres avant de revenir sur mes yeux mais je fis comme si je ne l’avais pas vu. Je ne voulais pas le mettre mal à l’aise alors que je faisais voler en éclat toutes ses idées sur lui.

Il arriva enfin à briser le silence pour me demander ce que je voulais dire dans mes propos et ce qu’il devait comprendre. Je n’en savais rien moi-même, je n’avais jamais été dans cette situation. Mais je n’avais plus envie de suivre une promesse qui ne menait à rien. Je n’avais plus envie d’oublier mes sentiments. Mais je ne savais pas si c’est ce qu’il voulait. J’avais un peu peur mais je ne pouvais pas lui montrer. Il fronça les sourcils en attendant ma réponse.


Ce que ça veut dire ? Je ne sais pas car je n’ai jamais été dans cette situation. Mais je n’arrive pas à oublier mes sentiments pour toi. Et je crois que je n’ai plus envie de lutter contre eux.

Je sentais mes joues rougirent. Pourtant, je ne savais pas s’il allait bien le prendre. J’étais en quelque sorte en train de dire que je voudrais plus. Mais je savais que ça lui faisais peur, peur car il pensait ne pas pouvoir rendre une femme heureuse. Et en ce moment, j’aurais voulu être une souris pour aller me cacher dans un trou et fuir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Ven 27 Avr - 9:17



C'est vrai que ses jambes étaient confortables, d'ailleurs il y serait bien retourné mais la ce n'était pas vraiment le moment approprié pour ça, en fait il n'était plus censé avoir de moiment approprié pour ça entre eux deux. C'était arrivé une fois, ils avaient parlé puis le problème était réglé mais ils savaient l'un et l'autre que ça ne devait pas se reproduire. Pourtant il se posait encore beaucoup de question, il s'était d'ailleurs perdut au milieux d'elles en se redressant. Mais il se reprit toute fois pour lui dire qu'elle aurait du se trouver un fiancé à cette soirée, il n'était pas méchant hein et il ne parlait pas très sérieusement mais le fait qu'il ne souriait pas n'aidait pas à le comprendre, mais pourquoi avait-il dit ça ? Alors qu'ils passaient un bon moment la.

Sérieux ça le devint quand elle lui demanda si ça l'embêterait, évidement il répondit non bien que ça soit en réalité tout le contraire et ajouta qu'elle avait droit au bonheur. Elle voulut lui faire comprendre qu'elle était heureuse avec lui et elle mela la drogue à tout ça, enfin ses problèmes de drogue. D'apès elle si elle l'aidait c'était parce qu'elle était heureuse avec lui mais une fois de plus il n'éait pas d'accord, pour lui affection pour quelqu'un ne voulait pas dire qu'on soit heureux avec. Ils avaient des opignons différents, comme souvent et pourtant ils s'entendaient bien. Elle continua à lui dire quavec lui c'était et de l'affection et du bonheur, qu'elle ne pouvait pas le nier et qu'elle aimerait que lui aussi ouvre les yeux. Ca lui coûtait cher oui et elle le perdait la, il commencait même à être nerveux, il ne savait plus quoi penser, disait-elle vrai ? Pourquoi lui mentirait-elle ? Se trompait-elle ?

Il détourna le regard et passa une main dans ses cheveux lui expliquant que ça serait plus simple qu'elle trouve quelqu'un d'aute car il n'était pas le seul à pouvoir la rendre heureuse. Deborah mit doucement sa main sur la joue de Jared l'insitant à la regarder, ce qu'il fit, et lui dit qu'elle n'avait aucune enie de chercher ailleurs car elle était heureuse avec lui et que ça suffisait. Ca ressemblait à une déclaration, mais en était-ce une ? Ah oui la il en venait à se poser des questions pour tout et n'importe quoi, elle finirait même par le faire douter de son propre nom si ça continuait, oui la il se sentait faible et croyez moi c'était plutôt rare.

Il y eu un instant de silence et son regard dévia sur les lèvres de Deborah un très court instant car il se reprit très vite et revint à ses yeux. Il mit enfin fin à ce silence pour lui demander ce qu'elle voulait dire, ce qu'il devait comprendre en fronçant légèrement des sourcils parce que son cerveau fonctionnait encore quand même et pour lui ça voulait dire quelque chose ça mais n'en étant pas sûr à 100% il demandait confirmation, et esperait confirmation au fond de lui. Elle comenca en disant qu'elle ne savait pas ce qu'elle voulait dire, qu'lle n'avait jamais été dans cette cituation, une nouvelle fois il baissa les yeux mais à la suite de la phrase il put les relever. Elle avait bien dit qu'elle n'arrivait pas à oublier ses sentiments et qu'elle ne pensait pas vouloir encore lutter contre ceux ci ?

Wahou d'entendre ça ça... Ca lui faisait du bien, oui c'est ça, ça le libérait presque en fait. Si elle savait à quel point lui aussi en avait marre de lutter parce que croyez moi ce n'était pas chose facile. Alors c'est bon la stop il allait mettre un therme à tout ça, il allait arrêter de lutter cette fois ci c'était décidé. Il avait envie d'elle d'en sa vie autrement qu'en tend qu'amie, que bonne amie, qu'aide ou soutient contre la drogue et il était à présent sûr que c'était ce qu'elle voulait aussi. Il s'aprocha d'elle, mit ses mains dans sa nuque, sous ses cheveux et approcha ses lèvres pour l'embrasser. On pouvait dire que ans ce baisé il se donnait, c'était tout à fait ça, et tout à fait passioné également. Ce qu'il avait eu envie de sentir à nouveau ses lèvres contre les siennes et savoir que ce n'était pas un baisé d'adieu ou une erreur cette fois ci, qu'il ne serait pas obligé de s'excuser et s'expliquer et surtout que ça ne serait pas le dernier et bien ça le rendait heureux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Ven 27 Avr - 13:21

Il s’était retrouvé collé contre mes jambes. Je ne lui en voulais pas et je trouvais ça même plus mignon. Pourtant, on devait arrêter de se rapprocher, les choses avaient été mises au clair entre nous. Plusieurs fois nous avions dérapé, mais ça ne devait plus recommencer. Pourtant, l’envie était toujours là. Je voyais Jared partir dans ses pensées et son sourire disparaître de son visage. Puis il me sortit que j’aurais pu me trouver un fiancé là où j’étais allée. Juste avant, nous étions en train de rigoler et là, l’ambiance venait de devenir sérieuse.

Je voulais qu’il comprenne que j’étais heureuse quand je passais des moments avec lui. Que si ça n’avait pas été le cas, je ne lui aurais pas proposé mon aide pour son problème avec la drogue. J’étais heureuse avec lui et je voulais qu’il connaisse se bonheur. Pourtant, il trouva le moyen de me dire que ce n’était que de l’affection pour un ami. Nos opinions étaient différentes mais je savais que j’étais heureuse grâce à lui. Je connaissais un bonheur que je n’avais jamais connu avant. Et je voulais qu’il le comprenne, je voulais qu’il comprenne que j’étais heureuse quand je passais des moments avec lui. Je rajoutais alors qu’avec lui c’était de l’affection et du bonheur, que je ne pouvais pas nier ce fait et que j’avais envie qu’il ouvre les yeux pour s’en rendre compte. Je savais que je lui faisais remettre le fait qu’il pensait ne pas pouvoir rendre une femme heureuse en doute.

Je le vis détourner le regard alors qu’il passait une main dans es cheveux. Je voyais qu’il ne savait plus trop quoi penser. J’espérais que mes paroles lui font changer d’avis. Pourtant il me sortir que j’avais le droit de chercher quelqu’un d’autre pour être heureuse. J’étais abasourdi par ce qu’il me disait, je n’arrivais pas à comprendre son objectif. Voulait-il que je m’éloigne de lui ? Si c’était le cas, j’aurais préféré qu’il me le dise clairement. Je devais lui faire comprendre que je n’avais aucune envie d’aller voir quelqu’un d’autre. Mais je n’avais pas envie de lui répondre alors qu’il ne me répondait pas. Je mettais donc ma main sur sa joue pour faire en sorte qu’il me regarde. Puis je lui répondis que je n’avais pas envie de chercher ailleurs car j’étais heureuse avec lui et qu’il me rendait heureuse. Je ne savais pas trop où ça allait nous mener mais pour moi le plus important était de ne pas e perdre.

Un silence s’installa entre nous, il n’était ni apaisant ni angoissant. Ma main était toujours sur sa joue et je n’avais pas envie de l’enlever. Je vis son regard passer un instant sur mes lèvres avant de retourner sur mes yeux, je n’y fis pas attention. Il me demanda ensuite ce que ça voulait dire et ce qu’il devait comprendre. Je n’en savais trop rien. Mais j’étais sur d’une chose, c’est que j’étais prête à aller plus loin dans ma relation avec lui. Mais peut-être n’était-ce pas le cas pour lui. Mais je devais lui faire comprendre que je voulais oublier ma promesse. Je lui répondis donc que je ne savais pas trop ce que je voulais dire car je n’avais jamais été dans cette situation. Je le vis baisser ses yeux à ce moment là alors que je rajoutais que je n’arrivais pas à oublier mes sentiments et que je pensais ne plus vouloir lutter contre ceux-ci. A ce moment-là, il releva ses yeux vers moi. Je me sentais bien et surtout apaisée d’avoir pu lui dire ce que je pensais. Pourtant, j’avais peur qu’il me dise qu’il n’était pas prêt pour ça.

Bizarrement, j’avais envie de détourner le regard et de retourner en arrière. Je ne savais pas ce qu’il pensait et il ne répondait rien. Puis il posa ses mains sur ma nuque en dessous de mes cheveux et déposa ses lèvres sur les miennes. Le baiser ne ressemblait à rien aux anciens. Celui-ci était rempli d’amour et de passion. Nous ne nous posions aucunes questions. Pour une fois, ce n’était pas d’erreur et aucuns de nous deux n’allait s’excuser. Je me séparais de lui à contrecœur mais laissais mon front contre le sien. Je reprenais ma respiration puis redéposa un baiser sur ses lèvres. Je n’avais pas envie de le lâcher. J’étais heureuse et je sentais mon cœur battre de plus en plus fort et je sentais comme des papillons dans mon ventre. J’étais amoureuse de lui et j’étais contente qu’on se soit enfin libérer de nos promesses. A la fin du baiser, je me blottissais contre lui. Ma tête se trouvait au niveau de son cœur et je pouvais entendre le battement de son cœur. Celui-ci battait aussi vite que le mien. Je souriais.


Tu devrais calmer ton cœur, je n’ai pas envie de te perdre maintenant à cause d’un arrêt cardiaque.

Je riais un peu. Je me sentais bien en étant dans ses bras. Comme toujours, j’avais l’impression d’être en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Jeu 3 Mai - 9:02


Elle n'arrêtait pas de lui répéter. A chaque fois qu'il se retrouvaient et que le sujet devait sérieux, Jared en venait à déduire qu'il ne pouvait pas rendre une femme heureuse et elle, à chaque fois, lui disait le contraire, si bien qu'elle avait réussir à installer un léger doute dans l'esprit de Jared. Trop léger pour le faire changer d'avis vu qu'il savait que ce n'était pas vrai mais assez important pour l'y faire penser plus souvent et qu'il se demande pourquoi elle lui disait ça. Et la après qu'il lui ai dit qu'elle pouvait très bien trouver le bonheur ailleurs elle lui sortit qu'elle n'avait pas envie de le chercher ailleurs parce qu'elle était très bien avec lui. La il était perdus... Il ne savait plus quoi pensé. Après un long silence, alors qu'elle n'avait pas encore enlever sa main de sa joue, ce qu'il ne désirait pas vraiment qu'elle fasse en réalité, il finit par lui demander ce qu'il devait comprendre par la.

Il redoutait ça réponse, parce que il était plus qu'attiré par elle ça c'était certain mais il était aussi beaucoup plus protecteur envers elle et énormément jaloux. Pourtant il n'avait pas de quoi l'être, lui qui de son côté couchait à gauche à droite, quoi que ces dernières semaines il avait un peu calmé le jeu c'est vrai. Son regard dévia sur ses lèvres un court instant mais il se reprit très vite pour replonger son regard dans le sien, attendant toujours la réponse qui finit par arriver. Elle commença par dire qu'elle ne savait pas vraiment, qu'elle n'avait jamais été confrontée à ce genre de situation. A ces mot Jared baissa les yeux mais il put les relever à la suite de la phrase. Oui elle lui avait bien dit qu'elle ne tenait plus à tenir sa promesse, qu'elle en avait marre de lutter. Il en avait vraiment marre lui aussi, c'était loin d'être facile. En réalité ce qu'il avait eu le plus de mal a supporter et a accepter c'était qu'il avait lui aussi brisé une promesse qu'il s'était faite. Il s'était promit de ne plus retomber amoureux, autrefois ça l'avait fait souffrir lui et sa compagne de l'époque et pourtant...Et pourtant tout portait à croire que Deborah avait réussit à réparer son cœur brisé et à le faire battre à nouveau, malgré lui, qui n'avait pas désiré ça, c'était arrivé et la, après ce qu'elle venait de lui dire il n'avait même plus envie d'y changer.

Il passa ses mains dans le cou de la jeune femme et s'approcha doucement pour l'embrasser. Il n'avait embrassé qu'une personne comme ça et la... Il n'y avait plus de doute, il était bel et bien amoureux, il avait beau être un très bon menteur la c'était transparent, n'importe qui les regardant en ce moment aurait put le deviner. Et puisqu'elle lui disait la rendre heureuse alors il l'a rendrait heureux et lui aussi le serait, pour une fois depuis des lustres il s'accordait le droit d'être heureux avec une femme, il avait envie d'être heureux avec elle, de pouvoir l'embrasser et se coucher en sa compagnie sans se dire que c'était mal, être plus libre quoi. Et oui Jared avait une conscience et celle ci la tracassait souvent ses derniers temps mais la il... Oui il était heureux. Il ne le criera pas sur tout les toits parce qu'il était comme ça il gardait tout pour lui mais il n'en était pas moins heureux et bien en ce moment. Elle finit par détacher ses lèvres restant néanmoins contre lui et l'embrassa une nouvelle fois, dire qu'il ne pensait même pas à du sexe la, ce n'était pourtant pas un saint, loin de la mais la c'était un trêve, un bon moment à passer.

Quand elle se blottit contre lui Jared passa ses bras autour d'elle et lui caressa doucement l'épaule avec son pouce, il était délicat oui il savait l'être. Il ferma les yeux un instant et prit une grande inspiration avant de sourire. Deborah pris la parole en rigolant un peu et en lui disant qu'il devrait calmer son cœur parce qu'elle ne voulait pas le perdre maintenant à cause d'une crise cardiaque, ben oui ça serait balo. C'est vrai que maintenant qu'elle le disait son cœur battait bien vite par rapport à la normal.

« Ah ! Mais c'est pas moi qui le contrôle la c'est toi . »

Il ne l'avait pas fait exprès mais c'était beau ce qu'il venait de dire, il voulait dire par la que s'il avait une crise cardiaque ça serait de sa faute puisque c'était elle qui faisait battre son cœur si vite. Mais finalement juste dire que c'était elle qui contrôlait sont cœur, ce qui dans un sens était vrai, était en fait bien plus... Romantique?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   Mar 8 Mai - 16:46

Depuis que je le connaissais, il n’arrêtait pas de me répéter qu’il ne pouvait pas rendre une femme heureuse. Pour ma part, je n’étais pas d’accord. Je voulais qu’il voie que j’étais heureuse quand je passais des moments avec lui. Je n’avais jamais été heureuse depuis mes sept ans et je ne pensais pas pouvoir l’être un jour. Pourtant avec lui j’étais heureuse. Je voulais tout faire pour le lui montrer, qu’il comprenne qu’il pouvait rendre une femme heureuse. Je ne le faisais pas pour moi, mais pour lui. Je voyais qu’il ne savait plus trop où il en était. Je ne voulais pas le brusquer pourtant il me sortit que je pouvais très bien chercher le bonheur avec quelqu’un d’autre. J’étais un peu étonnée qu’il me dise cela. Moi-même j’étais un peu perdue mais je savais une chose, que je n’avais aucune envie de le perdre. Et en même temps, je ressentais le besoin d’être plus proche de lui, de pouvoir être plus souvent dans ses bras et de pouvoir l’embrasser. Je lui fis alors comprendre que je n’avais pas envie de le chercher autre par car j’étais déjà heureuse avec lui et que ça me suffisait.

Il ne devait pas tout comprendre puisqu’il me demanda ce que je voulais dire. Je lui répondis que je n’en savais trop rien car je n’avais jamais été dans cette situation. A ce moment-là, je le vis baisé son regard. Etait-il déçu ? Pourtant, je n’avais pas fini ma réponse et je continuais en disant que je n’avais plus envie de tenir ma promesse et que j’en avais marre de lutter contre mes sentiments. Oui, j’avais envie d’être plus qu’une amie pour lui mais j’avais peur qu’il ne le veille pas. Il s’était fait une promesse de ne plus tomber amoureux et il avait peur de ne pas pouvoir rendre une femme heureuse. Et pourtant, j’aimerais qu’il me dise que lui aussi n’arrivait plus à lutter contre ses sentiments. Je redoutais sa réaction ou bien même sa réponse. Si j’aurais pu, je serais retournée en arrière mais en même temps ça m’avait soulagée de lui avoir dit ce que je ressentais en ce moment.

Plusieurs secondes étaient passées avant qu’il réagisse. Je m’attendais à ce qu’il me dise qu’il voulait que je continue à lutter contre mes sentiments. Mais il posa ses mains sur ma nuque et déposa ses lèvres sur les miennes. C’était un baiser passionné et je pouvais y sentir tous ses sentiments. J’étais heureuse et je sentais dans ce baisé que c’était aussi son cas. Je savais aussi qu’il n’aimait pas parler de ce qu’il ressentait mais dans ce baisé, je le devinais. Je finis par séparer mes lèvres des siennes pour reprendre un peu de souffle puis je l’embrassai une nouvelle fois. J’avais besoin de le sentir près de moi pour être sûr que ce n’était pas qu’un rêve. Je me blottissais alors contre lui alors qu’il passait ses bras autour de moi. Il me caressait mon épaule avec son pouce. J’avais le sourire alors que je pouvais entendre son cœur battre. Il battait aussi vite que le mien. Je lui lançais alors qu’il devrait calmer son cœur car je n’avais pas envie de le perdre maintenant à cause d’une crise cardiaque. Je riais un peu. Je me sentais bien. Il me répondit alors que ce n’était pas lui qui le contrôlait mais moi. C’était un peu étonnant comme réponse mais je comprenais ce qu’il voulait dire. Je trouvais sa réponse très belle et je ne le prenais pas méchamment. Je prenais une de ses mains et la déposa au niveau de mon cœur pour qu’il sente que le mien battait aussi vite.


Pour ma part, c’est toi qui contrôle le mien. Et je sais qu’il est en sécurité avec toi.

J’avais confiance en lui et je savais qu’il ne me ferait pas de mal. Et pour ma part, je ne lui ferais pas de mal. Il avait eu du mal à se faire confiance pour se mettre en couple et je ne voulais pas briser cette confiance. S’il souffrait, je souffrirais aussi. Je gardais sa main dans la mienne et entrelaçai nos doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je crois que j'ai compris / Deborah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je crois que j'ai compris / Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara University™ :: Time to, delete you :: Les Archives :: 2010-2011 :: Archives RP's
-
Votez !
Un vote toutes les deux heures ♥
www.obsession27
www.shitamachihito
www.nom du top